Info

Nouvelle adresse Seriatim
@seriatimfr
jeanvin22@gmail.com



mercredi 8 décembre 2021

En marche vers Pécresse ? N°5764 15e année

 Alors qu’à la frontière russo-ukrainienne, « l’Ouest » attend le barbare comme dans le roman puis film Le désert des Tartares, la France s’ébroue à la veille des élections présidentielles et les éditorialistes applaudissent l’effet Valérie Pécresse. A peine désignée comme candidate des Républicains, elle effectue son premier déplacement dans la circonscription de son rival, Éric Ciotti où chacun des deux se jure fidélité et constance.  Dès lors, s’étonnera-t-on que le sondage Elabe pour l’Express indique une percée avec cerise sur le gâteau une victoire au second tour : 52/48 ! Un score idéal, parfait, convenable….

Notons aussi que ce sondage intervient à la suite des annonces restrictives liées à la fameuse 5ième vague vue comme un succédané de Brice de Nice par les marchés. Emmanuel Macron, en déplacement provincial, a noté « moins d’enthousiasme » moins de « positif ». Nous verrons dans les semaines à venir comment seront les observations car ni Marine Le Pen ni Éric Zemmour, ni Emmanuel Macron n’ont dit leur dernier mot.

Valérie Pécresse est une centriste macron-compatible, qui coche toutes les cases au même titre que le successeur de François Hollande, Anne Hidalgo, Yannick Jadot, Edouard Philippe. Pour l’heure, elle est contrainte de se placer à droite jusqu’à ce qu’elle fasse la différence entre Marine Le Pen et Éric Zemmour pour ensuite opérer une manœuvre vers le centre et donc ramener vers elle l’électorat parti chez Macron.

Mais sans doute souhaiterait-elle que le RN et Reconquête se fracassassent l’un contre l’autre….

De l’autre côté, l’on sent bien que les puissances derrière les médias commencent à osciller de Macron à Pécresse et que pour l’heure, on lance des appâts c’est-à-dire des bons sondages et que dans les semaines à venir nous aurons les seuls portraits de Macron et de Pécresse avec des titres comme : « leurs différences fondamentales »…etc. qui seront autant de faussetés mais qu’un public inquiet et étiolé (population vieillissante) prendra pour un remède requinquant…

Ces lignes dites, n’oublions pas les événements tant extérieurs qu’intérieurs de nature à déranger le scénario à instiller dans les esprits français. La campagne présidentielle confirmera le déplacement de l’électorat vers la droite au sens large au détriment de la gauche éparpillée, essoufflée, laminée : Anne Hidalgo est à 3%, Mélenchon à peine à 10%, Jadot à 8%.

Plus que jamais le sort de la présidentielle sera entre les mains des abstentionnistes qui pencheront la balance ou pas. Est-il de l’intérêt des candidats Macron/Pécresse de les inciter à voter ?

Le socle électoral « bourgeois » qui vote massivement sait que l’immobilisme des masses lui permettrait en se déplaçant légèrement de Macron vers Pécresse de se satisfaire d’être toujours En marche, de garder le même bateau se contentant d’aller de bâbord à tribord…

Autant dire que ces fameux abstentionnistes seront au cœur des déplacements de Marine, d’Éric et de Jean-Luc, ce chemin tortueux vers des troupes sur le bord du chemin ne sera pas simple mais ce sera là que se fera la cassure ou pas de la présidentielle.….

 

Jean Vinatier

Seriatim 2021

lundi 6 décembre 2021

Zemmour/Mélenchon : France ou République N°5763 15e année

 

Ce dimanche 5 , Éric Zemmour et Jean-Luc Mélenchon se succédèrent à la tribune le premier à Villepinte, le second à La Défense. C’était en direct l’opposition de deux visions françaises.

Éric Zemmour a fait oublier le ratage de sa déclaration de candidature du 30 novembre par un discours enflammé, tonique, emportant une salle remplie (15 mille au moins) devant une marée de drapeaux tricolores et une Marseillaise chantée à plein poumon avec en final un  « surtout » Vive la France…A quelques encablures, Jean-Luc Mélenchon, empâté mais en verve a loué la créolisation du monde, vanté l’universalisme devant un parterre acquis sans quasiment de drapeaux français ni de Marseillaise avec en final un « surtout» vive la République.

D’un côté, la France, de l’autre la République où le territoire face au monde, le sol au défi de l’abstraction…. Un public blanc chez Zemmour, bien plus « coloré » chez Mélenchon qui n’attaqua que très peu Emmanuel Macron à l’inverse du premier qui parla de « néant ».

Se pose donc d’une manière classique à la faveur d’un moment historique haut comme en 1789 en France, en 1917 en Russie, l’antagonisme classique entre une révolution qui serait par essence nationale ou bien mondiale. D’une manière plus différente, la nation ou l’univers, ce choix accompagna le Royaume-Uni au XVIIIe siècle, divisant les élites anglaises et canadiennes (les futurs USA) lors de la guerre d’Indépendance américaine.

Si la France de 2021 n’est pas dans une fabrication révolutionnaire, elle est, cependant, en plein dans le questionnement sur son devenir ou bien elle assume complétement le mondialisme qu’un Mélenchon, par exemple, croit pouvoir borner par une francité francophone ou bien elle s’établit sur une éminence et s’y barricade comme l’énonce Éric Zemmour.

Pour Éric Zemmour la France est un pays historique avec ses principes fondamentaux, pour Jean-Luc Mélenchon la France un territoire où sont les grandes causes florales épanouies et incessantes via les concepts, de Liberté, d’Égalité, de Fraternité, au départ en 1789 tout à fait bourgeois et pas du tout à destination des classes populaires.

Pour Éric Zemmour l’identité ne peut être en France que française par l’assimilation, pour Jean-Luc Mélenchon l’identité en France est moins liée à la constitution d’une histoire nationale qu’aux influences importées depuis l’étranger vers la France (le livre de Boucheron dans son Histoire mondiale de la France établirait que tout ce qui a fait France, c’est d’abord l’extérieur)

Tant Mélenchon que Zemmour, les deux orateurs ou tribuns cultivés, maniant avec dextérité la langue française ont, au moins ,le mérite commun de donner à leurs discours une tonalité historique et intellectuelle indéniable, il reste à savoir si ces deux narrations saisiront les classes populaires dans un retrait abstentionniste complétement « Netflixsées » et persuadées comme la majeure partie des « gens d’en haut » que le monde est global et américain,: la popularité d’Halloween est illustratrice de cette soumission sous couvert d’une apparente célébration divertissante costumée.

Ainsi quand un Éric Zemmour dit « et surtout Vive la France » et que l’écho Mélenchon lui répond « et surtout vive la République », est-on assuré que d’un coup les Français relèveront la différence ?

Pour l’heure, chacun des deux candidats fédèrent sur un ennemi, le musulman et le migrant pour Éric Zemmour, le patriote blanc pour Mélenchon. Si le second a bien plus de latitude pour développer ses idées parce que la gauche a délaissé les classes populaires et a rallié très majoritairement « les causes du monde » qui sont autant de victimes à proclamer et dont le catalogue est une pelote de laine infinie, le premier aura plus de mal face à Marine Le Pen qui, si elle s’est lissée, dispose d’une base électorale populaire qu’il n’a pas avec en plus le problème des Républicains. Ces derniers ont bien désigné Valérie Pécresse compatible avec Macron face à un Eric Ciotti, compatible avec Le Pen et Zemmour, et ont, par conséquent, cette ligne qui empêche la droite de se renouveler et de s’unir. Le maintien des Républicains est évidement une aubaine pour Macron avec cette hypothèse qu’au soir du premier tour, les trois candidats de droite arrivent quasiment à égalité !!!!

 

Ainsi une gauche dont une partie votera Macron utile avec pour leader principal un Jean-Luc Mélenchon dans un discours « sans frontière » qui ne constituera pas un obstacle à Emmanuel Macron…lui aussi venu « d’une gauche » mais technocratique et américanophile.

Le « surtout vive la France » de Zemmour et « le surtout vive la République » de Mélenchon pèseront-ils face à la thématique européenne qu’Emmanuel Macron (et aussi Valérie Pécresse, Édouard Philippe, Anne Hidalgo, Yannick Jadot…) utilisera à fond comme Président de l’Union, disposant, en plus d’un budget de plus de 130 millions d’euros : il voudra mettre l’Europe en France pouvant rendre caduque, à la fois, la France et la République les laissant au rang de frontons lumineux pour l’éblouissement du chaland citoyen

 

Jean Vinatier

Seriatim 2021