Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

lundi 24 juin 2019

«L’« eurasisme » fondement du rapprochement russo-turc par Bayram Balci »N°4621 13e année


« Abandonnée par ses alliés occidentaux dans l’imbroglio syrien et rejetée par l’Union européenne, la Turquie cherche sa place dans le monde. Elle se tourne du côté de la Russie, son ennemie ou faux amie de toujours. Pour Recep Tayyip Erdoğan, l’eurasisme n’est pas un choix, plutôt un dernier recours.
En Turquie, les débats sur la place du pays dans le monde se sont longtemps polarisés sur trois axes : le monde arabo-musulman au sud (panislamisme), l’Europe à l’ouest (occidentalisme) et le monde turcique à l’est (panturquisme). Toutefois, depuis la fin de la guerre froide, on assiste à l’émergence d’un quatrième courant, l’eurasisme — Avrasyacilik en turc — qui promeut le rapprochement entre la Turquie et la Russie où il rencontre aussi un écho.
Car, agitée par un sentiment de frustration devant la prééminence de l’Occident sur la scène internationale, la Russie questionne également sa place dans le monde. Le débat oppose les slavophiles, qui voient la religion orthodoxe comme le pivot, les pro-Européens, et enfin les eurasistes, des nationalistes qui ambitionnent de faire de la Russie le chef de file d’un vaste espace de résistance à la prééminence de l’Occident.
Cette idée de réaction face à un Occident menaçant est cruciale si l’on veut comprendre l’eurasisme en Russie et en Turquie. Cette dernière en effet, bien que membre de l’OTAN, subit de plein fouet le pragmatisme court-termiste de ses alliés européens et américains dans la crise syrienne et moyen-orientale. »
La suite ci-dessous :


Jean Vinatier
Seriatim 2019

Manuel Valls : peu importe le pays, greluchon suis N°4620 13e année


Peu de temps encore, il était Premier ministre en France d’un Président déconsidéré et marié à une violoniste. En 2017, le public le vit se trainer presque à terre sans honte aucune pour se présenter à la députation d’Evry sous l’étiquette de La République En Marche. Et puis, d’un coup il passa l’Ebre, convola avec une riche héritière et ambitionna l’ancien comté de Barcelone.
A lire la presse espagnole Manuel Valls venant de connaître une écrasante défaite lors des élections municipales à Barcelone et après avoir fait élire son adversaire et trahit le parti au nom duquel il venait de battre la campagne environnante (Ciudadenos), s’apprêterait à devenir ministre socialiste des affaires Etrangères.
Il est assez inouï d’écrire simplement et sans s’offusquer qu’un ancien ministre français porterait la politique espagnole à l’étranger. Ainsi Manuel Valls, faisant fi des pays, caressant les fortunes à la manière d’un greluchon, irait et gravirait ?.
S’il est arrivé que des étrangers devinssent en France des ministres du Roi, ils ne le purent seulement qu’après avoir obtenu du Parlement de Paris des lettres de naturalisation, ainsi Mazarin. Aujourd’hui, en République la double nationalité montre ses effets pervers et dangereux. Manuel Valls a été Premier ministre, au cœur de nos secrets d’Etat, peut-on accepter qu’une tierce puissance en recueille les fruits ?


Jean Vinatier
Seriatim 2019



dimanche 23 juin 2019

Acte XXXIII: C’est reparti N°4619 13e année


Les Gilets jaunes revinrent en force et partout sur les ronds-points et les péages contredisant celles et ceux qui croyaient que l’été venant, ils opteraient pour le repos…Mais comment se calmer ? Trouver de l’apaisement ? Quand la facture d’électricité monte, que l’essence et le diesel menacent de grimper en raison des tensions autour du détroit d’Ormuz….Quand la réforme de l’assurance-chômage punira les plus faibles et rassureront les plus opulents. Et ce n’est une loi sociétale sur la PMA qui diminuera les colères immenses qui couvent dans tout le pays.
Madame Macron peut bien danser dans la cour de l’Elysée pour être jeune alors qu’elle cherche à séduire les personnes âgées en succédant à Madame Chirac pour les Pièces jaunes. Le Président Macron que nous ne vîmes pas se tortiller sait que toute sortie publique concentre sur sa personne les sifflets et les quolibets. Il a beau faire dire qu’il jouirait de 30% d’intentions favorables, les Français ne sont pas dupes de ce type d’annonce : cela fait belle lurette qu’ils parcourent les réseaux sociaux bien plus qu’ils ne lisent  les journaux, et ne prennent plus le JT pour la Vérité diffusée.
Ce qui est encore assez extraordinaire, c’est de ne pas assister à la réunion de tous les griefs, les mécontentements,, de ne pas avoir les catégories sociales, l’une après l’autre, rejoindre le samedi les Gilets jaunes. Cette séparation entre les courroux est un moment qui ne durera pas mais, pour l’heure, chacun croit qu’il peut obtenir ce que l’autre se verrait refuser. Ainsi les urgentistes et les pompiers volontaires sont-ils dans ce cas…De même que les salariés de General Electric où l’on vit des syndicalistes exclurent le RN d’une réunion sans que cela choque les autres partis politiques : c’est tirer sur la corde !
Jamais la répression gouvernementale et les procédures judiciaires bafouées n’auront été aussi fortes que depuis les défilés des Gilets jaunes. Jamais non plus, les mépris d’une classe dirigeante vis-à-vis d’une classe moins favorisée n’auront été aussi peu déguisés. Ainsi le vît-on à Rouen lors du déplacement du ministre Castaner : il suffit qu’un salarié l’interpelle sans agressivité marquée pour qu’aussitôt son employeur le licencie. Ce sont des comportements vus sur les réseaux, rien ne sera oublié quand les orages se déclencheront.


Jean Vinatier
Seriatim 2019

Voir aussi :