Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

lundi 21 janvier 2019

Macron en fête à Versailles : le jour de la mort de Louis XVI….N°4629 13e année


Emmanuel Todd se plait à rapporter que son fils  regrettait qu’Emmanuel Macron n’ait pas épousé sa prof d’histoire plutôt que celle de français, le prémunissant à priori de la  faute.
Organiser un grand raout à Versailles le 21 janvier, en anglais (« Choose France ») pour magnifier les financiers ceux-là mêmes qui en leur temps jouèrent un rôle puissant contre la monarchie française et donc l’indépendance de la France c’est davantage qu’une faute, un aveu supplémentaire que le successeur de François Hollande ne s’épargne décidément pas, se vanter devant eux des réformes à quelque chose de bas. Et d’ailleurs, ces milliardaires assemblées considèrent-ils comme une faveur d’être à Versailles, c’est pour eux une escale que nous réglons avant un autre vol……



J’apprends le décès du comte de Paris un 21 janvier, qu’un Orléans disparaisse ce jour-là, l’histoire a bien des ironies


Jean Vinatier
Seriatim 2019

dimanche 20 janvier 2019

“The Dutch Revolt Began 450 Years Ago. William of Orange and the Wilhelmus Still Alive and Kicking par Hans Cools” N°4628 13e année


Article de 7 pages:




Jean Vinatier
Seriatim 2019

« Quel futur pour l'histoire du droit canonique après la première codification? Par Thierry Sol » N°4627 13e année




« Sommaire : I.Entre continuité et nouveauté: le rôle de l’histoire dans les intentions des codificateurs.
II.Connaissance pratique et savoir  scientifique.
III.Le rôle des sources dans l’interprétation des canons et dans l’enseignement.
IV.La séparation entre l’histoire et l’exposition du droit en vigueur.
V.Notion de droit et étude de l’histoire.



La suite ci-dessous:
Source : Annales theologici 32, 2018 pp.435-453



Jean Vinatier
Seriatim 2019




« Hubert Védrine : l’Europe sans l’OTAN ? par Hélène Nouaille » N°4626 13e année


« De hauts responsables de l’administration ont confié au New York Times qu’à plusieurs reprises en 2018 Donald Trump a dit en privé qu’il souhaitait se retirer du traité de l’Organisation de l’Atlantique Nord (OTAN) » (1) – déclarations qui, réitérées avec insistance, ont provoqué l’inquiétude de ceux qui, aux Etats-Unis, soutiennent l’Alliance quand, du côté européen, les budgets que les alliés consacrent à l’Organisation sont loin d’atteindre l’objectif fixé par le président américain. L’idée n’est pas neuve, le candidat Trump l’avait longuement exposée en avril 2016 lors de son discours sur la politique étrangère qu’il souhaitait conduire : « Nos alliés doivent contribuer au coût financier, politique et humain qu’exige notre énorme fardeau sécuritaire. Mais nombre d’entre eux ne le font tout simplement pas. Ils voient les Etats-Unis comme faibles et complaisants et ne ressentent aucune obligation à honorer les accords qu’ils ont passés avec nous » (2). 

Plus précisément : « A l’OTAN par exemple, quatre seulement des vingt-huit membres, outre l’Amérique, dépensent le minimum requis de 2% de leur PIB pour la défense. Nous avons dépensé au fil du temps des milliards de dollars – en avions, missiles, vaisseaux, équipements – configurant nos forces armées afin qu’elles assurent une défense solide pour l’Europe et pour l’Asie. Les pays que nous défendons doivent payer pour le coût de leur défense – et s’il n’en est pas ainsi les Etats-Unis doivent être préparés à les laisser assumer seuls leur défense ». 

En Europe, depuis, on s’est efforcé de faire le dos rond, même après la déclaration remarquée de la chancelière Angela Merkel, en mai 2018, à l’occasion d’une rencontre avec Emmanuel Macron : « Le temps où l’on pouvait compter tout simplement sur les Etats-Unis pour nous protéger est révolu », avait-elle dit. « L’Europe doit prendre elle-même son destin en main, c’est notre défi pour l’avenir » (3). De même a-t-elle soutenu devant le Parlement européen à Strasbourg, en novembre dernier, la création d’une « véritable armée européenne ». Non pas d’une armée qui permettrait « de se protéger de la Chine, de la Russie et même des Etats-Unis d’Amérique » comme proposé par le président français, qui avait provoqué une tension avec Donald Trump, lequel avait jugé ces propos « très insultants ». Mais en affirmant : « Ce n’est pas une armée contre l’OTAN (…). Cela peut être un bon complément de l’OTAN, personne ne veut remettre en question les relations classiques » (4). Sa déclaration a pu être entendue, faute d’éléments concrets, non comme un engagement, mais comme un soutien verbal au projet que défend son partenaire français en vue des élections européennes de mai 2019 : une « Europe souveraine », autour d’un sujet, la défense européenne, en échec depuis le rejet par la France, en 1954, d’une « communauté européenne de défense ».
 La suite ci-dessous


Jean Vinatier
Seriatim 2019