Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

vendredi 31 juillet 2015

RDV le 1er septembre

Bonnes vacances

Je me lance dans un  périple de 1000 kilomètres à vélo.....

Jean Vinatier
Seriatim

« Le pouvoir communicationnel de la classe des élites contre la démocratie par Thierry Brugvin » N°3197 9e année



« [….]
L’appropriation des médias par la classe des élites économiques  privées limite la démocratie par les médias. Selon l’AFP, « La presse française est dominée par deux grands groupes industriels, Lagardère et Dassault » et depuis 2004, elle a connu une « période de recomposition, importante. Ainsi, le financier Edouard de Rothschild est entré dans le capital de Libération. Le premier groupe de presse français est Hachette Filipacchi Médias (HFM), filiale de Lagardère, dirigée par Arnaud Lagardère depuis la mort de son père Jean-Luc. HFM contrôle plusieurs quotidiens régionaux – La Provence, Nice-Matin, Corse-matin – et détient Le Journal du Dimanche. Premier éditeur de presse magazine au monde, il possède de puissants magazines comme Elle, Paris Match ou Télé 7 jours. La prise de contrôle de la Socpresse, ancien empire Hersant, par le groupe industriel Dassault a marqué 2004. La Socpresse (1,6 milliard d’euros de chiffre d’affaires) compte 70 titres autour du vaisseau amiral Le Figaro, mais aussi L’Express, L’Expansion, de solides quotidiens régionaux – La Voix du Nord, Le Progrès, Le Dauphiné Libéré -, le puissant supplément TV magazine. L’avionneur Serge Dassault, entré en 2002 dans le capital de la Socpresse, est propriétaire depuis octobre 2004 de 87%. Il a pris la première place pour l’activité presse en France, détrônant Lagardère qui reste cependant le premier éditeur français, avec plus de la moitié de son chiffre d’affaires réalisé à l’étranger. Hachette et la Socpresse publient un supplément féminin, vendu avec de nombreux titres régionaux, Version Femina (3,8 millions d’exemplaires). D’autre exemples montrent les liens des industriels avec la presse : LVMH, de Bernard Arnault, groupe mondial de luxe, contrôle six titres de presse, notamment le deuxième quotidien économique, La Tribune, Connaissance des Arts, Investir, Le Monde de la musique. A la tête d’un groupe de grande distribution (Fnac, Printemps, La Redoute) et de luxe (Gucci), le milliardaire François Pinault est propriétaire du “news magazine” Le Point, de La Recherche, de L’Histoire, du Magazine littéraire. L’autre grand quotidien économique, Les Echos, est détenu par le groupe britannique Pearson, éditeur du Financial Times. Le Monde a tissé des liens capitalistiques avec Le Nouvel Observateur, premier “news magazine” français, appartenant à Claude Perdriel qui est également un industriel »[1].
[….]
La suite ci-dessous :
http://www.mondialisation.ca/le-pouvoir-communicationnel-de-la-classe-des-elites-contre-la-democratie/5453237


Jean Vinatier
 Seriatim2015

Hidalgo supprime le stationnement gratuit d’Août N°3196 9e année



La journée sans voitures du 27 septembre ne le sera pas pour les deux roues motorisés qui ont tout le soutient d’Anne Hidalgo….. Copinage et mignons….

« En effet, le stationnement, autrefois gratuit en août, sera désormais payant en 2015. Cette mesure s’ajoute à diverses autres réformes visant à prélever un maximum d’argent à ceux qui commettent le crime de garer leur voiture ailleurs que dans un garage privé. A moins que le vrai crime soit d’avoir une voiture… Ladite mesure vient garnir les différentes hausses de tarifs subies ces derniers mois :
Augmentation du tarif du pass Navigo en zones 1-2-3
Stationnement payant le samedi
Stationnement payant jusqu’à 20h contre 19h auparavant
Triplement du tarif de stationnement résidentiel
Diminution du nombre de places disponibles (avec les conséquences induites en termes d’embouteillages et aussi de pollution atmosphérique)
[….]
La suite ci-dessous :

Jean Vinatier
 Seriatim2015

Ukraine, Grèce : le choix de la collaboration N°3195 9e année



Ukraine : le FMI déverse les dollars  

La ministre des finances d’Ukraine, Nathalie Jaresko, américaine naturalisée en express étant une ancienne du département d‘Etat américain, Christine Lagarde pro-américaine en tout point et vous aurez un tableau assez saisissant de la façon dont une puissance, l’empire du Potomac, décide de qui peut jouir de bontés. L’Etat ukrainien complétement corrompu, ne répugnant pas à accepter que le gouvernement américain finance une partie de sa police s’enfonce dans la démence. L’Ukraine étant, comme la Grèce, une boule dans un jeu géopolitique, elle n’a plus, elle-aussi, de décision souveraine : le chemin de la servitude volontaire….
Lire l’article :


 « Tsipras :  je crois dans la victoire de la Troïka  » N°3196 9e année

 Si Yannis Varoufakis faisait connaître très largement les plans, B, C  qu’il se proposait de mettre en place, Alexis Tsipras est, somme toute, plus préoccupé de sa durée politicienne. Il entend, via un congrès de Syriza en septembre prochain mettre sur la touche les frondeurs pour n’avoir que des gens convenables et avec ceux-ci mettre en œuvre une politique qu’il honnissait du temps de ses prédécesseurs. Double-jeu, double langage, duplicité le tout au service d’une ambition et même d’un orgueil. Il use même de l’argument selon lequel les Grecs ne voulant pas quitter la zone euro pour se légitimer.

Jean Vinatier
 Seriatim2015



mercredi 29 juillet 2015

«Démographie : la renaissance russe par Hélène Nouaille » N°3194 9e année



« Il y a quelques années », écrit Celia Mascré pour FranceTVInfo, « la presse occidentale titrait allègrement sur la fin de la croissance russe : La fin des Russes (The Wall Street Journal), Le suicide démographique de la Russie (The Economist), Russie : de l’espace mais pas d’habitants (Die Welt)... Dès les années 2000, les experts de l'ONU prévoyaient que la Russie n’atteindrait pas 130 millions d’habitants en 2015 » (1). Et de présenter un graphique (voir la première infographie) de ce que les démographes appelaient la « Croix russe » montrant comment, entre 1990 et 1992, lors de l’explosion de l’URSS (1991), les courbes des naissances et des décès se croisaient, au bénéfice des décès. 
Or, ajoute-telle, « au 1er avril, elle s'établit à 146,3 millions. Ajoutez 2,4 millions en comptant la Crimée. Aujourd'hui, le taux de fécondité russe de 1,7 enfant par femme est plus élevé que la moyenne de l’Union européenne. Et cela grâce à un vaste programme gouvernemental pour la croissance ».
[….]
La suite ci-dessous :

Jean Vinatier
 Seriatim2015

Turquie/USA :Sus aux Kurdes et pas trop contre Daech N°3193 9e année



Le néo-sultan et l’empereur du Potomac sont arrivés à la conclusion qu’il valait mieux bombarder les Kurdes que d’être contraints à détruire un Etat islamique qui les sert , en définitive, assez bien dans leurs calculs. On n’entend peu de critiques en Europe sur le triste sort réservé aux Kurdes qui viennent, pourtant, de priver Erdogan d’une majorité absolue et de se battre, non sans courage, contre les djihadistes. Mais nous sommes dans une région où tout le monde se combat y compris entre alliés. Du Caucase au Yémen, ce ne sont que luttes et destructions.
Washington n’est pas trop mécontent d’avoir su conduire Ankara à opérer sur deux fronts, kurde et état islamique, d’avoir obtenu la réouverture de base pour son aviation. C’est une manière d’entretenir le désordre turque. Erdogan, songe, par kurdes interposés, à réinsuffler un sentiment ultra-nationaliste alors même qu’il ne cesse pas de tourner en toupie. Le premier ministre turc aurait très bien pu soutenir la naissance d’un Kurdistan en Irak et en Syrie en échange de quoi les chefs kurdes eussent laissé à  Ankara le soin d’envelopper le PKK…..
La politique turque est en contradiction permanente, elle qui loupa le coche lors des révolutions arabes de 2010/2011. C’est une façon, aussi, de brider les tentations russophiles et eurasiatiques de la Turquie. Une fois de plus, la Maison Blanche manœuvre sur son champ le plus affectionné, le chaos !
Erdogan n’a rien d’un grand et tout du gribouille aux mains ensanglantées. Les Kurdes continueront à pleurer leur quotidien quand Daech se rira d’autant de combinaisons.


Pour lecture :


Jean Vinatier
 Seriatim2015