Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

mercredi 8 juillet 2015

Dimanche : Grèce libre et Europe implosée? » N°3173 9e année



Dehors ou dedans, dimanche : c’est que l’on nous annonce au terme d’une journée longue et bêlante !
Question : si la Grèce ne faisait plus partie de la zone euro dimanche, y aurait-il encore une Union européenne, le lundi ? Voilà l’interrogation !
Marine Le Pen a eu le bon mot pour qualifier « la bande de Bruxelles » en la dénommant « secte ». Mais une « secte » de quoi et pour qui ? N’assiste-t-on pas à une autodestruction générale ? Les historiens de la fin du XXIe siècle s’interrogeront longtemps pour savoir comment un tout petit pays, la Grèce, dont le PIB est ridicule et qui connut plusieurs faillites en un siècle, a contraint la zone euro et donc l’Union européenne à prendre le risque de se fracturer ? L’intelligence n’aurait-elle pas été de rompre très vite avec Athènes au lieu de mettre en place une série de rencontres, de sommets sans la moindre conclusion. Autre question : y-a-t-il une tête pensante ? Mme Merkel que l’on imagine en novatrice d’un IVe Reich, ne prend pas le moindre risque en trainant derrière elle le Français, qu’elle n’aime pas, et qui combine à la petite semaine comme s’il gérait un congrès du parti socialiste. Nous regardons gesticuler (et non agir)  une Europe sans le moindre sens politique ni la plus petite ambition. L’empereur du Potomac s’impatiente, il pense à ses traités transatlantique et transpacifique et donc à la Chine, de ce continent, pourtant peuplé de ses créatures qu’il n’hésite pas à malmener en les espionnant puis en les incitant à s’espionner entre elles. Mais voilà les marionnettes ont les fils rouillés  et qui toutes serviles à la grandeur du Potomac n’en peuvent pas davantage.
L’Ukraine, à l’origine fer de lance de l’avancée européenne, s’enfonce dans la misère, la corruption, la guerre larvée, quand les Balkans sont secoués par les Américains pour balayer l’influence russe. La France, doucement mais avec constance s’enfonce dans l’insécurité : migrants incontrôlés, actions des pro-daech (décapitation d’un chef d’entreprise français blanc, attentats et aujourd’hui vol annoncé dans une base militaire à Miramas de considérables quantités d’explosifs…etc.), son plan vigipirate n’étant plus qu’un vain slogan… Le sud européen, Italie, Espagne, Portugal, redoute le « Non » Grec. Le Royaume –Uni, fidèle à sa politique constante, s’apprête à demeurer ou pas dans l’Union européenne où il dispose déjà d’un statut à part, au gré de son strict calcul national. Et la Grèce ? Mais si dimanche elle est déclarée Grexit elle pourrait soit nationaliser sa banque natonale et continuer à imprimer des euros ou bien à accepter les aides des BRICS  ou bien faire les deux: après tout son histoire antique ne nous apprend-t-il pas qu’elle tenait bien davantage à ses possessions asiatiques plutôt  qu’européennes : ainsi la guerre de Troie……

Jean Vinatier
SERIATIM 2015

Aucun commentaire: