Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

lundi 27 février 2017

« L’Union européenne post-Brexit : quelles perspectives géopolitiques ? par Pierre Verluise N°4329 11e année



« 1957-2017, bilan et perspectives géopolitiques de l’Union européenne. Alors que le mois de mars 2017 est marqué par le 60e anniversaire du Traité de Rome, Pierre Verluise pose la question : le temps de la « déconstruction européenne » et de l’effacement de l’Union européenne a-t-il sonné ? Il répond de manière argumentée en considérant les grands paramètres : territoire, population, économie et stratégie. L’étude intègre les effets du "Brexit" qui peut avoir un effet d’accélérateur.
LE TEMPS de la « déconstruction européenne » et de l’effacement de l’Union européenne a-t-il sonné ?
La suite ci-dessous :

Jean Vinatier
Seriatim 2017

Pays-Bas, Grèce : quitter l’euro ? N°4328 11e année



Ce sont des entrefilets entraperçus ici et là qui nous apprennent que le parlement des Pays-Bas décidait à l’unanimité d’autoriser la rédaction d’un rapport afin de déterminer «  s’il est possible pour les Néerlandais de quitter la zone euro, et si cela est possible comment »1. A deux semaines d’élections législatives qui pourraient faire du parti de la liberté, de Geert Wilders le premier du parlement, cette décision est, naturellement, forte. Le royaume est l’un des pays fondateurs de l’Europe, il est du premier cercle. Le vote du BREXIT juste de l’autre côté de chez eux a, sans nul doute, nourri cette idée. Dans l’histoire les Provinces Unies, au départ adversaires redoutables de l’Angleterre cessèrent de l’être quand leur grand amiral Ruyter succomba devant Syracuse(Agosta) sous les coups de canon de la flotte d’Abraham Duquesne en 1676. Depuis lors La Haye ne cessa plus de suivre Albion. Quant à leur colonialisme, il fut certainement l’un des plus atroce et des Indes néerlandaises (Indonésie) il ne reste rien de rien.
Mais trêves d’histoire et revenons vers cette Union européenne qui s’empourpre à regarder l’Allemagne serrer de plus en plus fort le cou grec pour convaincre Athènes de quitter …la zone euro. L’obstination du gouvernement d’Angela Merkel en campagne électorale  explique sans doute, pour partie, ce refus du moindre aménagement. Le gouvernement de Tsipras qui ne demande qu’à garder l’Euro et serait même disposé à défier sa propre population n’aura plus d’autre choix que de se passer la corde au cou !
L’Euro n’est plus une monnaie partagée par ses membres, elle est toute entière entre les mains d’un seul gouvernement, ici celui de Berlin et ne peut par conséquent se prévaloir d’un intérêt général et commun et fédérateur. La grande erreur commise en instaurant cette monnaie unique a été de considérer l’existence d’une nation européenne alors qu’elle n’existe pas. L’euro né des chimères, tôt ou tard, tombera en quenouille.
Sur le principe, cette monnaie est la seule arme de ce continent pour s’affirmer sur la scène extérieure et justifier de son rôle dans les affaires mais elle cesse de l’être faute d’avoir pour souverain une Europe puissance politique et donc une Nation, deux états inexistants.
Nous voilà, maintenant, dans une situation singulière où un parlement néerlandais réfléchit à une sortie bénéfique de la zone euro, un exécutif grec poussé hors l’euro sous les coups de butoir de l’Allemagne qui prétend agir au nom de cette monnaie, c’est-à-dire de ses intérêts propres affirmant donc son nationalisme économique d’une manière intransigeante. Toute cette agitation sert les thèmes de Marine Le Pen sans émouvoir Emmanuel Macron approuvant tout du CETA à l’Euro-allemand.
Pour finir, je me souviens également, que c’est de la révolution avortée aux Pays-Bas en 1788, la France n’osant, pour des motifs financiers, la soutenir,  laissant alors le champ libre à la Prusse, que commença  1789.

Jean Vinatier
Seriatim 2017


Sources :




« Plumes de fer et robes de papier. Pratiques politiques du parlement de Paris 1715-1790 »N°4327 11e année

Conférence autour du livre de David Feutry « Plumes de fer et robes de papier. Pratiques politiques du parlement de Paris 1715-1790 Institut universitaire Varenne Paris, 2013 » animée par Olivier Chaline, Jean Vinatier
 Seriatim 2017

« Macron : Bayrou c’est mon Gallet pour la vie »N°4326 11e année


https://www.facebook.com/hotu.fr/videos/1841096309511429/


https://www.facebook.com/frank.lauren.79?hc_ref=NEWSFEED#


Jean Vinatier
 Seriatim 2017

dimanche 26 février 2017

« Libye, la nouvelle carte russe par Igor Delanoë » N°4325 11e année



« Alors qu’elle y avait repris pied à la fin des années 2000, la Russie s’est retrouvée évincée de la Libye après l’opération de l’OTAN et le renversement du colonel Mouammar Kadhafi en 2011. La stérilité des initiatives internationales tentées pour unifier les différentes factions libyennes ainsi que l’accroissement de son empreinte au Proche-Orient suite à son intervention en Syrie fournit à Moscou la possibilité de se réinsérer en Libye. À l’échelle du pays, la Russie s’aménage une place sur le chantier politique et économique post-conflit. À l’échelle régionale, un succès russe sur le dossier de la réconciliation des différents groupes qui se disputent le pouvoir, loin d’être une fin en soi, résonnerait au-delà du cadre libyen et serait un moyen pour Moscou de cristalliser un peu plus son influence en Afrique du Nord et au Moyen-Orient.
La suite ci-dessous :


Jean Vinatier
Seriatim 2017

Macron demain sur les yaourts et les lessives N°4324 11e année



Certains s’étonnent et s’alarment, à juste titre, du rouleau compresseur au service d’Emmanuel Macron, à savoir les services de l’Etat et les possédants pas seulement français ?
Après le BREXIT et l’élection de Donald Trump et l’incapacité de François Hollande à se représenter, les acteurs de la mondialisation toujours plus, les pro-Bruxelles et autres avocats des flux migratoires encouragés feront tout pour empêcher l’élection d’un candidat national et pousseront donc leur produit tel Emmanuel Macron. La France doit rester dans le rang, ne pas bouger d’un pouce au nom de la zone euro, de l’Union européenne, de l’Allemagne.
Cela étant dit ce triste sire perce sur un terreau décrépi de la classe politique et les lassitudes des militants des différents partis. François Fillon empêtré dans ses histoires où l’enrichissement personnel a sa place, un parti socialiste implosé où Benoît Hamon ne pense qu’aux législatives. En face  Jean-Luc Mélenchon croit par son seul verbe enflammer le peuple quand  Marine Le Pen bat le pavé assuré que son électorat se moquera comme d’une guigne de l’enquête européenne sur ses assistants (où il n’est question ni d’emploi fictif, ni d’enrichissement). Le « système » redoute autant Mélenchon que Le Pen parce qu’ils sont sur une ligne politique autant historique que nationale. La France de fin de quinquennat de François Hollande étant un ventre mou, il importait donc de lui imposer par le discours et le marketing un candidat fabriqué de A jusqu’à Z disant tout et son contraire, happant tel un tapir géant toutes les fourmis françaises et s’imposant, qui sait, demain, jusque dans les rayons des supermarchés !
Les structures derrière la marionnette Macron sont en passe de réussir à faire croire aux Français que sont eux qui le désirent. C’est une énorme manœuvre de manipulation des foules et des individus. Cette OPA sur l’électorat français est lourde de menaces démocratiques. Mais le plus étonnant de cette histoire est qu’Emmanuel Macron n’est pas pilonné par ses adversaires, hormis Marine Le Pen : pourquoi ?


Jean Vinatier
Seriatim 2017

samedi 25 février 2017

« Pascal Bruckner : «L'affaire du Bondy Blog est le Titanic de la gauche branchée» N°4323 11e année



« FIGAROVOX. - Le chroniqueur du Bondy Blog, Mehdi Meklat, a publié des milliers de tweets antisémites, racistes, homophobes et misogynes. Que pensez-vous de cette affaire?

Pascal BRUCKNER. - L'affaire du Bondy Blog est le Titanic de la gauche branchée. Pendant des années, M le Monde, Libération, Les Inrocks, Télérama ont encensé la formidable vitalité de ce kid des banlieues, si cocasse, si futé qui se proposait, par la voix de son «double maléfique» de tuer des Juifs, de sodomiser Madame Valls, de cracher sur Charb, de casser les jambes de Finkielkraut. Quel humour, quelle force! Les chaisières de la gauche antiraciste se gondolaient, rien qu'à le lire. Il a fallu le courage d'une internaute républicaine et athée pour que l'abjection soit révélée. J'espère que ce «nazillon cool» va être traîné devant la justice, même s'il me semble que ses tweets sont prescrits.

Je ne crois pas que cette affaire Mehdi Meklat passera inaperçue. Elle a le mérite de révéler au grand jour que les membres issus de minorités dites discriminées peuvent aussi commettre des discriminations, qu'ils peuvent aussi être racistes, antisémites, homophobes ou misogynes. Contrairement à la vulgate tiers-mondiste, il y a des oppresseurs chez les oppressés. Le raisonnement du tiers-mondisme est toujours le même: les opprimés sont innocents par nature. De père en fils, le statut de victime se transmet, ce qui permet à celui qui dispose de ce statut de n'être jamais ni responsable ni coupable. C'est une monstrueuse supercherie.
Dans une interview accordée à Télérama, Mehdi Meklat ose même se déclarer victime de la fachosphère... dont il fait évidemment partie! Mais je suis sûr qu'il sera accueilli bientôt par le site frérot salafiste de Médiapart, au nom bien sûr de la lutte contre «l'islamophobie».
La suite ci-dessous :


Jean Vinatier
Seriatim 2017