Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

jeudi 2 février 2017

En-deçà du Trump, Macron N°4300 11e année



Alors que le retrait de François Fillon deviendrait envisageable, que la gauche regimbe au « Hamon commandement », que François Bayrou n’en finit plus de poser le pour et le contre, que Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon estiment l’étendue des implosions de l’UMPS, Emmanuel Macron, le mauvais ministre de l’Economie du calamiteux François Hollande rêve de son entrée à l’Elysée. Il est donc « en marche », entouré d’une quinzaine de collaborateurs âgés en moyenne d’une trentaine d’année, toutes et tous sortis des grandes écoles, rassurés de n’avoir loupé aucun graphique qui laisserait sur le bas-côté, le moindre intérêt des Français, certains en étant ainsi rassemblés d’être parfaits. Dans le zeppelin Macron, l’hydrogène est pure disent-ils. Oui, mais c’est quand même de l’hydrogène ! Je me remémore, alors, un libelle de 1789 qui leur correspond bien, intitulé Le pot aux roses ou le Parlement dévoilé:
« A beaux deniers comptants, des enfants anoblis,
Du collège, en un saut, volent aux fleurs de lys,
Là sifflant, chantant, pensant à  leurs maîtresses,
Cuirassés d’ignorance et fiers de leurs richesses,
Ces Caton de vingt-ans vont à tort et à travers,
Décider sans appel des intérêts divers »

L’élection de Donald Trump et l’arrivée au pouvoir de Teresa May sont une onde de choc que l’on peine à configurer et à admettre tant il semble invraisemblable que les deux nations les plus engagées dans une mondialisation nées dans leurs laboratoires puissent au détour d’un référendum, d’une élection tourner casaque laissant une Union européenne tétanisée au point que son Président non élu, Donald Tusk estime les Etats-Unis la puissance aussi dangereuse que la Russie, la Chine et Daesh réunis! Emmanuel Macron s’est infatué de cette Europe merkélisée, merkantile et ce ne sont pas des promesses de remboursements de prothèses qui le poseront en rebelle ! Rebelle, il ne l’est point. Contestataire moins encore. Mécontent certainement. Piaffant d’impatience et trépignant parmi ses amis de « j’aime ma banque » où il peut sans problème lever des fonds depuis un pays étranger, user des fonds de son ministère pour séduire et circonvenir. Macron est un leurre et un piège. Les circonstances le placent sur une voie romaine tant les têtes roulent. Il se pense tellement politique que quoique non élu il en vient à parler de sa circonscription. Gageons que les tempes de cet ancien ministre socialiste, de sa cour de jeunes marquis égotistes bordés et langés par les puissants, rougissent en permanence ne laissant la place à aucune raison. Macron n’a pas d’ambition française, il a celle des intérêts de ceux qui le hissent sur un pavois.
Sans être laudateur de Donald Trump, convenons qu’il voudrait renouveler une page de l’idéal de l’Américain et du maintien de la prépotence de son pays. Rien de tel chez Macron qui sous couvert de nouvelles technologies et d’oboles réparties nous préparent à la soumission semblables en cela, hormis Mélenchon et Le Pen, aux autres compétiteurs de cette élection présidentielle de 2017.


Jean Vinatier
Seriatim 2017

Aucun commentaire: