Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

lundi 13 février 2017

« Afghanistan : le troisième front de l’Etat Islamique ? par David Gaüzere N°4312 11e année



« L’absence de vision globale et de stratégie commune russo-occidentale en matière de renseignement dans le cadre de la lutte contre le terrorisme permettra-t-elle à l’EI, si rien n’est entrepris entre temps, de très prochainement donner vie à son troisième front en Afghanistan ? Illustré d’une carte de Margaux Schmit, sous deux formats, JPEG et PDF.

LA PRISE de Syrte, dernier bastion de l’Etat Islamique (EI) en Libye, et l’offensive de la coalition internationale et de la Russie en Irak et en Syrie portent à croire que la fin de l’EI est proche. L’ensemble des media occidentaux convergent dans cette pensée optimiste, même si tous s’accordent sur l’idée que des actes isolés de terrorisme, signés EI, auront encore lieu ici et là, commis par des kamikazes isolés de retour des fronts.
Cependant, les positions atlantistes occidentales combinées à la russophobie ambiante du moment conduisent services de renseignement, politiques et media américains et européens à minorer encore la montée d’un troisième front de l’EI. Ce troisième front a pour théâtre le territoire afghan, plus précisément le nord et l’ouest du pays, non pachtounophone, le long des frontières, iranienne et centrasiatiques. Là, les populations locales turkménophones, ouzbékophones ou encore tadjikophones peuvent compter sur des relais parmi leurs co-locuteurs en Asie centrale post-soviétique.

Les Etats-Unis, qui disposent en vertu du Bilateral Security Agreement (BSA) signé en 2012, toujours d’un dispositif de près de 8 400 hommes en Afghanistan, essentiellement regroupés autour de 9 bases (Kaboul-Bagram, Kandahar, Mazar-i-Sharif…) [1], s’en tiennent encore à des objectifs traditionnels : protéger les Gouvernementaux en place, garantir une sécurité minimale dans les principales villes du pays, près desquelles ils disposent d’une base, continuer à former la nouvelle armée afghane… Ils ne saisissent pas encore bien la distinction de plus en plus prononcée entre les Taliban, l’ennemi traditionnel, et les partisans de l’EI, la nouvelle menace.

La Russie entend également préserver le Gouvernement en place à Kaboul, comme contribuer financièrement au renforcement de la nouvelle armée afghane. Mais, Moscou souhaite encore protéger les frontières méridionales de l’Asie centrale, redoutant davantage les actions de l’EI que celles des Taliban sur son flanc sud. Depuis septembre 2015, l’intervention russe en Syrie vise d’ailleurs, par l’élimination de cadres russophones de l’EI, à éviter que ces derniers, caucasiens ou centrasiatiques, puissent établir des contacts durables avec leurs représentants en Afghanistan, avant de finir par les rejoindre une fois le conflit syrien achevé.
La suite ci-dessous :



Jean Vinatier
Seriatim 2017


Aucun commentaire: