Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

vendredi 30 septembre 2011

Sarkozy : j’attends la Saint Nicolas ! N°1026

L’eau monte autour du Président de la République. Et ce n’est pas l’intervention de Brice Hortefeux, ancien ministre de l’Intérieur et ami de trente-cinq ans qui y changera quoi que soit. Jeudi, Alain Juppé ne cessait pas de clamer son amitié à Nicolas Sarkozy tandis que la presse, au lendemain du basculement historique du Sénat à gauche, imaginait que le candidat naturel de la droite pour 2012 ne pouvait être que « le meilleur d’entre nous » dixit Jacques Chirac !
Constatons une première chose : l’UMP et le PS monopolisent les médias. Entre les primaires télévisuelles des candidats socialistes et les interventions de leaders de l’UMP, on ne discerne plus quelle place reste aux autres partis politiques !Il est assez incroyable que le CSA ne s’émeuve pas de cet indiscutable favoritisme qui pourrait fort bien apparaître comme une manière de monter aux Français que le choix pour les élections de mai et juin 2012 se limiterait, comme d’habitude, aux tenants du bipartisme.
Comment ne pas s’étonner de la montée progressive de la gauche et des socialistes en particulier : ne sont-ils pas les gentils candidats (même si Gérini et DSK sont sources d’agacement) face aux méchants umpistes empêtrés dans les affaires ? De toute manière l’essentiel n’est-il pas verrouiller le débat ?
Revenons dans le camp présidentiel qui passe d’une tempête à une autre avec cette conséquence de remettre sur les rails les chiraquiens rassurés par la fin des ennuis judiciaires de Jacques Chirac : Baroin aux Finances et Juppé aux Affaires Etrangères sont au cœur du dispositif sarkozien non parce que le Chef de l’Etat serait parvenu à les enserrer mais l’inverse ! Si une raison pour laquelle Nicolas Sarkozy voudrait coûte que coûte tenter le second mandat, ne serait-ce pas pour faire démentir toute emprise ? Mais, voilà, actuellement les balladuriens dont Nicolas Sarkozy fut le laudateur et le combattant, une adhésion qui joua un rôle décisif lors de la campagne de 2007, cherchent des bouées et ne s’agrippent, en ce moment, qu’à des pneus crevés ou sous-gonflés.
En ce début d’automne le sarkozisme est très déshabillé : d’abord parce que le Chef de l’Etat a détricoté un certain nombre de mesures emblématiques de sa campagne et du début de sa présidence ; ensuite l’échec de la politique sécuritaire où la police devait être le fer de lance : patatras, la possible chute du numéro 2 de la PJ de Lyon dans une affaire de trafic de drogue et d’un éventuel effet domino jusque dans la magistrature sonnera négativement aux yeux des Français. Enfin,  les habiletés de communication s’essoufflent totalement : Le Président a beau aller dans les provinces, rencontrer des ouvriers le discours ne prend plus. Tout ce qu’il dit est perçu comme une posture, un moment de théâtre. Bref, il n’est plus cru !
Nicolas Sarkozy a beau mettre en avant son dynamisme à l’international (G20, Libye…etc.) les Français ont les yeux plongés dans le contenu de leurs assiettes. La précarité et la pauvreté grandissent au même rythme que le chômage et les contrats temporaires. Si la dégradation économique se poursuit comment le Chef de l’Etat plaiderait-il sa bonne gouvernance ?
Sur tous les plans Nicolas Sarkozy apparaît comme le mauvais cheval : le travailler plus pour gagner plus, ne sert-il que le Président de la République et les bandes du Fouquet’s et du Bristol ?
Avec raison le Chef de l’Etat voudra entrer au dernier moment en campagne en février/mars prochain, en misant sur les disputes entre socialistes, une soudaine embellie économique, un fait de guerre et/ou de terrorisme et surtout, que par protection divine, tous les soupçons qui pèsent sur lui dans toutes les affaires actuelles perdent de la force.
Il y a cependant, quelque chose que l’entourage présidentiel néglige, c’est le degré de détestation de l’homme Nicolas Sarkozy : il n’est plus supporté ! On doute que la naissance de Quinquennatus émeuve le populo, Carla Bruni n’avoue-t-elle pas que sa grossesse laisse tout le monde indifférent !
Les socialistes auraient un grand tort de croire qu’ils sont espérés car les élections législatives de juin 2012 contiennent déjà tous les ferments de la colère populaire qui frapperaient la droite dans un premier temps avant de s’abattre sur eux ensuite. Le bipartisme est entre le marteau et l’enclume.
Sarkozy attends désespérément Saint-Nicolas : il n’arrivera qu’en décembre. Et c’est loin !
 Jean Vinatier
Copyright©SERIATIM 2011

Internautes : Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Angola, Arabie Saoudite, Argentine, Arménie, Australie, Bahamas, Bangladesh, Biélorussie, Bénin, Bolivie, Bosnie Herzégovine, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, Cameroun, Canada, Chili, Chine (+Hongkong & Macao), Chypre, Colombie, Congo-Kinshasa, Corée du Sud, Costa-Rica, Côte d’Ivoire, Djibouti, EAU, Egypte, Etats-Unis (30 Etats & Puerto Rico), Ethiopie, Ghana, Gabon, Gambie, Géorgie, Guatemala, Guinée, Guinée, Haïti, Honduras, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Islande, Israël, Jamaïque, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Laos, Liban, Libye, Liechtenstein, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Malawi, Mali, Maurice, Maroc, Mauritanie, Mexique, Moldavie, Monaco, Népal, Niger, Nigeria, Norvège, Nouvelle Zélande, Oman, Ouzbékistan, Palestine, Pakistan, Pérou, Philippines, Qatar, République Centrafricaine, République Dominicaine, Russie, Rwanda, San Salvador, Saint-Marin, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovénie, Somalie, Suisse, Syrie, Taiwan, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, Union européenne (27 dont France + DOM-TOM, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Saint-Pierre–Et-Miquelon), Ukraine, Uruguay, Vatican, Venezuela, Vietnam, Yémen

lundi 26 septembre 2011

Russie : pouvoir pacsé ! N°1025 5e année

Alors que le monde arabe raisonne d’échos divers et variés du Printemps arabe, Vladimir Poutine et Dimitri Medvedev s’apprête à inter-changer leurs fonctions : le premier espérant garder la Présidence russe pendant deux mandats ce qui le mènerait jusqu’à l’année 2024. Un journal russe écrivait que Poutine était le passé, le présent et le futur, une manière de souligner la chape de plomb que représentait la tradition dans ce pays-ci. Si tout pouvoir en Russie est total, force est de constater que les dirigeants actuels ont su garder l’indépendance du pays intacte et en particulier surent éviter qu’un oligarque, Khodorkovski fondateur de Ioukos, ne place, en partie, entre les mains anglo-américaines les richesses énergétiques.
Aujourd’hui aucune puissance ne pipe mot : ni l’Europe (et en particulier l’Allemagne et la France), ni les Etats-Unis, ni bien évidemment la Chine, le Royaume-Uni serait bien seul à bouder mais au vu du désastre de ses finances et de l’étendue de son endettement, son dépit s’exprimera les volets clos.
La Russie si elle voit la natalité progresser, son taux de mortalité enfantine reste considérable : le maillon faible est bel et bien dans sa population comparée aux immensités et aux migrations chinoises en Sibérie. Les défis à surmonter sont à la dimension de cet état mais ceux-ci ne le sont-ils pas depuis la reconquête sur les Tartares ? Evidemment, en Europe on aimerait bien que la démocratie selon nos canons s’installe : est-elle seulement envisageable ? Si l’on doit naturellement souhaiter que les libertés et la démocratie progressent, l’héritage historique doit peser dans la balance. Et puis quand on voit de quelle manière on fait ici, en France ou en Hollande, du respect de la voix populaire lors du référendum de 2005, il vaudrait mieux se montrer plus humble. Les lois liberticides et les fichiers démultipliés ne jouent pas non plus en notre faveur.
Mais il est vrai que dans l’atmosphère actuelle sentir qu’un pouvoir décide de son avenir glace quelque peu. Or à des milliers de kilomètres de là en Arabie Saoudite, les Européens ne saluent-ils pas la réforme municipale en faveur des femmes par le roi Abdallah alors qu’il fait ce qu’il veut à Bahreïn et au Yémen ? Que son Etat nonobstant sa richesse bride toute contestation ! La France ne vient-elle pas de recevoir, en le louangeant, le Président du Kazakhstan ?
Ce pouvoir russe « pacsé » choque et heurte quoique le monde tout entier soit entré dans une forme insidieuse de tyrannie nouvelle avec des élites mondialisées dénationalisées mais avides bien souvent d’accaparer, d’amasser, de ne redistribuer que le moins possible.
Jean Vinatier
Copyright©SERIATIM 2011
In Seriatim :
7 mai 2008 : Medvedev/Poutine une dyarchie russe ? N°199 1ère  année
et :
 Internautes : Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Angola, Arabie Saoudite, Argentine, Arménie, Australie, Bahamas, Bangladesh, Biélorussie, Bénin, Bolivie, Bosnie Herzégovine, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, Cameroun, Canada, Chili, Chine (+Hongkong & Macao), Chypre, Colombie, Congo-Kinshasa, Corée du Sud, Costa-Rica, Côte d’Ivoire, Djibouti, EAU, Egypte, Etats-Unis (30 Etats & Puerto Rico), Ethiopie, Ghana, Gabon, Gambie, Géorgie, Guatemala, Guinée, Guinée, Haïti, Honduras, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Islande, Israël, Jamaïque, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Laos, Liban, Libye, Liechtenstein, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Malawi, Mali, Maurice, Maroc, Mauritanie, Mexique, Moldavie, Monaco, Népal, Niger, Nigeria, Norvège, Nouvelle Zélande, Oman, Ouzbékistan, Palestine, Pakistan, Pérou, Philippines, Qatar, République Centrafricaine, République Dominicaine, Russie, Rwanda, San Salvador, Saint-Marin, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovénie, Somalie, Suisse, Syrie, Taiwan, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, Union européenne (27 dont France + DOM-TOM, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Saint-Pierre–Et-Miquelon), Ukraine, Uruguay, Vatican, Venezuela, Vietnam, Yémen

dimanche 25 septembre 2011

Sénat rose, Assemblée bleu nuit N°1024 5e année

Le mandat de Nicolas Sarkozy enterre véritablement la Ve République : la France réintègre l’OTAN et le Sénat passe à gauche. Son slogan de campagne présidentielle était donc vrai : tout est possible !
La gauche l’emporte, non pas tant par la seule progression de son électorat et des victoires remportées précédemment aux élections municipales, cantonales et régionales mais aussi et surtout par la multiplication des listes dissidentes à droite. L’électorat rural, traditionnel bastion de la droite s’il ne bascule pas véritablement à gauche montre très fermement au Président de la République que sa personne et sa politique deviennent de moins en moins supportables. A sept mois de mai 2012, l’Elysée montre toute sa vulnérabilité et n’a plus pour assise que la seule majorité à l’Assemblée nationale laquelle ne colmate qu’à grand-peine les fissures. L’activité législative ne sera guère facilitée : le gouvernement devant  dans les semaines à venir se résoudre à passer d’autorité et selon toute vraisemblance tout Congrès pour faire voter la Règle d’or est enterré !
Le Président de la République dans sa stratégie de reconquête et de présidentialisation (elle n’existait donc pas avant ?) a parcouru les provinces sans convaincre. Devant son électorat et les Français, il sera difficile à Nicolas Sarkozy d’expliquer que le basculement historique du Sénat à gauche est lié à la seule impopularité gouvernementale. Le transfert par l’Etat aux départements de compétences (donc des charges) sans la capacité d’en assurer le financement a considérablement contribué à l’endettement des conseils généraux et a mécontenté moult élus locaux. Ajoutons à ce fait, que le coût des prêts accordés par les banques aux municipalités s’avère complétement calamiteux et aggravé du fait de la crise financière : l’Etat ne renflouerait-il que les banques et pas les villes et les communes ?
Si pour le parti socialiste et leurs alliés, l’exercice au Sénat serait, en quelque sorte, une répétition de leur gouvernance s’il advenait qu’il l’emporte en mai prochain ; pour la droite avec une Marine Le Pen désormais sur le mont Pagnote qui observe le déroulé de la chasse, l’UMP via la Droite populaire se charge de guider les meutes contre le gouvernement quand celui-ci destine ses pharmacopées possibles sur les divers cervidés du Centre : ceux-ci, ce soir, estiment que l’emmêlement de leurs bois à Nicolas Sarkozy se négociera très cher.
On ne sait précisément quel espace s’ouvre pour le Président de la République : apparemment il s’agit plus d’un goulot que d’une voie royale.

Jean Vinatier
Copyright©SERIATIM 2011
 Internautes : Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Angola, Arabie Saoudite, Argentine, Arménie, Australie, Bahamas, Bangladesh, Biélorussie, Bénin, Bolivie, Bosnie Herzégovine, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, Cameroun, Canada, Chili, Chine (+Hongkong & Macao), Chypre, Colombie, Congo-Kinshasa, Corée du Sud, Costa-Rica, Côte d’Ivoire, Djibouti, EAU, Egypte, Etats-Unis (30 Etats & Puerto Rico), Ghana, Gabon, Gambie, Géorgie, Guatemala, Guinée, Guinée, Haïti, Honduras, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Islande, Israël, Jamaïque, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Laos, Liban, Libye, Liechtenstein, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Malawi, Mali, Maurice, Maroc, Mauritanie, Mexique, Moldavie, Monaco, Népal, Niger, Nigeria, Norvège, Nouvelle Zélande, Oman, Ouzbékistan, Palestine, Pakistan, Pérou, Philippines, Qatar, République Centrafricaine, République Dominicaine, Russie, Rwanda, San Salvador, Saint-Marin, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovénie, Somalie, Suisse, Syrie, Taiwan, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, Union européenne (27 dont France + DOM-TOM, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Saint-Pierre–Et-Miquelon), Ukraine, Uruguay, Vatican, Venezuela, Vietnam, Yémen

« Wadah Khanfar, Al-jazeera et le triomphe de la propagande télévisuelle » N°1023 5e année

Un fort intéressant article qui parle, notamment, des liens d’affaires entre BHL et le leader du Conseil national de transition libyen, Mahmoud Jibril:
En supplément, l’annonce d’une nouvelle chaîne satellitaire depuis Bruxelles par des hommes d’affaires ukrainiens:
Jewish News One

Jean Vinatier
Copyright©SERIATIM 2011
 Internautes : Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Angola, Arabie Saoudite, Argentine, Arménie, Australie, Bahamas, Bangladesh, Biélorussie, Bénin, Bolivie, Bosnie Herzégovine, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, Cameroun, Canada, Chili, Chine (+Hongkong & Macao), Chypre, Colombie, Congo-Kinshasa, Corée du Sud, Costa-Rica, Côte d’Ivoire, Djibouti, EAU, Egypte, Etats-Unis (30 Etats & Puerto Rico), Ghana, Gabon, Gambie, Géorgie, Guatemala, Guinée, Guinée, Haïti, Honduras, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Islande, Israël, Jamaïque, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Laos, Liban, Libye, Liechtenstein, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Malawi, Mali, Maurice, Maroc, Mauritanie, Mexique, Moldavie, Monaco, Népal, Niger, Nigeria, Norvège, Nouvelle Zélande, Oman, Ouzbékistan, Palestine, Pakistan, Pérou, Philippines, Qatar, République Centrafricaine, République Dominicaine, Russie, Rwanda, San Salvador, Saint-Marin, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovénie, Somalie, Suisse, Syrie, Taiwan, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, Union européenne (27 dont France + DOM-TOM, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Saint-Pierre–Et-Miquelon), Ukraine, Uruguay, Vatican, Venezuela, Vietnam, Yémen

jeudi 22 septembre 2011

Des scènes de ménage à l’affaire d’État….. N°1022 5e année

Dix jours avant l’arrivée au monde de Quinquennatus (3 octobre), le temps s’assombrit au-dessus de la tête du Papa-Président contrarié et furieux au pied de la statue de la Liberté apprenant les mises en examen de Nicolas Bazire et Thierry Gaubert dans l’affaire Karachi. Grâce aux femmes? L’ex-épouse de Ziad Takieddine et l’épouse séparée de Thierry Gaubert, la princesse Hélène Karageorgévitch, petite-fille du prince Paul - régent de Yougoslavie entre 1934 et 1941- et d’Humberto II, parce qu’en débats financiers avec leur compagnon respectif  elles n’auraient pas craint de déballer les rendez-vous genevois et les  mallettes  (Vuitton?) remplies de billets gagnant Paris! Aussi incroyable que cela paraisse, des tensions domestiques serviraient d’accélérateur au juge Van Ruymbeke, un magistrat haï par l’actuel Chef de l’État.
A sept mois des élections présidentielles, Nicolas Sarkozy rêvait d’une autre entrée en campagne au lendemain d’un discours plus qu’honorable à la tribune des Nations-Unies pendant lequel il critiqua assez justement Barack Obama.
Les relaxes de Dominique de Villepin puis de Jacques Chirac intervenant alors que l’avocat Bourgi tentait de compromettre les réseaux africains d’avant 2007, sonnent un peu comme un premier glas pour l’actuelle équipe élyséenne. Ce soir, est évoqué le lâchage d’Édouard Balladur, mentor célébré de Nicolas Sarkozy.
Bref, les « attaques insidieuses et calomnieuses » dixit François Fillon chevauchant les rumeurs et les cabales, ne présagent pas d’une accalmie mais davantage de l’annonce d’une course à la surenchère et à la chasse aux dossiers sales tant à gauche qu’à droite.
Cette fois-ci, cependant, il y a une différence avec d’autres affaires de commissions et de rétro-commissions : Ce sont les onze français de la DCN tués à Karachi ! Dans l’affaire des frégates de Taïwan, que les contribuables français commencent à payer (600 millions d’euros), il y eut bien des disparitions mystérieuses mais absolument pas un attentat dirigé contre une équipe française toute entière. L’opinion publique quoique lasse des corruptions   et de la mystérieuse « relation sexuelle précipitée » passera difficilement l’éponge sur Karachi. Le pouvoir marche sur des charbons ardents.
Nicolas Sarkozy appliquera à la lettre le conseil de François Mitterrand : dans ce genre de situation disait-il, il faut nier, nier, toujours nier. Cela suffira-t-il?
 Jean Vinatier
Copyright©SERIATIM 2011
 Internautes : Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Angola, Arabie Saoudite, Argentine, Arménie, Australie, Bahamas, Bangladesh, Biélorussie, Bénin, Bolivie, Bosnie Herzégovine, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, Cameroun, Canada, Chili, Chine (+Hongkong & Macao), Chypre, Colombie, Congo-Kinshasa, Corée du Sud, Costa-Rica, Côte d’Ivoire, Djibouti, EAU, Egypte, Etats-Unis (30 Etats & Puerto Rico), Ghana, Gabon, Gambie, Géorgie, Guatemala, Guinée, Guinée, Haïti, Honduras, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Islande, Israël, Jamaïque, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Laos, Liban, Libye, Liechtenstein, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Malawi, Mali, Maurice, Maroc, Mauritanie, Mexique, Moldavie, Monaco, Népal, Niger, Nigeria, Norvège, Nouvelle Zélande, Oman, Ouzbékistan, Palestine, Pakistan, Pérou, Philippines, Qatar, République Centrafricaine, République Dominicaine, Russie, Rwanda, San Salvador, Saint-Marin, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovénie, Somalie, Suisse, Syrie, Taiwan, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, Union européenne (27 dont France + DOM-TOM, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Saint-Pierre–Et-Miquelon), Ukraine, Uruguay, Vatican, Venezuela, Vietnam, Yémen

Hugo Chavez : « La Palestine vivra et vaincra » N°1021 5e année

La proposition de Nicolas Sarkozy d’accorder le statut d’État observateur à la Palestine serait un moindre mal par rapport aux dires du Président Obama qui a affirmé que ce n’est pas à coups de résolutions que la question palestinienne se réglera : On ne saurait être plus cynique!
 Ci-dessous la lettre du Président Chavez :
 Jean Vinatier
Copyright©SERIATIM 2011
 Internautes : Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Angola, Arabie Saoudite, Argentine, Arménie, Australie, Bahamas, Bangladesh, Biélorussie, Bénin, Bolivie, Bosnie Herzégovine, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, Cameroun, Canada, Chili, Chine (+Hongkong & Macao), Chypre, Colombie, Congo-Kinshasa, Corée du Sud, Costa-Rica, Côte d’Ivoire, Djibouti, EAU, Egypte, Etats-Unis (30 Etats & Puerto Rico), Ghana, Gabon, Gambie, Géorgie, Guatemala, Guinée, Guinée, Haïti, Honduras, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Islande, Israël, Jamaïque, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Laos, Liban, Libye, Liechtenstein, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Malawi, Mali, Maurice, Maroc, Mauritanie, Mexique, Moldavie, Monaco, Népal, Niger, Nigeria, Norvège, Nouvelle Zélande, Oman, Ouzbékistan, Palestine, Pakistan, Pérou, Philippines, Qatar, République Centrafricaine, République Dominicaine, Russie, Rwanda, San Salvador, Saint-Marin, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovénie, Somalie, Suisse, Syrie, Taiwan, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, Union européenne (27 dont France + DOM-TOM, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Saint-Pierre–Et-Miquelon), Ukraine, Uruguay, Vatican, Venezuela, Vietnam, Yémen

mardi 20 septembre 2011

DSK entre 12H06- 12H26, le mystère! N°1020

« Si n’importe quel journaliste, écrit Guy Sitbon dans Marianne,  avait été à la place de Claire Chazal, il aurait axé son interview sur un seul sujet : que s’est-il passé le 14 mai, entre 12:06 et 12:26 dans la chambre 2806 ? C’est la question que se pose le monde entier et d’abord tous les Français. Depuis quatre mois, pas un mot n’était sorti de la bouche de l’intéressé. Là, il consentait à répondre, en direct. Enfin, on allait savoir. »¹ Et l’on en sut rien pas davantage sur la « faute morale », et le « fait inapproprié ».
Les Français garderont de cette intervention très préparée, calculée au mot près une mise en scène parfaite selon des professionnels de la communication, une impression de malaise et d’incongruité. Les Français retiendront, peut-être, que l’ancien ministre des Finances de Lionel Jospin, n’a qu’une hâte obtenir de nouvelles fonctions et régler, sans élégance ni habileté aucune, ses comptes avec Martine Aubry. Pour le parti socialiste, le héros DSK est devenu le boulet.
La sagesse voudrait que Dominique Strauss-Kahn attende tranquillement que les actions en justice se terminent, de laisser parler ses proches afin d’entretenir sa mémoire, de se consacrer à la rédaction d’articles ou d’ouvrages. C’est tout le contraire ! On me dira si DSK se taisait, on le lui reprocherait. Je crois surtout, que l’homme ne supporte pas de ne pas être un acteur de la scène internationale : dès lors tout est bon pour intervenir.
Bref, on reste dans le mystère de la suite 2806, nouvelle « chambre jaune ». Pour conclure, je vous suggère de lire le dernier article de l’ancien commissaire Moréas :

Jean Vinatier
Copyright©SERIATIM 2011
 Source :

Internautes : Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Angola, Arabie Saoudite, Argentine, Arménie, Australie, Bahamas, Bangladesh, Biélorussie, Bénin, Bolivie, Bosnie Herzégovine, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, Cameroun, Canada, Chili, Chine (+Hongkong & Macao), Chypre, Colombie, Congo-Kinshasa, Corée du Sud, Costa-Rica, Côte d’Ivoire, Djibouti, EAU, Egypte, Etats-Unis (30 Etats & Puerto Rico), Ghana, Gabon, Gambie, Géorgie, Guatemala, Guinée, Guinée, Haïti, Honduras, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Islande, Israël, Jamaïque, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Laos, Liban, Libye, Liechtenstein, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Malawi, Mali, Maurice, Maroc, Mauritanie, Mexique, Moldavie, Monaco, Népal, Niger, Nigeria, Norvège, Nouvelle Zélande, Oman, Ouzbékistan, Palestine, Pakistan, Pérou, Philippines, Qatar, République Centrafricaine, République Dominicaine, Russie, Rwanda, San Salvador, Saint-Marin, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovénie, Somalie, Suisse, Syrie, Taiwan, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, Union européenne (27 dont France + DOM-TOM, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Saint-Pierre–Et-Miquelon), Ukraine, Uruguay, Vatican, Venezuela, Vietnam, Yémen

Mahmoud Abbas : tenir! N°1019 5e année

Vendredi prochain, le Président de l’Autorité palestinienne devrait proposer à l’assemblée des nations unies la reconnaissance de l’État palestinien. La question palestinienne, un peu écartée, par le « Printemps arabe », resurgit avec une grande force mettant au  pied du mur  bien des dirigeants politiques moralisateurs du « monde Atlantique » qui ne cessent pas de claironner l’air de la liberté des peuples sur tous les tons allant même jusqu’à se lancer dans des aventures militaires.
Il est parfaitement exact de dire que le peuple palestinien n’existait pas avant 1948, il s’est constitué petit à petit au fur et à mesure de l’histoire israélienne, des politiques arabes et des choix stratégiques de pays, principalement, occidentaux. En 1830, il n’y avait pas de peuple algérien, pourtant il l’est devenu et a accédé à l’indépendance en 1962 tandis que se défaisaient tous les empires coloniaux européens. Aujourd’hui, ne sommes-nous pas, dans cette période d’ébullition et d’immenses espoirs ?
Rien ne peut s’opposer à ce qu’un peuple puisse jouir de l’indépendance s’il le demande. Ni Israël qui a saisi le monde de sa cause en obtenant sa reconnaissance en 1948 après avoir subi l’abominable, ni les Européens, soumis militairement aux États-Unis, qui se flattent d’encourager les mouvements de libération quand ils se félicitaient, avant de les rejeter hier, de la solidité des dictateurs ou personnages autoritaires.
Le Président Obama a oublié le discours du Caire, le Président français ne craint pas de s’emmêler les pinceaux en plaidant des sanctions contre la Syrie (mais pas contre le Yémen et Bahreïn) au nom des droits de l’Homme tout en tâchant de convaincre Mahmoud Abbas de renoncer à son choix : au nom de quoi? Il aura bonne mine Nicolas Sarkozy en lisant son discours pour le 125e anniversaire de la construction de la statue de la Liberté réalisée par le sculpteur Bartholdi!
La reconnaissance de l’État palestinien comme 194e membre de l’ONU est une question de courage et de logique. C’est le moment de terminer une longue hypocrisie alors que les pays arabes se révoltent. Dire que l’on veut deux États, palestinien et israélien, dans le cadre d’énièmes négociations qui ont toutes jusqu’à maintenant, favorisé le développement de nouvelles colonies et rétrécit comme peau de chagrin le territoire palestinien est une fausseté insupportable.
Israël est un État certes petit et sans profondeur stratégique mais doté d’un arsenal nucléaire impressionnant, d’une armée courageuse et audacieuse, d’un peuple déterminé. Israël est la première puissance d’Orient : comment Tel-Aviv peut-il avoir peur de l’indépendance palestinienne? En disant oui à la Palestine souveraine, le gouvernement israélien ferait un grand pas au sein de l’Asie orientale, s’ouvrant même de nouveaux horizons.
 Jean Vinatier
Copyright©SERIATIM 2011
Internautes : Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Angola, Arabie Saoudite, Argentine, Arménie, Australie, Bahamas, Bangladesh, Biélorussie, Bénin, Bolivie, Bosnie Herzégovine, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, Cameroun, Canada, Chili, Chine (+Hongkong & Macao), Chypre, Colombie, Congo-Kinshasa, Corée du Sud, Costa-Rica, Côte d’Ivoire, Djibouti, EAU, Egypte, Etats-Unis (30 Etats & Puerto Rico), Ghana, Gabon, Gambie, Géorgie, Guatemala, Guinée, Guinée, Haïti, Honduras, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Islande, Israël, Jamaïque, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Laos, Liban, Libye, Liechtenstein, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Malawi, Mali, Maurice, Maroc, Mauritanie, Mexique, Moldavie, Monaco, Népal, Niger, Nigeria, Norvège, Nouvelle Zélande, Oman, Ouzbékistan, Palestine, Pakistan, Pérou, Philippines, Qatar, République Centrafricaine, République Dominicaine, Russie, Rwanda, San Salvador, Saint-Marin, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovénie, Somalie, Suisse, Syrie, Taiwan, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, Union européenne (27 dont France + DOM-TOM, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Saint-Pierre–Et-Miquelon), Ukraine, Uruguay, Vatican, Venezuela, Vietnam, Yémen

samedi 17 septembre 2011

Timothy Geithner, l’impudent N°1018 5e année

Les Polonais ont commis une grosse bourde en conviant, le secrétaire d’Etat américain à la réunion de l’ECOFIN. Timothy Geithner n’a pas résisté longtemps devant un parterre de banquiers à donner ou ordonner aux Européens de s’unir : après tout le Président Obama n’a-t-il pas dit que les USA auraient toujours les 3 A ? On ne cesse pas d’être saisi par le désordre ambiant au sein de ce qu’on appelle par commodité, le « monde Atlantique ». Ne devrait-il pas y avoir un projet de politique commune des deux côtés de l’Atlantique puisqu’elle existe sur le plan militaire ? A écouter les commentaires de plusieurs membres de l’ECOFIN farouchement américanophiles, ils ont ressenti comme une vexation la visite de Timothy Geithner alors qu’ils obéissent au même crédo libéral. En fait, se sont plus des marchands financiers qui se disputent entre eux que des politiques et c’est bien là que le bât blesse. Au fur et à mesure que la crise progresse, nos dirigeants n’ont plus qu’une terre en vue : les prochaines élections. C’est peu dire que nous nous trouvons à des années lumières des utopies européennes de l’immédiat après-guerre : aujourd’hui c’est le court terme et le rafistolage entre deux lames.
Le 22 septembre, à Washington les grands émergents ou BRICS  discuteront de l’avenir de l’Euro : y serons-nous ? L’euro est-il encore entre les mains européennes ? Entre le césarisme américain et l’avidité chinoise, le chemin des européens est plus qu’escarpé !
 Jean Vinatier
Copyright©SERIATIM 2011
Internautes : Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Angola, Arabie Saoudite, Argentine, Arménie, Australie, Bahamas, Bangladesh, Biélorussie, Bénin, Bolivie, Bosnie Herzégovine, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, Cameroun, Canada, Chili, Chine (+Hongkong & Macao), Chypre, Colombie, Congo-Kinshasa, Corée du Sud, Costa-Rica, Côte d’Ivoire, Djibouti, EAU, Egypte, Etats-Unis (30 Etats & Puerto Rico), Ghana, Gabon, Gambie, Géorgie, Guatemala, Guinée, Guinée, Haïti, Honduras, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Islande, Israël, Jamaïque, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Laos, Liban, Libye, Liechtenstein, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Malawi, Mali, Maurice, Maroc, Mauritanie, Mexique, Moldavie, Monaco, Népal, Niger, Nigeria, Norvège, Nouvelle Zélande, Oman, Ouzbékistan, Palestine, Pakistan, Pérou, Philippines, Qatar, République Centrafricaine, République Dominicaine, Russie, Rwanda, San Salvador, Saint-Marin, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovénie, Somalie, Suisse, Syrie, Taiwan, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, Union européenne (27 dont France + DOM-TOM, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Saint-Pierre–Et-Miquelon), Ukraine, Uruguay, Vatican, Venezuela, Vietnam, Yémen

vendredi 16 septembre 2011

« Crise de 2008: le monde s’attend à de nouveaux bouleversements » par Vlad Grinkevitch N°1017 5e année

2 bons  articles russes:

« Quel ennemi choisir pour cimenter l’UE? » Par Fédor loukianov

Jean Vinatier
SERIATIM 2011
 Internautes : Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Angola, Arabie Saoudite, Argentine, Arménie, Australie, Bahamas, Bangladesh, Biélorussie, Bénin, Bolivie, Bosnie Herzégovine, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, Cameroun, Canada, Chili, Chine (+Hongkong & Macao), Chypre, Colombie, Congo-Kinshasa, Corée du Sud, Costa-Rica, Côte d’Ivoire, Djibouti, EAU, Egypte, Etats-Unis (30 Etats & Puerto Rico), Ghana, Gabon, Gambie, Géorgie, Guatemala, Guinée, Guinée, Haïti, Honduras, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Islande, Israël, Jamaïque, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Laos, Liban, Libye, Liechtenstein, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Malawi, Mali, Maurice, Maroc, Mauritanie, Mexique, Moldavie, Monaco, Népal, Niger, Nigeria, Norvège, Nouvelle Zélande, Oman, Ouzbékistan, Palestine, Pakistan, Pérou, Philippines, Qatar, République Centrafricaine, République Dominicaine, Russie, Rwanda, San Salvador, Saint-Marin, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovénie, Somalie, Suisse, Syrie, Taiwan, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, Union européenne (27 dont France + DOM-TOM, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Saint-Pierre–Et-Miquelon), Ukraine, Uruguay, Vatican, Venezuela, Vietnam, Yémen

mardi 13 septembre 2011

« L’Otan sauve l’Euro en Libye » par Xander Meyer N°1016 5e année

Un intéressant article publié par Investig’action :
 Jean Vinatier
SERIATIM 2011
 Internautes : Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Angola, Arabie Saoudite, Argentine, Arménie, Australie, Bahamas, Bangladesh, Biélorussie, Bénin, Bolivie, Bosnie Herzégovine, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, Cameroun, Canada, Chili, Chine (+Hongkong & Macao), Chypre, Colombie, Congo-Kinshasa, Corée du Sud, Costa-Rica, Côte d’Ivoire, Djibouti, EAU, Egypte, Etats-Unis (30 Etats & Puerto Rico), Ghana, Gabon, Gambie, Géorgie, Guatemala, Guinée, Guinée, Haïti, Honduras, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Islande, Israël, Jamaïque, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Laos, Liban, Libye, Liechtenstein, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Malawi, Mali, Maurice, Maroc, Mauritanie, Mexique, Moldavie, Monaco, Népal, Niger, Nigeria, Norvège, Nouvelle Zélande, Oman, Ouzbékistan, Palestine, Pakistan, Pérou, Philippines, Qatar, République Centrafricaine, République Dominicaine, Russie, Rwanda, San Salvador, Saint-Marin, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovénie, Somalie, Suisse, Syrie, Taiwan, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, Union européenne (27 dont France + DOM-TOM, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Saint-Pierre–Et-Miquelon), Ukraine, Uruguay, Vatican, Venezuela, Vietnam, Yémen

Rwanda : mise au point et retour sur N°1015 5e année

La récente visite du Président Kagamé à Paris, outre l’important service d’ordre (rue de  Rivoli bloquée) a choqué non seulement l’armée française mais aussi Alain Juppé, tous accusés d’avoir couvert ou fermé les yeux sur les tragiques et sanglants événements qui opposèrent  Tutsis et Hutus. On lira la mise au point par Bernard Lugan :  
 Seriatim a consacré en 2009 et 2010 deux numéros autour de la question des Grands Lacs :
15 janvier 2009 : les enjeux autour des Grands Lacs et le Congo
 24 février 2010 : Rwanda-RDC : plateforme géostratégique
 On ne peut s’empêcher de noter que l’empressement de Nicolas Sarkozy à répondre au désir de Paul Kagamé « d’échapper à l’Histoire » s’inscrirait en réalité dans une politique toujours favorable aux intérêts américains dans une région où l’Asie s’impose véritablement. Tout comme le Président français a ouvert l’Afrique de l’Ouest à Washington et à Londres : n’est-ce pas l’argent du géant du cacao, Armajaro dirigée par Anthony Ward et Loïc Folloroux, fils de Dominique Nouvian aujourd’hui 1ére dame de Côte d’Ivoire, qui a permis la victoire de Ouattara?
On ne sait si les intérêts français seront véritablement mis en avant lors de cette visite présidentielle rwandaise; cependant, nul n’ignore que Paul Kagamé est depuis longtemps fort lié à Washington.
 Jean Vinatier
Copyright©SERIATIM 2011
 Internautes : Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Angola, Arabie Saoudite, Argentine, Arménie, Australie, Bahamas, Bangladesh, Biélorussie, Bénin, Bolivie, Bosnie Herzégovine, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, Cameroun, Canada, Chili, Chine (+Hongkong & Macao), Chypre, Colombie, Congo-Kinshasa, Corée du Sud, Costa-Rica, Côte d’Ivoire, Djibouti, EAU, Egypte, Etats-Unis (30 Etats & Puerto Rico), Ghana, Gabon, Gambie, Géorgie, Guatemala, Guinée, Guinée, Haïti, Honduras, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Islande, Israël, Jamaïque, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Laos, Liban, Libye, Liechtenstein, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Malawi, Mali, Maurice, Maroc, Mauritanie, Mexique, Moldavie, Monaco, Népal, Niger, Nigeria, Norvège, Nouvelle Zélande, Oman, Ouzbékistan, Palestine, Pakistan, Pérou, Philippines, Qatar, République Centrafricaine, République Dominicaine, Russie, Rwanda, San Salvador, Saint-Marin, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovénie, Somalie, Suisse, Syrie, Taiwan, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, Union européenne (27 dont France + DOM-TOM, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Saint-Pierre–Et-Miquelon), Ukraine, Uruguay, Vatican, Venezuela, Vietnam, Yémen

lundi 12 septembre 2011

Euro : finir ou devenir N°1014 4e année

La zone euro subit un bombardement intensif! Au terme d’une journée noire pour les bourses européennes, la Grèce est la mauvaise élève toute désignée qui devrait par sa faillite désormais annoncée presque officiellement, provoquer un effet domino qui aboutirait non seulement à l’implosion de la zone euro mais aussi à fragmenter l’Union européenne en deux : une Europe alémanique, une Europe sudiste dont la France.
Les financiers n’ayant d’autre patrie que la finance et d’autre joie que le profit renouvelable, ils peuvent fort bien, même sans s’en apercevoir être tout autant manœuvrés que des États. On a balayé d’un revers de la main l’idée que des calculs géostratégiques américains et anglais seraient à l’origine du tohu-bohu actuel. Faute d’une base politique et devant seulement n’être qu’une monnaie caractérisant un espace marchand européen, l’euro est le maillon faible de la gigantesque bataille en cours entre les États-Unis et la Chine , en fait entre les États-Unis et toute puissance qui pourrait ou voudrait plaider la multipolarité. Le dollar est un marine’s. Certains cercles américains considérant l’Union européenne toute entière dans une organisation militaire l’OTAN et n’ayant aucune défense commune qu’est-ce qui justifierait  une devise qui lui serait propre ? L’Union vassalisée ne devrait-elle pas avoir la monnaie de son suzerain?
La Chine regarde l’euro comme une manière d’agrandir sa tontine, et voit l’Union européenne certes comme un partenaire commercial et stratégique de première importance tout en escomptant l’attirer dans sa sphère. Elle ne répugne ni à encourager tel ou tel de ses milliardaires à projeter d’acquérir 300 K2 en Islande, d’acheter des pans de villes espagnols, de ports comme Le Pirée.
Partie comme elle est, l’Union européenne et l’Euro pour certains de ses membres se retrouvent entre le marteau et l’enclume. En cette heure, les solutions proposées sont toujours d’un ordre technique et toute action politique repoussée à chaque fois.  
Accepter l’implosion de la zone euro serait se tirer une balle dans la tête, idem pour toute division européenne. S’il existait véritablement un couple franco-allemand c’est-à-dire qu’il formerait quasiment une confédération, chacun des deux pourrait se charger de regrouper qui le Nord, qui le Sud. Mais tel n’est pas le cas. Pourtant, Berlin et Paris se révolutionnant politiquement, l’avenir européen serait moins sombre. Pour l’heure, l’Allemagne réfléchit telle une nouvelle ligue hanséatique à son avenir avec la Russie et la Chine, quand Paris ne sait quoi faire de cette Union pour la Méditerranée et se rêve stratège sous la pointilleuse surveillance américaine.
Faute de grands hommes capables de penser l’Europe à partir de nations interdépendantes c’est-à-dire les seules douées de la raison politique notre continent sera entre Charybde et Sylla, au gré des ambitions de puissances politiques étrangères et des lobbies mercantiles et spéculateurs.
 Jean Vinatier
Copyright©SERIATIM 2011
 Internautes : Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Angola, Arabie Saoudite, Argentine, Arménie, Australie, Bahamas, Bangladesh, Biélorussie, Bénin, Bolivie, Bosnie Herzégovine, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, Cameroun, Canada, Chili, Chine (+Hongkong & Macao), Chypre, Colombie, Congo-Kinshasa, Corée du Sud, Costa-Rica, Côte d’Ivoire, Djibouti, EAU, Egypte, Etats-Unis (30 Etats & Puerto Rico), Ghana, Gabon, Gambie, Géorgie, Guatemala, Guinée, Guinée, Haïti, Honduras, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Islande, Israël, Jamaïque, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Laos, Liban, Libye, Liechtenstein, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Malawi, Mali, Maurice, Maroc, Mauritanie, Mexique, Moldavie, Monaco, Népal, Niger, Nigeria, Norvège, Nouvelle Zélande, Oman, Ouzbékistan, Palestine, Pakistan, Pérou, Philippines, Qatar, République Centrafricaine, République Dominicaine, Russie, Rwanda, San Salvador, Saint-Marin, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovénie, Somalie, Suisse, Syrie, Taiwan, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, Union européenne (27 dont France + DOM-TOM, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Saint-Pierre–Et-Miquelon), Ukraine, Uruguay, Vatican, Venezuela, Vietnam, Yémen

Cet automne : mallettes et valoches N°1013 5e année

L’interview de l’avocat Raymond Bourgi dans le JDD confirmerait, s’il en était besoin, que la campagne électorale à venir se résumerait au lancer de mallettes pourries? Cet avocat, ex-Monsieur Francafrique avec la photo de Nicolas Sarkozy derrière lui nous dit le plus tranquillement du monde qu’il a accompli des actions secrètes qui devraient en toute logique intéresser la justice, espère nous convaincre que depuis 2007, tout est blanc. Si cet avocat déclare n’agir que pour se mettre en harmonie avec sa conscience, force est de constater que ceci se déroule dans le moment où l’Élysée tente par tous les moyens d’unir la majorité présidentielle laquelle ne pourrait avoir d’autre candidat que Nicolas Sarkozy.
Le maire de Nice Christina Estrosi, impatient de retrouver un maroquin, avait cru bon de tenir une réunion en même temps que le Front national mais, faute de participants et malgré le déplacement de plusieurs ministres, cette initiative, loin de marginaliser le Front national ouvre à ce parti un nouvel espace et pire confirme, s’il était bien nécessaire, le grand danger que constitueront les prochaines législatives de juin 2012 pour la droite.
Dans ces circonstances où les nervosités le disputent aux impatiences, le livre de Pierre Péan, La république des mallettes, puis les déclarations de Raymond Bourgi conforteront celles et ceux qui estimeront la Ve République devenue une république presque bananière. Si la droite nettoie son linge sale sur la place publique, la gauche n’a guère le choix de se parer de la vertu puisque les cas Guérini et DSK plombent la rue de Solferino et en affaiblissement les principales têtes de liste.
A ce jeu de la foire d’empoigne et dans un moment où le malaise social grandit sur fond de grandes agitations boursières et de stratégies financières, la démocratie représentative prend tous les coups puisque représentée par des élus portant les étiquettes de deux principales formations qui s’alternent au pouvoir depuis trente ans. La mainmise d’une idéologie économique sur tout un corps politique assèche non seulement les débats mais finissent par les rendre obsolètes ce qui plus grave encore. Ne trouver comme seul palliatif que le lancer de boules puantes autant pour le camp adverse que pour le sien nous rapproche à grande allure de la ligne rouge. Dans ces périodes-là, il y a toujours quelque tyrannie en gestation.
Jean Vinatier
Copyright©SERIATIM 2011
Internautes : Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Angola, Arabie Saoudite, Argentine, Arménie, Australie, Bahamas, Bangladesh, Biélorussie, Bénin, Bolivie, Bosnie Herzégovine, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, Cameroun, Canada, Chili, Chine (+Hongkong & Macao), Chypre, Colombie, Congo-Kinshasa, Corée du Sud, Costa-Rica, Côte d’Ivoire, Djibouti, EAU, Egypte, Etats-Unis (30 Etats & Puerto Rico), Ghana, Gabon, Gambie, Géorgie, Guatemala, Guinée, Guinée, Haïti, Honduras, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Islande, Israël, Jamaïque, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Laos, Liban, Libye, Liechtenstein, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Malawi, Mali, Maurice, Maroc, Mauritanie, Mexique, Moldavie, Monaco, Népal, Niger, Nigeria, Norvège, Nouvelle Zélande, Oman, Ouzbékistan, Palestine, Pakistan, Pérou, Philippines, Qatar, République Centrafricaine, République Dominicaine, Russie, Rwanda, San Salvador, Saint-Marin, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovénie, Somalie, Suisse, Syrie, Taiwan, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, Union européenne (27 dont France + DOM-TOM, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Saint-Pierre–Et-Miquelon), Ukraine, Uruguay, Vatican, Venezuela, Vietnam, Yémen

vendredi 9 septembre 2011

Emotion atlantique, fierté guerrière afghane N°1012 5e année

Deux reportages présentés lors du JT de France 2 ce soir autour du 11 septembre ont retenu mon attention. Le premier racontait le traumatisme supporté par les enfants nés après le 11 septembre du fait de l’absence du père ; le second était un reportage de Grégoire Deniau sur une portion du territoire afghan entre les mains des Talibans au cours duquel l’on vit ces hommes raconter leur combat. D’un côté , l’émotionnel érigé en code de vie au risque de nuire à la solidité des enfants : s’est-on jamais inquiété du sort des enfants nés de pères tués à la guerre de 39-45 ou d’autres conflits voir des enfants de soldats français, américains tombés en Afghanistan…etc ?
De l’autre la vie de talibans de tous âges, tenant fièrement leurs armes, se moquant éperdument de mourir ou pas : il aurait été instructif d’interroger leurs enfants, leurs réponses certainement, nous surprendraient.
Ce qui a changé entre le 11 septembre 2001 et aujourd’hui, c’est le degré d’émotion. Et puisque le Président de la République a affirmé que les Français se sentaient comme jamais Américains, autant dire que nous sommes de force sur le même navire, celui de l’émotion. Une émotion qui, en l’espace d’une décennie, a permis le vote de lois liberticides des deux côtés de l’Atlantique à l’encontre de nous tous tandis que les Etats-Unis et leurs alliés ne cessaient pas de s’étendre afin de rendre impossible tout monde multipolaire.
N’en déplaise à Dick Cheney, nous nous lovons, Américains et Européens, autour d’une Vénus. Nous sommes devenus plus émotifs, plus larmoyants mais moins libres. C’est l’un des aspects du 11septembre que France 2, volontairement ou pas, a mis en avant.
Jean Vinatier
Copyright©SERIATIM 2011
Internautes : Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Angola, Arabie Saoudite, Argentine, Arménie, Australie, Bahamas, Bangladesh, Biélorussie, Bénin, Bolivie, Bosnie Herzégovine, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, Cameroun, Canada, Chili, Chine (+Hongkong & Macao), Chypre, Colombie, Congo-Kinshasa, Corée du Sud, Costa-Rica, Côte d’Ivoire, Djibouti, EAU, Egypte, Etats-Unis (30 Etats & Puerto Rico), Ghana, Gabon, Gambie, Géorgie, Guatemala, Guinée, Guinée, Haïti, Honduras, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Islande, Israël, Jamaïque, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Laos, Liban, Libye, Liechtenstein, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Malawi, Mali, Maurice, Maroc, Mauritanie, Mexique, Moldavie, Monaco, Népal, Niger, Nigeria, Norvège, Nouvelle Zélande, Oman, Ouzbékistan, Palestine, Pakistan, Pérou, Philippines, Qatar, République Centrafricaine, République Dominicaine, Russie, Rwanda, San Salvador, Saint-Marin, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovénie, Somalie, Suisse, Syrie, Taiwan, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, Union européenne (27 dont France + DOM-TOM, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Saint-Pierre–Et-Miquelon), Ukraine, Uruguay, Vatican, Venezuela, Vietnam, Yémen

jeudi 8 septembre 2011

Rentrée incertaine N°1011 5e année

Singulière ambiance intérieure française entre le retour triomphal de Dominique Strauss-Kahn et la non comparution de l’ancien Président de la République, Jacques Chirac.
On reste sans voix devant les crépitements des flashs des photographes et des assauts des journalistes pour accueillir en vedette américaine un homme qui devrait, selon toute prudence, implorer la discrétion. Que nenni : ne nous annonce-on pas que l’ancien directeur du FMI s’adressera aux Français! Sans savoir à connaître le succès ou pas de sa future intervention, le parti socialiste s’éloigne à grande allure de celui qui était, voilà peu, le héraut formidable. En fait ce qu’il pourrait redouter ce n’est pas tant les habiletés des strauss-kahniens à s’ingénier entre les rangs des têtes socialistes que la mise au point par Anne Sinclair  qui a su, et ce n’était pas évident, ne pas défaillir.
Dans le même temps, le jugement relatif aux emplois fictifs de la Ville de Paris pendant les mandatures de Jacques Chirac tourne au vinaigre. Ce procès que Nicolas Sarkozy a souhaité afin de clouer le bec son prédécesseur à l’Élysée, devient pour lui un danger. Que peuvent penser les Français de voir ainsi malmené un ancien chef de l’État, conduit dans un prétoire afin de rendre compte de faits vieux de vingt ans?
Andreï Fediachine, dans Ria novosti, a parfaitement décrit les nuages qui plombaient la scène politique intérieure française :
« Le procès de Jacques Chirac sera très probablement remis ou reporté pour une durée indéterminée pour des raisons de santé de l’accusé. Mais cela ne change rien au fait que depuis l’époque du maréchal Pétain, condamné à la peine de mort en 1945 (commuée en emprisonnement à vie), aucun homme politique de ce rang n’a été jugé.
[…]
la Cour de justice de la République (tribunal chargé de juger les délits commis par les ministres pendant l'exercice de leurs fonctions) poursuit l’enquête sur l’affaire Christine Lagarde, ancienne ministre des Finances de Sarkozy qui a succédé à Strauss-Kahn à la tête du Fonds monétaire international (FMI).
Le livre intitulé « Sarko m’a tuer » écrit par deux journalistes du quotidien libéral Le Monde est sorti en France il y a une semaine. Le livre cite les cas de plusieurs dizaines d’anciens hommes politiques de rangs différents et de personnages que Sarkozy a éliminés politiquement (pas physiquement, bien sûr).
Et comme si cela ne suffisait pas pour le gouvernement actuel, avant le début du procès les journaux a remis sur le tapis le dossier similaire d’Alain Juppé, ministre en exercice des Affaires étrangères. Il était premier ministre de Chirac et son conseiller le plus proche lorsque ce dernier était maire de Paris. Juppé a été condamné en 2004 à un an et demi de prison avec sursis avec interdiction d’exercer dans la fonction publique pendant un an. Le plus intéressant est qu’actuellement Alain Juppé n’est pas seulement ministre des Affaires étrangères. Auparavant il était ministre de la Défense, toujours sous Sarkozy, ainsi que l’un des principaux fondateurs de l’Union pour un mouvement populaire (UMP), parti conservateur que Sarkozy a dirigé à partir de 2004, qu’il a représenté pendant sa campagne présidentielle et dont il a quitté le poste de leader après son élection. 
Chirac est devant la justice, mais les problèmes guettent Sarkozy
[…]
Les désagréments politiques et juridiques autour de Sarkozy sont bien plus denses, car la justice s’attaque à son ancien chef et à ses protégés. Et actuellement il est très impopulaire en France.»¹
Si notre pays ne connaissait pas une crise plus sociale qu’identitaire sans précédent, ces agitations ne suggèreraient que quelques haussements d’épaules. Le Français dirait : la Cour se crêpe le chignon et passe le temps dans la querelle. Il pleut bergère…..
La fin de la mandature de Nicolas Sarkozy prend l’eau : le Chef de l’Etat détricotant tout ce qu’il avait débuté en 2007, son gouvernement s’empêtrant dans les fameuses niches fiscales  soulevant à chaque fois qu’il veut imposer une taxe ou bien abolir une faveur fiscale l’ire d’un corps, d’une coterie. Qu’a-t-on aujourd’hui ? Une taxe de 2% dans l’hôtellerie de luxe : la belle affaire. Croit-on qu’un homme capable de payer 1000 euros une chambre ne supporterait pas une taxe de 10% ? Là, il comptera 20 euros de plus…Restons chez les riches, celles et ceux qui veulent payer plus d’impôt. Enfin, pour eux, l’impôt se résumerait à une taxe exceptionnelle, non renouvelable ! Au XVIIIe siècle, le clergé tenant son assemblée accordait ou non au Roi un don gratuit. L’Eglise de France, si elle ne payait pas d’impôt avait la charge de la santé et de l’éducation : deux secteurs dans lesquels elle ne mégotait pas l’investissement. Verrait-on nos « Riches » aider puissamment ces mêmes secteurs ? Point du tout !
Et puis, ajoutons que les « riches » sous Louis XV et Louis XVI n’ hésitaient pas à redistribuer parfois jusqu’à un quart de leurs revenus….
La marge de manœuvre gouvernementale est étroite et celle de la gauche socialiste également puisque l’idéologie qui les mène est identique. On entrevoit une campagne électorale violente, chacun des deux partis sortant tel ou et dossier faute de véritablement débattre ou d’amener des thèmes neufs et pour cause puisqu’ils sont entre cousins !

Jean Vinatier
Copyright©SERIATIM 2011
Source :
Internautes : Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Angola, Arabie Saoudite, Argentine, Arménie, Australie, Bahamas, Bangladesh, Biélorussie, Bénin, Bolivie, Bosnie Herzégovine, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, Cameroun, Canada, Chili, Chine (+Hongkong & Macao), Chypre, Colombie, Congo-Kinshasa, Corée du Sud, Costa-Rica, Côte d’Ivoire, Djibouti, EAU, Egypte, Etats-Unis (30 Etats & Puerto Rico), Ghana, Gabon, Gambie, Géorgie, Guatemala, Guinée, Guinée, Haïti, Honduras, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Islande, Israël, Jamaïque, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Laos, Liban, Libye, Liechtenstein, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Malawi, Mali, Maurice, Maroc, Mauritanie, Mexique, Moldavie, Monaco, Népal, Niger, Nigeria, Norvège, Nouvelle Zélande, Oman, Ouzbékistan, Palestine, Pakistan, Pérou, Philippines, Qatar, République Centrafricaine, République Dominicaine, Russie, Rwanda, San Salvador, Saint-Marin, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovénie, Somalie, Suisse, Syrie, Taiwan, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, Union européenne (27 dont France + DOM-TOM, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Saint-Pierre–Et-Miquelon), Ukraine, Uruguay, Vatican, Venezuela, Vietnam, Yémen

jeudi 1 septembre 2011

Libye : 1er septembre 1969-1er septembre 2011 N°1010 5e année

Juste quelques mots pour rappeler que cette coalition autant de pays que d’intérêts mercantiles et énergétiques s’est réunie à Paris un 1er septembre, jour anniversaire du renversement de la monarchie d’Idriss Ier en 1969 par un groupe d’officiers dont Mouammar Kadhafi  qui reprochait justement à ce régime sa proximité avec les appétits et les intérêts pétroliers des anglo-américains, les Italiens passant seuls à travers les mailles de la critique! Cette coalition ne recule décidément devant rien. Prochaine réunion pour la New Libyia à New York en septembre : autant que tout se déroule chez ceux qui ont tout de même consacré,  tout en étant en retrait, près d’un milliard de dollars à cette opération : victoire française vraiment?
Nicolas Sarkozy a promis la poursuite des bombardements otaniens tant que le colonel resterait une menace : Syrte bientôt Dresde du Maghreb?
 Jean Vinatier
Copyright©SERIATIM 2011
Internautes : Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Angola, Arabie Saoudite, Argentine, Arménie, Australie, Bahamas, Bangladesh, Biélorussie, Bénin, Bolivie, Bosnie Herzégovine, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, Cameroun, Canada, Chili, Chine (+Hongkong & Macao), Chypre, Colombie, Congo-Kinshasa, Corée du Sud, Costa-Rica, Côte d’Ivoire, Djibouti, EAU, Egypte, Etats-Unis (30 Etats & Puerto Rico), Ghana, Gabon, Gambie, Géorgie, Guatemala, Guinée, Guinée, Haïti, Honduras, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Islande, Israël, Jamaïque, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Laos, Liban, Libye, Liechtenstein, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Malawi, Mali, Maurice, Maroc, Mauritanie, Mexique, Moldavie, Monaco, Népal, Niger, Nigeria, Norvège, Nouvelle Zélande, Oman, Ouzbékistan, Palestine, Pakistan, Pérou, Philippines, Qatar, République Centrafricaine, République Dominicaine, Russie, Rwanda, San Salvador, Saint-Marin, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovénie, Somalie, Suisse, Syrie, Taiwan, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, Union européenne (27 dont France + DOM-TOM, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Saint-Pierre–Et-Miquelon), Ukraine, Uruguay, Vatican, Venezuela, Vietnam, Yémen