Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

dimanche 28 avril 2013

Un dimanche soir : Guerre et « mur des cons » N°1343 6e année

Le parti socialiste a surpris tout le monde en déclarant la guerre…à Angela Merkel. Les Allemands qui ne doivent déjà pas nous prendre au sérieux, nous regardent, désormais comme une nation désordonnée quelque peu bambocharde. Les prochaines rencontres franco-allemandes seront aigres-douces à défaut d’assister à la charge des militants socialistes contre la « merkel panzer ». A ce tumulte de gauche qui oblige le gouvernement à démentir le parti qui est le leur, les lamentations de la droite faisaient un pendant tout aussi médiocre. Ce n’est plus une étrange défaite, mais un évanouissement généralisé… Dès lors, est-on surpris que les Français désirent un gouvernement d’union nationale ? Mais unir qui, les carpes et les lapins de tous les bords ?  Le fait est que François Hollande serait plus à l’aise avec le PS versus social-démocrate (blairiste) et les centristes de François Bayrou qu’avec l’aile gauche de son parti. Mais perdre une partie non négligeable de ses adhérents pour s’associer à des centristes qui tiennent tous dans des cabines téléphoniques, il y a là un risque que le grand maître des synthèses qu’est François Hollande ne voudra pas courir même si…..
« Le mur des cons » tenu par des adhérents du Syndicat de la magistrature a reçu le plein et entier soutien de Jean-Luc Mélenchon lequel cherche désespérément des nouveaux sympathisants. Son discours favorable à ce « mur des cons » est tout de même bien lamentable. Voir que des magistrats balancent, cul par-dessus tête, leur impartialité pour dresser une liste noire de femmes et d’hommes de droite mais aussi les pères d’enfants assassinés par des fous suscitent l’indignation et jette le discrédit sur un corps de l’Etat : la Justice n’est plus aveugle, elle est fléchée! Dire, après cela qu’il s’agit d’un défoulement « potache » alors que ce syndicat ne cesse pas d’édicter des sentences morales, c’est insulter grandement. Que n’aurait-on pas entendu si ce « mur » avait été le fait d’un syndicat de droite : il y aurait déjà des manifestations et des manifestes « d’intellectuels »….Un désordre de plus pour ce gouvernement…Désordre qui pourrait croitre si la plainte déposée  par Xavier Kemlin contre la dame qui vit avec le Président de la République, faisait son bonhomme de chemin :
« le bouillant défenseur de petits actionnaires a jugé scandaleux que Valérie Trierweiler, la Première Dame / Copine / Maîtresse de Hollande puisse bénéficier des largesses de la République puisqu’elle se fait loger, nourrir, entretenir, payer son personnel et ses déplacements alors qu’elle n’a aucun lien juridique ni avec François Hollande, ni avec le peuple français dans les poches duquel elle tape en toute décontraction. » 
Pendant ce temps, les ouvriers de Florange ajoutaient le nom de François Hollande à celui de Nicolas Sarkozy comme homme- mensonge …..C'est leur mur des cons : qui prétendra les blâmer ?
Jean Vinatier
Copyright©SERIATIM 2013
Internautes : Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Angola, Arabie Saoudite, Argentine, Arménie, Australie, Bahamas, Bangladesh, Biélorussie, Bénin, Bolivie, Bosnie Herzégovine, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, Cameroun, Canada, Chili, Chine (+Hongkong & Macao), Chypre, Colombie, Congo-Kinshasa, Corée du Sud, Costa-Rica, Côte d’Ivoire, Djibouti, EAU, Egypte, Etats-Unis (30 Etats & Puerto Rico), Equateur, Ethiopie, Ghana, Gabon, Gambie, Géorgie, Guatemala, Guinée, Guinée, Haïti, Honduras, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Islande, Israël, Jamaïque, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Laos, Liban, Libye, Liechtenstein, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Malawi, Mali, Maurice, Maroc, Mauritanie, Mexique, Moldavie, Monaco, Népal, Niger, Nigeria, Norvège, Nouvelle Zélande, Oman, Ouzbékistan, Palestine, Pakistan, Pérou, Philippines, Qatar, République Centrafricaine, République Dominicaine, Russie, Rwanda, San Salvador, Saint-Marin, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovénie, Somalie, Suisse, Syrie, Taiwan, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, Union européenne (27 dont France + DOM-TOM, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Saint-Pierre–et-Miquelon), Ukraine, Uruguay, Vatican, Venezuela, Vietnam, Yémen

Un dimanche soir N°1342 6e année

Grand moment d’élégance et de beaux gestes lors de la soirée de gala du tricentenaire de l’Ecole de Danse. Toutes les chorégraphies enchantaient de même que le corps de ballet….Ces deux heures ne devaient pas retenir l’attention de France-Télévision et ce fut Arte qui nous ravit ! Détail, Télé Loisirs s’emmêlaient les pinceaux en écrivant (page  40) que cette soirée célébrait « une institution fondée en 1793 par Louis XIV… » Merci donc à Berlin de raviver en nous une école française de perfection classique et moderne……
Avant cela, Laurent Delahousse recevait au JT de ce dimanche Robert Redford pour son dernier film « Sous surveillance » qui narre l’histoire d’écologistes activistes des années 70 rattrapés par leur passé…Petit blablabobo cadré sur l’engagement politique de Robert Redford. Laurent Delahousse ne cessait pas de lui dire tout son compliment sur les  « Les hommes du Président »(affaire Watergate) puis insistait sur l’anti-américanisme des Français des années 50, date du séjour de l’acteur à Paris (traduction aujourd’hui : Les Français sont adorateurs de la gentille Amérique du gentil Obama) et gardait bien de ne pas questionner Robert Redford sur Guantanamo, les drones tueurs d’enfants, le dernier attentat et moins encore sur la situation sociale, ni surtout sur le gaz de schiste. In fine, Laurent Delahousse a redit pour la quatrième fois toute sa fascination pour « Les hommes du Président », film qui avait décidé de « sa passion journalistique » Il nous a surtout offert un moment de platitude et d’inanité à méduser Robert Redford déçu de ne pas dire davantage sur Paris et l’écologie mais pour Laurent Delahousse point trop n’en faut, il fait du bobojournalisme……
Jean Vinatier
Copyright©SERIATIM 2013
Internautes : Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Angola, Arabie Saoudite, Argentine, Arménie, Australie, Bahamas, Bangladesh, Biélorussie, Bénin, Bolivie, Bosnie Herzégovine, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, Cameroun, Canada, Chili, Chine (+Hongkong & Macao), Chypre, Colombie, Congo-Kinshasa, Corée du Sud, Costa-Rica, Côte d’Ivoire, Djibouti, EAU, Egypte, Etats-Unis (30 Etats & Puerto Rico), Equateur, Ethiopie, Ghana, Gabon, Gambie, Géorgie, Guatemala, Guinée, Guinée, Haïti, Honduras, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Islande, Israël, Jamaïque, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Laos, Liban, Libye, Liechtenstein, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Malawi, Mali, Maurice, Maroc, Mauritanie, Mexique, Moldavie, Monaco, Népal, Niger, Nigeria, Norvège, Nouvelle Zélande, Oman, Ouzbékistan, Palestine, Pakistan, Pérou, Philippines, Qatar, République Centrafricaine, République Dominicaine, Russie, Rwanda, San Salvador, Saint-Marin, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovénie, Somalie, Suisse, Syrie, Taiwan, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, Union européenne (27 dont France + DOM-TOM, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Saint-Pierre–et-Miquelon), Ukraine, Uruguay, Vatican, Venezuela, Vietnam, Yémen
 

mercredi 24 avril 2013

« Le terrorisme, de Boston à Moscou en passant par Damas » par Alexandre Latsa N°1341 6e année

 
« La Machine de guerre américaine, de Peter Dale Scott »
In Seriatim à propos de l’universitaire Peter Dale Scott :
11 avril 2011 n°902
12 novembre 201é n°1274 :
 Jean Vinatier
SERIATIM 2013
Internautes : Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Angola, Arabie Saoudite, Argentine, Arménie, Australie, Bahamas, Bangladesh, Biélorussie, Bénin, Bolivie, Bosnie Herzégovine, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, Cameroun, Canada, Chili, Chine (+Hongkong & Macao), Chypre, Colombie, Congo-Kinshasa, Corée du Sud, Costa-Rica, Côte d’Ivoire, Djibouti, EAU, Egypte, Etats-Unis (30 Etats & Puerto Rico), Equateur, Ethiopie, Ghana, Gabon, Gambie, Géorgie, Guatemala, Guinée, Guinée, Haïti, Honduras, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Islande, Israël, Jamaïque, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Laos, Liban, Libye, Liechtenstein, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Malawi, Mali, Maurice, Maroc, Mauritanie, Mexique, Moldavie, Monaco, Népal, Niger, Nigeria, Norvège, Nouvelle Zélande, Oman, Ouzbékistan, Palestine, Pakistan, Pérou, Philippines, Qatar, République Centrafricaine, République Dominicaine, Russie, Rwanda, San Salvador, Saint-Marin, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovénie, Somalie, Suisse, Syrie, Taiwan, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, Union européenne (27 dont France + DOM-TOM, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Saint-Pierre–et-Miquelon), Ukraine, Uruguay, Vatican, Venezuela, Vietnam, Yémen

 

dimanche 21 avril 2013

« La guerre aux enfants en Afghanistan : Au nom de la “démocratie aéroportée » par Chems Eddine Chitour N°1340 6e année

L’auteur algérien a trouvé un titre cinglant, « la démocratie aéroportée » pour cet article.
Un enfant lâchement tué à Boston lors d’un attentat ne doit pas faire oublier tous ceux qui tombent sous les coups des drones américains…
 
 
Jean Vinatier
SERIATIM 2013
Internautes : Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Angola, Arabie Saoudite, Argentine, Arménie, Australie, Bahamas, Bangladesh, Biélorussie, Bénin, Bolivie, Bosnie Herzégovine, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, Cameroun, Canada, Chili, Chine (+Hongkong & Macao), Chypre, Colombie, Congo-Kinshasa, Corée du Sud, Costa-Rica, Côte d’Ivoire, Djibouti, EAU, Egypte, Etats-Unis (30 Etats & Puerto Rico), Equateur, Ethiopie, Ghana, Gabon, Gambie, Géorgie, Guatemala, Guinée, Guinée, Haïti, Honduras, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Islande, Israël, Jamaïque, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Laos, Liban, Libye, Liechtenstein, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Malawi, Mali, Maurice, Maroc, Mauritanie, Mexique, Moldavie, Monaco, Népal, Niger, Nigeria, Norvège, Nouvelle Zélande, Oman, Ouzbékistan, Palestine, Pakistan, Pérou, Philippines, Qatar, République Centrafricaine, République Dominicaine, Russie, Rwanda, San Salvador, Saint-Marin, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovénie, Somalie, Suisse, Syrie, Taiwan, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, Union européenne (27 dont France + DOM-TOM, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Saint-Pierre–et-Miquelon), Ukraine, Uruguay, Vatican, Venezuela, Vietnam, Yémen

« Todd ou Stiegler ou les deux ? » et « Les forces politiques sans nom nées de simples conjonctions de fait ? » N°1439 6e année

Deux textes qui se répondent avec intelligence (c'est un peu touffu)…….Mais comme chacun sait une révolution est toujours imprévisible, elle dépend du moment psychologique d’une foule, d’une masse qui rompt : l’inconscient collectif entre, alors, en scène….
 Todd ou Stiegler ou les deux ? par Zébu
« L’inquiétant vide idéologique », c’est le titre du dernier billet de Françoise Fressoz sur son blog. Il tombe assez bien, car après avoir vu le ‘face à face’ Todd-Stiegler sur l’avenir du FN, il restait comme des interrogations sur les termes employés, à savoir ‘face à face’ et ‘FN’.
D’abord parce que les deux participants ont bien pris soin de ne pas apparaître comme sur un ring, malgré les provocations un brin ironiques d’Emmanuel Todd à ce sujet mais bien au contraire, de souligner l’origine différente de leurs analyses. »
La suite ci-dessous :
Les forces politiques sans nom nées de simples conjonctions de fait ? par Jeanne Favret-Saada
« Zébu, vous analysez fort bien ce débat, mais sans voir à quel point il est déconnecté des événements et de leur urgence que, par exemple, les derniers épisodes de la loi sur le « mariage gay » mettent en évidence.
J’avais suivi d’assez loin la bataille, plutôt pour des raisons d’âge : j’avais pleinement participé à la bataille du Pacs en son temps, mais cette nouvelle étape, qui n’amenait pas d’arguments nouveaux mais « seulement » des conflits d’Assemblée et de rue ne me concernait plus. La radicalisation des derniers jours m’a réveillée : elle survient comme un épisode stupide de plus dans la désintégration politique générale, mais nous devons y prendre garde.
Une convergence sans articulation organisationnelle se met en place, fort dangereuse, qui relie mollement mais de façon effective des forces qui normalement n’agissent pas ensemble. Tout cela tourne autour de la reconfiguration du mariage, de l’admission de la notion de genre (et non, comme on le dit trop, de « la théorie » du genre), et tournera bientôt autour du statut des fœtus et des mourants. Mais d’autres enjeux sont aussi présents comme l’urgence de disqualifier la gauche de gouvernement (qui pourtant fait très bien le job toute seule), l’opposition à la « moralisation » de la vie politique, etc. »
La suite ci-dessous :
Présentation de Mme Favret-Saada :
 Jean Vinatier
SERIATIM 2013
Internautes : Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Angola, Arabie Saoudite, Argentine, Arménie, Australie, Bahamas, Bangladesh, Biélorussie, Bénin, Bolivie, Bosnie Herzégovine, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, Cameroun, Canada, Chili, Chine (+Hongkong & Macao), Chypre, Colombie, Congo-Kinshasa, Corée du Sud, Costa-Rica, Côte d’Ivoire, Djibouti, EAU, Egypte, Etats-Unis (30 Etats & Puerto Rico), Equateur, Ethiopie, Ghana, Gabon, Gambie, Géorgie, Guatemala, Guinée, Guinée, Haïti, Honduras, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Islande, Israël, Jamaïque, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Laos, Liban, Libye, Liechtenstein, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Malawi, Mali, Maurice, Maroc, Mauritanie, Mexique, Moldavie, Monaco, Népal, Niger, Nigeria, Norvège, Nouvelle Zélande, Oman, Ouzbékistan, Palestine, Pakistan, Pérou, Philippines, Qatar, République Centrafricaine, République Dominicaine, Russie, Rwanda, San Salvador, Saint-Marin, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovénie, Somalie, Suisse, Syrie, Taiwan, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, Union européenne (27 dont France + DOM-TOM, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Saint-Pierre–et-Miquelon), Ukraine, Uruguay, Vatican, Venezuela, Vietnam, Yémen

mercredi 17 avril 2013

« La nouvelle bataille du Pacifique – L’observation avant la confrontation ? » N°1438 6e année

« Article de Jean-Stéphane Betton pour Marine & Océans (n°238, janvier-février-mars 2013). Reproduit avec l’aimable autorisation de l’auteur.
La querelle entre le Japon et la Chine autour des Senkaku/Diaoyu n’est qu’un conflit parmi d’autres dans cette région du Pacifique, hautement névralgique. Des Paracels aux Spratleys, des Rochers de Liancourt aux Kouriles… les tensions s’exacerbent autour des îles de la discorde.»

« Le Pacifique est un lac géant qui relie les économies mondialisées des États-Unis, de la Chine et du Japon. »
La suite ci-dessous :
 
Jean Vinatier
SERIATIM 2013
Internautes : Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Angola, Arabie Saoudite, Argentine, Arménie, Australie, Bahamas, Bangladesh, Biélorussie, Bénin, Bolivie, Bosnie Herzégovine, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, Cameroun, Canada, Chili, Chine (+Hongkong & Macao), Chypre, Colombie, Congo-Kinshasa, Corée du Sud, Costa-Rica, Côte d’Ivoire, Djibouti, EAU, Egypte, Etats-Unis (30 Etats & Puerto Rico), Equateur, Ethiopie, Ghana, Gabon, Gambie, Géorgie, Guatemala, Guinée, Guinée, Haïti, Honduras, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Islande, Israël, Jamaïque, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Laos, Liban, Libye, Liechtenstein, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Malawi, Mali, Maurice, Maroc, Mauritanie, Mexique, Moldavie, Monaco, Népal, Niger, Nigeria, Norvège, Nouvelle Zélande, Oman, Ouzbékistan, Palestine, Pakistan, Pérou, Philippines, Qatar, République Centrafricaine, République Dominicaine, Russie, Rwanda, San Salvador, Saint-Marin, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovénie, Somalie, Suisse, Syrie, Taiwan, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, Union européenne (27 dont France + DOM-TOM, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Saint-Pierre–et-Miquelon), Ukraine, Uruguay, Vatican, Venezuela, Vietnam, Yémen

mardi 16 avril 2013

« La fin de la politique » par Jean-Marie Guéhenno N°1437 6e année

Pour éclairer dans l’ère (et être dans l’air) du temps, un extrait du chapitre II de son ouvrage, La fin de la démocratie, publié en 1993 puis en 1995:
« Nous voici donc, à tous égards, bien loin des ambitions du XVIIIe siècle, et de leur expression la plus aboutie, la démocratie parlementaire. Le rêve d’un pouvoir qui arrêterait le pouvoir, le partage de la puissance entre plusieurs petits pôles autonomes ne créent pas l’équilibre, mais la paralysie. Au débat public éclairé par les lumières de la raison dont rêvaient les philosophes du XVIIIe siècle se substitue une confrontation professionnelle des intérêts. La démocratie libérale reposait sur deux postulats, qui sont aujourd’hui contestés : l’existence d’une sphère politique, lieu de consensus social et de l’intérêt général ; l’existence d’acteurs doués d’une énergie propre, exerçant leurs droits, manifestant leur « puissance », avant même que la société ne les constitue en sujets autonomes. Au lieu de sujets autonomes, il n’y a que des situations éphémères en fonction desquelles se nouent des alliances provisoires appuyées sur des compétences mobilisées pour l’occasion. Au lieu d’un espace politique, lieu de solidarité collective, il n’y a que des perceptions dominantes, aussi éphémères que les intérêts qui les manipulent. A la fois l’atomisation et l’homogénéisation. Une société qui se fragmente à l’infini, sans mémoire et sans solidarité, une société qui ne retrouve son unité que dans la succession des images que les médias lui renvoient chaque semaine d’elle-même. Une société sans citoyens, et donc, finalement, une non-société.
Cette crise n’est pas, comme on voudrait l’espérer en Europe, dans l’espoir d’y échapper, la crise d’un modèle particulier, le modèle américain.
Certes, les Etats-Unis d’Amérique poussent à l’extrême la logique de la confrontation des intérêts dans laquelle se dissout l’idée d’un intérêt général, et la gestion des perceptions collectives y atteint un degré de sophistication inégalé en Europe. Mais les cas limites aident à comprendre les situations moyennes, et la crise américaine est un révélateur de notre avenir.
Le second pays qui porte l’emblème de notre avenir est le Japon. Il est l’autre facette de la mort de la politique et du nouvel âge des réseaux. Il n’a pas connu les constructions de l’âge des Lumières, la célébration de l’individu, le rêve d’une horlogerie sociale qui respecterait la multitude des destins particuliers. Il passe directement de l’âge féodal à une modernité dans laquelle nous ne nous reconnaissons pas encore. Son succès même en dit autant sur la fin de la politique que la crise américaine.
Car la réussite japonaise n’est pas d’ordre politique : au Japon, la professionnalisation des intérêts et la fragmentation qui en est la conséquence trouvent en effet un contrepoids naturel dans la mémoire entretenue par les rites, d’une commune origine. Il échappe ainsi au blocage de l’Amérique, pour le moment incapable de concilier la logique institutionnelle de ses origines avec la logique relationnelle de la puissance contemporaine : paralysé par des coercitions négatives, écartelé par une multitude de débats hétéroclites qui ne sont plus arbitrés sur le terrain commun de la politique et de l’intérêt général, Washington ne sait plus décider. Tel n’est pas le cas du Japon, mais ce n’est pas la politique qui le sauve de la paralysie. C’est la chance de ce pays d’être construit sur des habitudes séculaires plutôt que sur un contrat. On ne trouve pas à Tokyo plus de citoyens qu’à Washington. Le Japon n’est pas une société, mais la mémoire d’une société ; on y mime des rapports de force, on y organise, avec le même parti au pouvoir depuis des décennies, le théâtre de la démocratie, et la chorégraphie bien agencée de ces affrontements soigneusement limités est la transposition asiatique des joutes médiatiques de l’Amérique moderne. Bunraku là-bas, Guignol ici, le théâtre des marionnettes n’est pas le même, il n’obéit pas aux mêmes règles, mais tous deux sont aussi « apolitiques ».
Partant de points de départ opposés, ils représentent l’un et l’autre des formes dégradées de la démocratie parlementaire, si on désigne ainsi le régime où l’exécutif gère l’Etat sous le contrôle des pouvoirs législatif et judiciaire. Pour qu’il y ait contrôle, il faudrait que continuent d’exister ces pôles institutionnels de la puissance, dont nous constatons la disparition. Il faudrait qu’il y ait des contrôleurs et des contrôlés. Il faudrait que les acteurs d’une décision puissent être clairement identifiés. Tel n’est plus le cas quand la multiplication des partenaires de la décision bouleverse la vision traditionnelle : le temps n’est plus où une grande loi fixait les principes, à charge pour les bureaux de l’Administration d’en assurer l’application. Désormais, il n’y a plus qu’une suite de petites décisions, dont la somme constitue, en apparence plus qu’en réalité, la « grande décision » : la procédure budgétaire américaine, tiraillée par mille demandes ponctuelles, et très artificiellement encadrée par des décisions de portée générale, qui ne contraignent que les apparences, est un exemple de ce monde où la paralysie des institutions débouche finalement sur une diffusion du pouvoir pas très éloignée de la logique japonaise. L’exécutif y a perdu l’initiative, sans que le parlement ait renforcé sa souveraineté.
Qu’on ne s’étonne pas alors si dans les démocraties « avancées » les électeurs votent moins, tandis que la plupart des hommes politiques perdent le respect de leurs concitoyens, le Japon étant sur ce plan comme sur d’autres à la pointe de la modernité. L’homme politique dont rêvaient les philosophes des lumières devait être l’accoucheur de la vérité d’une société. Ayant reçu le don de la parole en même temps que celui de la raison, il contribuait à révéler, dans la cérémonie parlementaire, la transcendance sociale. Mais pour entretenir une telle ambition – la recherche collective et démocratique de l’intérêt général -, il fallait faire le pari que chaque homme est capable de porter en lui la vérité, et donc de la reconnaître.
Il n’y a rien de plus étranger à notre époque que cette idée d’une personne-sujet qui existerait par elle-même, en dehors du réseau relationnel dans lequel elle s’insère, et qui seul la définit. Bien sûr, il y a des sentiments, et même des passions menaçantes dans la mesure où elles pourraient détruire l’homogénéité du tissu social qui permet la relation, mais ces passions ne constituent pas une personne, comme le péché constitue le chrétien. Nous sommes de plus en plus « japonais » et la carte de visite tient lieu à la fois de baptême et de serment du citoyen. Tels deux insectes qui s’auscultent précautionneusement avec leurs antennes, nous échangeons nos cartes, signes codés sans lesquels ne peut s’établir une relation fonctionnelle, toute entière définie par la situation qui en est l’occasion.
La politesse alors remplace la politique. Elle n’est plus un vernis posé sur une réalité sociale, elle est cette réalité même.
Les signes ne renvoient à aucune vérité qui serait le terrain commun où se rencontrent les hommes. Car si tel était le cas, il y aurait aussi des hommes seuls, enfermés dans leur expérience solitaire du vrai, comme Galilée face à ses juges. Non, il n’y a pas d’autre vérité que sociale, il n’y a plus d’ermite qui se retire dans le désert, et la seule connaissance qui mérite d’être approfondie est celle des signes, pour déchiffrer de nouvelles règles, et non de nouvelles vérités. La savoir en effet ne consiste pas à découvrir quelque vérité première, mais à collectionner des signes nouveaux. Cette chasse-là n’a pas de fin.
On s’explique que le Japon, parce qu’il le modèle le plus achevé de ce monde où la règle remplace le principe, puisse à la fois s’imprégner des autres civilisations et leur rester parfaitement imperméable. Il ajoute des signes à sa collection de signes. De l’Europe, il sait tout apprendre, sauf une chose, l’idée de la vérité. Car il accepte d’autant plus facilement la « vérité » des autres qu’il n’a pas à renoncer à la sienne. En fait de vérité, il n’y a que des méthodes, des modes d’emploi…Toute règle qui « fonctionne » mérite d’être prise en considération.
Ayant renoncé à former un corps politique, coincés entre l’accumulation des signes et le respect des procédures, atomes industrieux de l’âge relationnel, nous avons perdu, avec l’évidence de la nation et du territoire, ce socle de principes qui nous constituait en société. Tout au plus pouvons-nous espérer, imitant les Japonais, trouver dans la mémoire et les rites le reflet pâli d’une société qui n’est plus. »
1-Source :
Ghéhenno (Jean-Marie) : La fin de la démocratie, Paris Flammarion, 1995, pp.50-56
2-Wikipedia :
Notice sur son père l’académicien Jean Guéhenno :
 
Jean Vinatier
SERIATIM 2013
Internautes : Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Angola, Arabie Saoudite, Argentine, Arménie, Australie, Bahamas, Bangladesh, Biélorussie, Bénin, Bolivie, Bosnie Herzégovine, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, Cameroun, Canada, Chili, Chine (+Hongkong & Macao), Chypre, Colombie, Congo-Kinshasa, Corée du Sud, Costa-Rica, Côte d’Ivoire, Djibouti, EAU, Egypte, Etats-Unis (30 Etats & Puerto Rico), Equateur, Ethiopie, Ghana, Gabon, Gambie, Géorgie, Guatemala, Guinée, Guinée, Haïti, Honduras, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Islande, Israël, Jamaïque, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Laos, Liban, Libye, Liechtenstein, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Malawi, Mali, Maurice, Maroc, Mauritanie, Mexique, Moldavie, Monaco, Népal, Niger, Nigeria, Norvège, Nouvelle Zélande, Oman, Ouzbékistan, Palestine, Pakistan, Pérou, Philippines, Qatar, République Centrafricaine, République Dominicaine, Russie, Rwanda, San Salvador, Saint-Marin, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovénie, Somalie, Suisse, Syrie, Taiwan, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, Union européenne (27 dont France + DOM-TOM, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Saint-Pierre–et-Miquelon), Ukraine, Uruguay, Vatican, Venezuela, Vietnam, Yémen

lundi 15 avril 2013

« Pauvre Libye » N°1436 6e année

Deux ans déjà  …..
« Pauvre Libye » :
 
« Libye : ce sont les rebelles qui bombardaient, pas Kadhafi »
 
Jean Vinatier
SERIATIM 2013
Internautes : Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Angola, Arabie Saoudite, Argentine, Arménie, Australie, Bahamas, Bangladesh, Biélorussie, Bénin, Bolivie, Bosnie Herzégovine, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, Cameroun, Canada, Chili, Chine (+Hongkong & Macao), Chypre, Colombie, Congo-Kinshasa, Corée du Sud, Costa-Rica, Côte d’Ivoire, Djibouti, EAU, Egypte, Etats-Unis (30 Etats & Puerto Rico), Equateur, Ethiopie, Ghana, Gabon, Gambie, Géorgie, Guatemala, Guinée, Guinée, Haïti, Honduras, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Islande, Israël, Jamaïque, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Laos, Liban, Libye, Liechtenstein, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Malawi, Mali, Maurice, Maroc, Mauritanie, Mexique, Moldavie, Monaco, Népal, Niger, Nigeria, Norvège, Nouvelle Zélande, Oman, Ouzbékistan, Palestine, Pakistan, Pérou, Philippines, Qatar, République Centrafricaine, République Dominicaine, Russie, Rwanda, San Salvador, Saint-Marin, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovénie, Somalie, Suisse, Syrie, Taiwan, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, Union européenne (27 dont France + DOM-TOM, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Saint-Pierre–et-Miquelon), Ukraine, Uruguay, Vatican, Venezuela, Vietnam, Yémen

 

 

 

 
 

 

dimanche 14 avril 2013

Strip-tease des élus N°1435 6e année

Le grand déshabillage ou strip-tease commence : les ministres socialistes et également quelques ténors de l’UMP font assaut de précipitation pour montrer que leur linge est aussi blanc que celui du voisin…C’est une conséquence de la dernière intervention du Chef de l’Etat qui avait revêtu sa tenue de candidat pour la campagne de 2012 en annonçant des mesures « morales » l’une derrière l’autre sans beaucoup de force, sans être rattachées à une pensée politique : nous restons toujours dans l’exercice de communication. L’institution d’un haut conseil dédié constituera une dépense bien peu utile quand il suffit de charger la Cour des comptes de tenir les états financiers des élus et des hauts fonctionnaires. Une fois encore toujours étonner le bonhomme lambda. Les Français ne semblent pas être dupes puisqu’ils évoquent plus tenir à l’honnêteté de leurs représentants qu’à connaître jusqu’au dernier centime l’étendue de leur patrimoine respectif. Les Français ne partent-ils pas du principe que les batailles homériques pour conquérir un siège même cantonal le sont pour avoir une part fromage fort appétissant ?
Ce catalogue annoncé par François Hollande suffira-t-il à sortir l’exécutif du guêpier Cahuzac ? Alors que le remaniement n’apparaît toujours pas et que la situation économique se dégrade encore et toujours, le pouvoir affiche à la fois une forme de fuite en avant et une arrogance quand le ministre des finances, Pierre Moscovici, empêtré alourdit l’exécutif : si ce ministre saute, Hollande se retrouve en première ligne, s’il parvient à s’extraire du sable mouvant, il y aura, à tort ou à raison, des doutes, des suspicions. C’est tout le problème d’un gouvernement faible ayant au-dessus de lui un homme qui ne semble pas terminé : n’est-il  pas en union libre ?
Le vote à main levée au Sénat pour adopter les articles du « mariage pour tous » est tout aussi symbolique de la fébrilité ambiante. L’actuelle équipe gouvernante cherche désespérément à réunir une gauche mais le fait d’une façon telle que sa réussite n’est qu’apparente et l’opinion n’en retiendra que le « coup de précipitation ». Les salariés de PSA intervenus dans l’assemblée du parti socialiste ont remis en pleine lumière les circonvolutions du gouvernement Ayrault et requinqué l’aile gauche du parti socialiste : tout ce que veut éviter …François Hollande !
A dire vrai ce grand strip-tease politique me rappelle – mais d’une manière très éloignée – cette fameuse nuit du 4 août quand les membres du clergé et de la noblesse crurent heureux de se défaire de tous leurs privilèges dans une forme de concours espérant éteindre les feux de la « Grande peur ». Les Français ne virent-ils pas lucidement que ces corps privilégiés s’étant dépouillés de tout, ils cessaient alors d’avoir une légitimité… !
Jean Vinatier
Copyright©SERIATIM 2013
Internautes : Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Angola, Arabie Saoudite, Argentine, Arménie, Australie, Bahamas, Bangladesh, Biélorussie, Bénin, Bolivie, Bosnie Herzégovine, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, Cameroun, Canada, Chili, Chine (+Hongkong & Macao), Chypre, Colombie, Congo-Kinshasa, Corée du Sud, Costa-Rica, Côte d’Ivoire, Djibouti, EAU, Egypte, Etats-Unis (30 Etats & Puerto Rico), Equateur, Ethiopie, Ghana, Gabon, Gambie, Géorgie, Guatemala, Guinée, Guinée, Haïti, Honduras, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Islande, Israël, Jamaïque, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Laos, Liban, Libye, Liechtenstein, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Malawi, Mali, Maurice, Maroc, Mauritanie, Mexique, Moldavie, Monaco, Népal, Niger, Nigeria, Norvège, Nouvelle Zélande, Oman, Ouzbékistan, Palestine, Pakistan, Pérou, Philippines, Qatar, République Centrafricaine, République Dominicaine, Russie, Rwanda, San Salvador, Saint-Marin, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovénie, Somalie, Suisse, Syrie, Taiwan, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, Union européenne (27 dont France + DOM-TOM, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Saint-Pierre–et-Miquelon), Ukraine, Uruguay, Vatican, Venezuela, Vietnam, Yémen
 

jeudi 11 avril 2013

“La vie politique doit être inspirée par la morale” par Chantal Delsol N°1434 6e année

« Le socialisme n’est pas une politique, c’est une morale. Ce sont eux-mêmes qui le disent. Ils ne sont pas un courant politique parce que leur programme est inapplicable : politiquement, il leur faut ou bien tomber dans le totalitarisme (ce dont ils ne veulent à aucun prix), ou bien tomber dans la social-démocratie (ce qui est leur destin). Le socialisme comme politique est un produit chimiquement instable, il n’existe pas. Ce qui reste, c’est un discours moral égalitaire. Et un sermon permanent servi à l’extérieur. »
La suite ci-dessous :
 
Jean Vinatier
SERIATIM 2013
Internautes : Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Angola, Arabie Saoudite, Argentine, Arménie, Australie, Bahamas, Bangladesh, Biélorussie, Bénin, Bolivie, Bosnie Herzégovine, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, Cameroun, Canada, Chili, Chine (+Hongkong & Macao), Chypre, Colombie, Congo-Kinshasa, Corée du Sud, Costa-Rica, Côte d’Ivoire, Djibouti, EAU, Egypte, Etats-Unis (30 Etats & Puerto Rico), Equateur, Ethiopie, Ghana, Gabon, Gambie, Géorgie, Guatemala, Guinée, Guinée, Haïti, Honduras, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Islande, Israël, Jamaïque, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Laos, Liban, Libye, Liechtenstein, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Malawi, Mali, Maurice, Maroc, Mauritanie, Mexique, Moldavie, Monaco, Népal, Niger, Nigeria, Norvège, Nouvelle Zélande, Oman, Ouzbékistan, Palestine, Pakistan, Pérou, Philippines, Qatar, République Centrafricaine, République Dominicaine, Russie, Rwanda, San Salvador, Saint-Marin, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovénie, Somalie, Suisse, Syrie, Taiwan, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, Union européenne (27 dont France + DOM-TOM, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Saint-Pierre–et-Miquelon), Ukraine, Uruguay, Vatican, Venezuela, Vietnam, Yémen

 

« A-t-on encore besoin d'une histoire de France ? » N°1433 6e année

Dans le cadre de conférences organisées par La Fabrique de l’Histoire et France Culture, la première des 5 conférences… « A-t-on encore besoin d'une histoire de France ? »  vous entendrez, notamment, Nicolas Offenstadt se confronter à Claude Govard (bien seule avec Annette Wieviorka)…son ancienne directrice de thèse….
Le fait même de poser cette interrogation indique le degré d’abandon de la nation et les égarements de bien des professeurs embarqués sur le navire histoire-monde, au profit, par exemples, d’histoires régionales : une histoire aspirée par le bas…
Table ronde animée par Emmanuel Laurentin
Avec Nicolas Offenstadt, Annette Wieviorka, Claude Gauvard, Rainer Hudemann
 
Jean Vinatier
SERIATIM 2013
Internautes : Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Angola, Arabie Saoudite, Argentine, Arménie, Australie, Bahamas, Bangladesh, Biélorussie, Bénin, Bolivie, Bosnie Herzégovine, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, Cameroun, Canada, Chili, Chine (+Hongkong & Macao), Chypre, Colombie, Congo-Kinshasa, Corée du Sud, Costa-Rica, Côte d’Ivoire, Djibouti, EAU, Egypte, Etats-Unis (30 Etats & Puerto Rico), Equateur, Ethiopie, Ghana, Gabon, Gambie, Géorgie, Guatemala, Guinée, Guinée, Haïti, Honduras, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Islande, Israël, Jamaïque, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Laos, Liban, Libye, Liechtenstein, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Malawi, Mali, Maurice, Maroc, Mauritanie, Mexique, Moldavie, Monaco, Népal, Niger, Nigeria, Norvège, Nouvelle Zélande, Oman, Ouzbékistan, Palestine, Pakistan, Pérou, Philippines, Qatar, République Centrafricaine, République Dominicaine, Russie, Rwanda, San Salvador, Saint-Marin, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovénie, Somalie, Suisse, Syrie, Taiwan, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, Union européenne (27 dont France + DOM-TOM, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Saint-Pierre–et-Miquelon), Ukraine, Uruguay, Vatican, Venezuela, Vietnam, Yémen

 

mercredi 10 avril 2013

Au-delà de l’affaire Cahuzac et des autres révélations : des questions et à qui profite tout ce qui est en route? N°1432 6e année




On ne peut manquer de s’interroger sur l’ouverture d’une boîte de Pandore aux multiples ramifications tout en faisant montre de la plus grande prudence…….
Vidéo de Jean-Michel Vernochet : « Episode d’une guerre invisible »
 
Sites :
Wikistrike :
The International Consortium of Investigative Journalists
 
Jean Vinatier
SERIATIM 2013
Internautes : Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Angola, Arabie Saoudite, Argentine, Arménie, Australie, Bahamas, Bangladesh, Biélorussie, Bénin, Bolivie, Bosnie Herzégovine, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, Cameroun, Canada, Chili, Chine (+Hongkong & Macao), Chypre, Colombie, Congo-Kinshasa, Corée du Sud, Costa-Rica, Côte d’Ivoire, Djibouti, EAU, Egypte, Etats-Unis (30 Etats & Puerto Rico), Equateur, Ethiopie, Ghana, Gabon, Gambie, Géorgie, Guatemala, Guinée, Guinée, Haïti, Honduras, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Islande, Israël, Jamaïque, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Laos, Liban, Libye, Liechtenstein, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Malawi, Mali, Maurice, Maroc, Mauritanie, Mexique, Moldavie, Monaco, Népal, Niger, Nigeria, Norvège, Nouvelle Zélande, Oman, Ouzbékistan, Palestine, Pakistan, Pérou, Philippines, Qatar, République Centrafricaine, République Dominicaine, Russie, Rwanda, San Salvador, Saint-Marin, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovénie, Somalie, Suisse, Syrie, Taiwan, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, Union européenne (27 dont France + DOM-TOM, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Saint-Pierre–et-Miquelon), Ukraine, Uruguay, Vatican, Venezuela, Vietnam, Yémen

mardi 9 avril 2013

« Crise politique » par Jacques Sapir N°1431 6e année

Je relaie son fort bon article  qui use du bon intitulé « crise politique » et le rejoins sur l’éventualité d’une dissolution en sachant bien que François Hollande ne semble pas du tout avoir ni les qualités cardinales d’un Mazarin, ni celles du « florentin »  François Mitterrand!
« La crise politique, que l’on avait annoncé dans une note publiée il y a un mois1, est désormais une réalité. Elle n’attendait qu’un détonateur pour exploser, et ce dernier a été fourni par la funeste « affaire Cahuzac ». Notons qu’entre temps les nouvelles, mauvaises pour ce gouvernement, se sont accumulées. Le rejet par la cour constitutionnelle portugaise d’une partie du plan d’austérité2, mais aussi l’annonce officielle de la chute de la consommation en France pour le mois de février3, sont venues apporter de l’eau à notre moulin. La politique suivie par le gouvernement français est aujourd’hui dans une dramatique impasse. Plus il persistera à la poursuivre et plus grave sera la situation. Il est d’ailleurs exemplaire, et très symbolique, qu’elle soit survenue au moment même où était discuté à l’assemblée le projet de loi sur l’Accord National Interprofessionnel, dit ANI, accord signé à la sauvette par trois syndicats et le MEDEF. Ce scandale, car c’en est un pour un gouvernement qui se prétend « de gauche » que de faire passer dans la loi un train de mesures dont certaines sont en réalité contraires au droit européen et international du travail, pour moins spectaculaire qu’il soit, valait bien en réalité l’affaire Cahuzac. »
La suite ci-dessous :
 Jean Vinatier
SERIATIM 2013
Internautes : Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Angola, Arabie Saoudite, Argentine, Arménie, Australie, Bahamas, Bangladesh, Biélorussie, Bénin, Bolivie, Bosnie Herzégovine, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, Cameroun, Canada, Chili, Chine (+Hongkong & Macao), Chypre, Colombie, Congo-Kinshasa, Corée du Sud, Costa-Rica, Côte d’Ivoire, Djibouti, EAU, Egypte, Etats-Unis (30 Etats & Puerto Rico), Equateur, Ethiopie, Ghana, Gabon, Gambie, Géorgie, Guatemala, Guinée, Guinée, Haïti, Honduras, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Islande, Israël, Jamaïque, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Laos, Liban, Libye, Liechtenstein, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Malawi, Mali, Maurice, Maroc, Mauritanie, Mexique, Moldavie, Monaco, Népal, Niger, Nigeria, Norvège, Nouvelle Zélande, Oman, Ouzbékistan, Palestine, Pakistan, Pérou, Philippines, Qatar, République Centrafricaine, République Dominicaine, Russie, Rwanda, San Salvador, Saint-Marin, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovénie, Somalie, Suisse, Syrie, Taiwan, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, Union européenne (27 dont France + DOM-TOM, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Saint-Pierre–et-Miquelon), Ukraine, Uruguay, Vatican, Venezuela, Vietnam, Yémen
 

lundi 8 avril 2013

Margaret Thatcher : une dame en fer anglais N°1430 6e année

Le décès de la plus charismatique des Premiers ministres de la Reine Elisabeth II, après Winston Churchill, a eu son trait ironique et maladroit. L’Elysée faisant parler François Hollande a qualifié la relation avec Mme Thatcher de « franche et loyale » : on ignorait jusqu’à ce jour que l’actuel Chef de l’Etat était en place depuis très longtemps….Un épisode de cette manie de la phrase toute faite,  idiote !
Plus sérieusement la Dame de Fer qui passait en son temps, dans le dernier quart du XXe siècle pour une libérale terrifiante serait, aujourd’hui, qualifiée par les ultras libéraux comme presque socialiste tout comme Ronald Reagan, son contemporain. Je ne force pas le trait.
Du son parcours politique on retiendra une volonté hors du commun (contre son parti), une dureté (les Irlandais agonisants en prison), une inflexibilité (contre les mineurs) une fierté toute britannique (la reconquête des Malouines). De ce point de vue, Mme Thatcher ne se démarque pas de la lignée des grands politiques que le Royaume-Uni sut faire éclore depuis l’installation des Hanovre en 1714.
Arrivée au pouvoir en 1979 dans un royaume exsangue pas très loin de rejoindre le rang de pays sous-développé et poussée vers la sortie par une conjuration née au sein de son parti en 1991, elle peut se flatter d’avoir requinqué son pays mais à quel prix ! Dans un autre pays, une telle poigne eut déclenché des émeutes et même qui sait une révolte ; au Royaume-Uni, nous eûmes, certes de vigoureuses protestations et des tons des plus violents, mais tout resta dans un cadre. A croire, que les castes, le caractère ilien du pays, la royauté jouèrent toujours en faveur de l’unité même si les dents grincèrent et si la haine fut quasi ouverte. Le Royaume-Uni est un pays dur bien plus que celui de France. On ne plaisante ni avec son appartenance d’Anglais, ni avec la permanence des institutions, c’est leur fond de patriotisme. L’important n’est pas tant que Mme Thatcher occupe ou non un rang de même dimension qu’un Stanhope, un Pitt, un Disraeli, un Gladstone mais qu’elle emporte avec elle le sentiment d’avoir servi le pays en tant que sujet d’Histoire.
Sur ce point le film La dame de fer où Meryl Streep recueillit  bien des compliments, en prenant le seul parti d’évoquer la vie de Mme Thatcher à travers la maladie d’Alzheimer  avait quelque chose de déconcertant et apparaissait comme une vengeance à peu de frais…..
Sans devenir son hagiographe, ni même avoir un quelconque enthousiasme, dans notre moment où les hommes politiques européens ont en commun l’absence de hauteur historique - Mme Merkel incluse- la vie de Mme Thatcher est avec son  caractère personnel et sa ténacité britannique une marque de fabrique de la seule Outre-Manche.
Jean Vinatier
Copyright©SERIATIM 2013
Internautes : Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Angola, Arabie Saoudite, Argentine, Arménie, Australie, Bahamas, Bangladesh, Biélorussie, Bénin, Bolivie, Bosnie Herzégovine, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, Cameroun, Canada, Chili, Chine (+Hongkong & Macao), Chypre, Colombie, Congo-Kinshasa, Corée du Sud, Costa-Rica, Côte d’Ivoire, Djibouti, EAU, Egypte, Etats-Unis (30 Etats & Puerto Rico), Equateur, Ethiopie, Ghana, Gabon, Gambie, Géorgie, Guatemala, Guinée, Guinée, Haïti, Honduras, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Islande, Israël, Jamaïque, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Laos, Liban, Libye, Liechtenstein, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Malawi, Mali, Maurice, Maroc, Mauritanie, Mexique, Moldavie, Monaco, Népal, Niger, Nigeria, Norvège, Nouvelle Zélande, Oman, Ouzbékistan, Palestine, Pakistan, Pérou, Philippines, Qatar, République Centrafricaine, République Dominicaine, Russie, Rwanda, San Salvador, Saint-Marin, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovénie, Somalie, Suisse, Syrie, Taiwan, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, Union européenne (27 dont France + DOM-TOM, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Saint-Pierre–et-Miquelon), Ukraine, Uruguay, Vatican, Venezuela, Vietnam, Yémen

 

dimanche 7 avril 2013

D’avril à fin mai : de la goutte d’eau à l’étincelle ? N°1429 6e année

C’est une semaine singulière qui commencera pour l’ensemble de la classe politique et même pour les banquiers depuis que ceux-ci se retrouvent sur la sellette avec la publication des « Offshoreleakcs ». La France se radicaliserait-elle ? Jean-Luc Mélenchon demande, déjà, une « purification éthique » et programme une manifestation le 5 mai (date d’ouverture des Etats-généraux de 1789), Marine Le Pen demande la dissolution de l’Assemblée. Harlem Désir, dépassé, évoque un referendum sur la moralisation de la vie politique. Ici et là, on évoquerait déjà une possible démission du Chef de l’Etat quand des sondages indiqueraient l’attente française d’un remaniement. Ça tourbillonne… La période qui ira jusqu’à la fin mai, moment où se déroulera la troisième manifestation des opposants au « Mariage pour tous » sera lourde et ce d’autant plus que les nouvelles sociales n’arrangeront rien. Pour l’heure, coups de main contre les avocats du projet de loi et destruction de locaux socialistes font la une entre deux faits divers qui alimentent le sentiment d’insécurité, quand ce ne sont pas les adhérents de la rue Solferino qui ruent dans les brancards contre…leurs représentants. Cette défiance couplée de colère peut très vite se métamorphoser en crise générale…
L’entretien accordé par l’historien Michel Wieviorka dans les colonnes du JDD était fort bon et mettait l’accent sur un point jamais retenu jusqu’alors : pendant dix ans d’opposition, le parti socialiste ne s’était donc pas préparé à gouverner !  Il aurait donc uniquement communiqué contre une politique de la droite. Il y a quelque chose de sidérant  en forme d’aveu dans cette remarque : la découverte que le politique ne fait plus de politique, il communique ! François Hollande est fragilisé non pas tant pour sa faiblesse ou une  quelconque autre défaillance mais parce qu’il n’est pas Chef d’Etat, il est en union libre : il n’apparait pas et prêterait le flanc à l’idée que Stéphane Foucks, avant au service de Strauss-Kahn, serait son souffleur permanent….A presque une année de mandat de François Hollande, tout le décor du théâtre se fendrait, laissant béant les maquillages, les masques, les costumes, les timbres de voix enregistrés, les manuels divers. La colère française serait donc une colère contre la mascarade et le mensonge. La mascarade contre une classe politique, le mensonge de cette même classe desservie par la même élite qui prône le dogme économique ultra-libéral et affirme qu’un seul chemin est possible le leur !
Le Président est-il perdu ? Notre France est ancienne et façonnée de telle manière qu’in extremis est toujours accordé au monarque de continuer, s’il saisit l’instant et s’y tient. Les institutions de la Ve République bien que malmenées par Nicolas Sarkozy gardent encore le fond monarchique : François Hollande a donc encore toutes les cartes qui restent des atouts à la condition de savoir se hisser à la hauteur des circonstances, d’être en quelque sorte son propre révolutionnaire, d’enclencher comme le fit De Gaulle un nouveau cycle. La France a besoin, au moins, de deux grandes réformes de puissance : la première administrative, la seconde fiscale. Les Français réclament une révolution royale c’est-à-dire venant d’en haut, Louis XVI a chu parce qu’il tergiversa et se retint.
Jérôme Cahuzac avec son aveu et ses 15 millions d’euros est une goutte d’eau de même que celle des banques et de leurs clients compromis dans l’Offshoreleaks mais quand le vase déborde la goutte devient une amorce redoutable…  
Jean Vinatier
Copyright©SERIATIM 2013
Internautes : Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Angola, Arabie Saoudite, Argentine, Arménie, Australie, Bahamas, Bangladesh, Biélorussie, Bénin, Bolivie, Bosnie Herzégovine, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, Cameroun, Canada, Chili, Chine (+Hongkong & Macao), Chypre, Colombie, Congo-Kinshasa, Corée du Sud, Costa-Rica, Côte d’Ivoire, Djibouti, EAU, Egypte, Etats-Unis (30 Etats & Puerto Rico), Equateur, Ethiopie, Ghana, Gabon, Gambie, Géorgie, Guatemala, Guinée, Guinée, Haïti, Honduras, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Islande, Israël, Jamaïque, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Laos, Liban, Libye, Liechtenstein, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Malawi, Mali, Maurice, Maroc, Mauritanie, Mexique, Moldavie, Monaco, Népal, Niger, Nigeria, Norvège, Nouvelle Zélande, Oman, Ouzbékistan, Palestine, Pakistan, Pérou, Philippines, Qatar, République Centrafricaine, République Dominicaine, Russie, Rwanda, San Salvador, Saint-Marin, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovénie, Somalie, Suisse, Syrie, Taiwan, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, Union européenne (27 dont France + DOM-TOM, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Saint-Pierre–et-Miquelon), Ukraine, Uruguay, Vatican, Venezuela, Vietnam, Yémen

« La Russie, les BRICS et l’Afrique « par Arnaud Dubien N°1428 6e année

« Alors que la crise chypriote a dominé l’actualité russe ces derniers jours, deux autres événements récents - la visite du nouveau chef de l’Etat chinois Xi Jinping en Russie (22-24 mars) et celle de Vladimir Poutine à Durban dans le cadre du sommet des BRICS (26-27 mars) – apportent un éclairage précieux sur les priorités diplomatiques de Moscou. »
La suite ci-dessous :
 
Sur le Club de Valdaï  dont est membre Arnaud Dubien:
 
Jean Vinatier
SERIATIM 2013
Internautes : Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Angola, Arabie Saoudite, Argentine, Arménie, Australie, Bahamas, Bangladesh, Biélorussie, Bénin, Bolivie, Bosnie Herzégovine, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, Cameroun, Canada, Chili, Chine (+Hongkong & Macao), Chypre, Colombie, Congo-Kinshasa, Corée du Sud, Costa-Rica, Côte d’Ivoire, Djibouti, EAU, Egypte, Etats-Unis (30 Etats & Puerto Rico), Equateur, Ethiopie, Ghana, Gabon, Gambie, Géorgie, Guatemala, Guinée, Guinée, Haïti, Honduras, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Islande, Israël, Jamaïque, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Laos, Liban, Libye, Liechtenstein, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Malawi, Mali, Maurice, Maroc, Mauritanie, Mexique, Moldavie, Monaco, Népal, Niger, Nigeria, Norvège, Nouvelle Zélande, Oman, Ouzbékistan, Palestine, Pakistan, Pérou, Philippines, Qatar, République Centrafricaine, République Dominicaine, Russie, Rwanda, San Salvador, Saint-Marin, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovénie, Somalie, Suisse, Syrie, Taiwan, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, Union européenne (27 dont France + DOM-TOM, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Saint-Pierre–et-Miquelon), Ukraine, Uruguay, Vatican, Venezuela, Vietnam, Yémen