Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

dimanche 31 janvier 2016

Poutine et le Bild-Zeitung le 5 janvier 2016 N°4092 10e année



Alexander Mercouris revient sur l’entretien accordé par le Président russe aux deux journalistes allemands

« Poutine a profité de la pause de Noël en Russie pour donner une interview au tabloïd allemand Bild-Zeitung (voir ici et ici). Fait exceptionnel pour les médias occidentaux, les intervieweurs allemands se sont révélés être tous les deux bien informés et intelligents et ont évité les clichés, donnant à Poutine une bonne occasion de s’expliquer succinctement sur un large éventail de sujets.
Le fait que les intervieweurs de Bild-Zeitung aient conduit l’interview avec autant d’intelligence montre indirectement que les vraies causes des tensions actuelles dans les relations internationales sont bien comprises en Allemagne – y compris par les médias de là-bas – même si elles ne sont pas ouvertement exprimées. »
La suite ci-dessous :


L’entretien du Président Poutine




Jean Vinatier
Seriatim2016



vendredi 29 janvier 2016

Jacqueline Sauvage doit être libre ! N°4091 10e année



Jacqueline Sauvage comme d’épouse a subi les viols et les violences de son mari, Jacqueline Sauvage comme mère a subi le mal fait à ses enfants par leur père : 47 années d’horreur !
Jacqueline Sauvage a tué son époux. Il s’est trouvé un juré de cour d’assise pour rester sourd et aveugle sur les années terribles subies dans cette famille par celui qui aurait dû être le garant de sa tranquillité. Ce juré pathétique n’a pas eu honte de condamner l’épouse et mère à 10 années de prison ferme. Cette sentence rendue au nom du Peuple français condamne, en fait, Mme Sauvage à l’infamie.
Vendredi la famille de Mme Sauvage se rendra à l’Elysée et y plaidera devant le Chef de l’Etat comme autrefois, avant 1789, lorsque des lettres de clémence auprès de la Grande Chancellerie pouvaient enclencher le droit de grâce du monarque.
Espérons que le Chef de l’Etat entendra la supplique de la famille de Mme Sauvage et que bientôt elle pourra retrouver ses enfants, sa famille et faire le deuil de son acte. S’est-on interrogé parmi ce juré bien bas, de que lui a coûté de tuer l’homme épousé et père ? S’est-on interrogé parmi ce juré insensible de la portée de l’acte de Mme Sauvage au nom de ses enfants ? Une mère défendant sa progéniture, qui peut le lui dénier ?
La grâce présidentielle qui a de nombreux opposants, est, heureusement, un legs de nos Rois que la République (quel que soit son numéro) n’a pas voulu effacer. Il est fondamental à mes yeux que demeure, par-dessus toutes les institutions, un droit de grâce entre les mains du représentant suprême de la Nation. Le droit de grâce n’est pas une survivance mais l’illustration parfaite qu’au-delà des règles et des lois, existerait in fine un homme ou une femme par son rang en mesure de biffer d’un trait une sentence injuste. Le droit de grâce doit rester exceptionnel, afin que sa  transcendance entre le souverain, élu ou héréditaire, et le Peuple puisse être regardée comme intemporelle.



Pétitions :




Jean Vinatier
Seriatim2016

jeudi 28 janvier 2016

« Arbitraire, mon amour par Zébu » N°4090 10e année



« Quand La Gazette des Communes, journal gauchiste s’il en est, publie un article où se trouve posée d’emblée la question du transfert, au profit du juge administratif, de la garantie des libertés individuelles par l’instauration de l’état d’urgence, le même jour où le Conseil d’Etat rejette la suspension de ce même état d’urgence1[1], on se dit qu’on a forcément des choses à apprendre.
L’article 66, du Titre VIII (« De l’autorité judiciaire ») de la Constitution Française de 1958 définit effectivement un des piliers constitutionnels comme suit : « Nul ne peut être arbitrairement détenu. L’autorité judiciaire, gardienne de la liberté individuelle, assure le respect de ce principe dans les conditions prévues par la loi ».
Or, ce que constate crûment La Gazette mais aussi depuis plusieurs semaines de nombreux juristes, c’est que dans le cadre de l’état d’urgence, c’est bien la justice administrative2[1] et in fine, sa plus haute juridiction, le Conseil d’Etat, qui devient garante des libertés individuelles en lieu et place du juge judiciaire. C’était d’ailleurs le sens même de la loi du 20 novembre 2015 que de pouvoir ‘se passer’ du juge judiciaire qui imposait un contrôle de légalité, notamment en matière de libertés individuelles, a priori et non a posteriori comme c’est le cas pour le juge administratif. En ce temps là, on présentait la mesure comme nécessaire, eu égard, déjà, à l’urgence …
La suite ci-dessous :



Jean Vinatier
Seriatim2016

mercredi 27 janvier 2016

« Nos attentats, c’est votre sécurité » N°4089 10e année

Les Guignols en 2005 Source: http://www.les-crises.fr/cetaient-les-guignols-la-peur-nos-attentats-cest-votre-securite/

Jean Vinatier
 Seriatim2016

L’après Taubira, l’ordre et la soumission N°4088 10e année



Christiane Taubira n’est plus Garde des Sceaux, ni même ministre de la Justice : soulagement pour certains, déception pour quelques-uns, elle s’offre la coquetterie de partir sur un « désaccord majeur », un choix qui devrait lui ouvrir en grand les portes d’une candidature des partis de gauche pour la prochaine campagne présidentielle des 2017. Indépendantiste convaincue, appliquant avec vigueur le choix de François Hollande d’imposer le mariage pour tous et imposant la légalisation de fait de la GPA et de la PMA, un acte destructeur. C’est peu dire qu’elle dirigea contre elle une large part de la société française. Ses dispositions pénales jugées laxistes comme celles qu’elle entendait inscrire à l’ordre du jour en faveur des mineurs ont ajouté au courroux général. L’affaire de la déchéance de nationalité, sujet sur lequel elle avait dit toute son opposition a-t-elle été véritablement la goutte d’eau de trop ?
François Hollande et Manuel Valls feront une campagne axée à droite ou plus exactement sur un consensus regroupant l’ensemble des pro-europe, pro-otaniens, pro-libéraux, mordant, pensent-ils sur l’électorat de la droite afin de n’avoir en face que la seule Marine Le Pen….Dans ce cadre-là, évacuer Mme Taubira devenait une nécessité et même une logique pour les discours sécuritaires à venir. Son successeur, Jean-Jacques Urvoas, ex-partisan de Strauss-Kahn et toujours fidèle de Manuel Valls est l’exact opposé de la Garde des Sceaux : ne suggéra-t-il pas de fusionner les ministères de l’Intérieur et de la Justice ? Homme d’ordre, nous dit-on déjà. Il sera bien question d’ordre dans les semaines et mois à venir : traité transatlantique, retour complet de la France dans l’OTAN, maintien de l’hostilité envers la Russie, louvoiement en Syrie, béatitude devant l’Arabie Saoudite et bien sûr, un risque, à nouveau très élevé, d’attentat. Le conditionnement des citoyens français sera donc très ferme et dur. Se mettra en place, bientôt, une nouvelle équipe ministérielle toute entière dédiée à l’ordre, à la sécurité, à l’austérité afin de rassurer Bruxelles, satisfaire l’empereur du Potomac. Mme Taubira faisait désordre rendant peu lisible la nouvelle voie présidentielle : quoi de mieux que de la précipiter  hors du ministère dès lors qu’elle n’adhérait pas au projet de loi sur la déchéance de nationalité ? Chacun y trouverait-il son compte, la ministre, tout en étant toujours favorable à l’idéologie officielle, gardant sa posture qui sut enthousiasmer les étudiants d’HEC Montréal et François Hollande, désormais, dans un complet veston qu’il espère, un jour, tomber droit. Pendant ce temps, Julie Gayet fait du cinéma Bobo et s’amuse pendant la Fashion week…..

Jean Vinatier
Seriatim2016



Annonces de colloque N°4087 10e année



« Maitres » et « Indigènes » : fouiller le passé des autres (Lausanne, 28 janvier 2016)


Rendre compte des conversions à l’islam (15 février 2016 Paris)


Identités, démocratie, frontières (Banská Bystrica, Slovaquie 15 mars 2016)



Jean Vinatier
Seriatim2016