Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

mardi 7 juillet 2015

« Le Groenland est frappé par une vague de chaleur qui n’est pas sans nous rappeler l’événement majeur de 2012, par Philippe Soubeyrand » N°3172 9e année



« Qu’on se le dise sans attendre, une fois la crise systémique grecque momentanément repoussée à plus tard, faute d’avoir su annuler sa dette, nos dirigeants devront s’atteler à un autre dossier tout aussi brûlant, si ce n’est plus. En effet, la vague de chaleur qui frappe actuellement notre planète, et pas seulement l’Inde, le Pakistan, l’Espagne ou la France, n’arrange rien à une situation qui était pour le moins alarmante depuis longtemps, et ceci bien avant les premiers accords de Montréal en 1987 [1].
Or 28 ans après, nous sommes aujourd’hui en juillet 2015, à la veille de la conférence mondiale de la dernière chance sur le climat, la COP21, qui se tiendra à Paris d’ici le 11 décembre prochain [2], et qui nécessitera une réaction audacieuse, voire courageuse, de la part de l’ensemble de la communauté internationale. Car à défaut d’avoir su réduire de manière drastique l’ensemble de nos émissions de gaz à effet de serre du fait notamment de nos énergies fossiles, nos dirigeants devront peut-être prendre la lourde décision de quasiment tout stopper, ne maintenant en activité que ce qui demeure indispensable à la survie de l’humanité.
Car avec une concentration en CO2 (dioxyde de carbone) dans l’atmosphère qui a franchi sans surprise [3] la barre symbolique des 400 ppm (parties par million) [4], avec des concentrations en CH4 (méthane) et N2O (protoxyde d’azote) qui ne sont guère plus réjouissantes [5], avec le souvenir d’une année 2014 déclarée comme la plus chaude jamais enregistrée [6] et, plus récemment, celui d’un mois de mai 2015 d’ores et déjà confirmé comme le plus chaud jamais enregistré depuis 1880, du fait d’une anomalie de température moyenne globale de +0,87°C, sachant que pour l’ensemble des continents de l’hémisphère Nord, cette anomalie pour le mois de mai prend la seconde place du classement des mesures à +1,36°C, juste derrière l’anomalie record de mai 2012 mesurée à l’époque à +1,47°C [7], puis finalement retenue par la NOAA à +1,51°C [8], nul doute que nos dirigeants vont devoir trancher dans le marbre, sachant que cette fois-ci, ce sera pour de bon.
C’est peut-être bien là la seule chose tout aussi invraisemblable que raisonnable, à faire…
[…..]
La suite ci-dessous :



Jean Vinatier
SERIATIM 2015

Aucun commentaire: