Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

jeudi 17 janvier 2019

Bourguetheroulde : pas un maire ne revêtit un gilet jaune… N°4623 13e année


La séance d’ouverture du Grand débat national dans une commune normande à Bourguetheroulde réunit 650 maires ruraux bien sages, bien à l’écoute et impressionnés, écoutèrent la prestation d’Emmanuel Macron qui se plut à refaire ce qu’il avait pratiqué lors de la campagne présidentielle. Ces mêmes ficelles, ces mêmes manières, ces mêmes attitudes et postures loin d’offusquer les édiles assis les amenèrent à applaudir chaudement le comédien. Pas un élu ne se revêtit d’un gilet jaune, pas un n’interpella le Chef de l’Etat. Tout se déroule comme si leur présence n’est due qu’à la grâce de l’Elysée et que la profonde et très populaire colère des Gilets jaunes n’était que périphérique. Ô ironie tout Gilet jaune était banni dans un très large périmètre suite à un arrêté ou préfectoral ou municipal.
Ce Grand débat national copié sur une méthode canadienne des années 90 comme si notre histoire ne comptait suffisamment d’épisodes de rencontres entre le souverain et le peuple ! Cette manie de s’empresser de dénicher à l’étranger ce que nous avons sous nos yeux est pathétique d’abrutissement de ces gens-là.
Ce Grand débat national déjà couvert par deux ministres auxquels s’ajouteront vendredi les noms de 5 personnalités « indépendantes » : trois nommées par le gouvernement, une par le Président de l’Assemblée nationale, une par celui du Sénat avoue le souci sécuritaire. Cela ne suffisant pas, Emmanuel Macron pérégrinera en mouche du coche à une bonne dizaine de réunions d’initiative locales(RIL). Tout déplacement présidentiel ayant pour conséquence un service d’ordre massif qui exclut naturellement la population au profit des invités, nous assisterons donc à ce souci permanent et répété de la mise à l’écart des Gilets jaunes sans lesquels ces débats-là n’existeraient pas !
Son long plaidoyer pro domo  de Bourguetheroulde a fermé tout ce qui dérangeait: les Gilets jaunes, l’Union européenne et la question migratoire sur laquelle il a fait mine d’entrouvrir une porte qui débouche sur un mur….
Le Grand débat national qui trouvera son terme aux ides de mars s’intègre parfaitement dans le processus de reconquête électoral et appelé à s’écraser sur les Gilets jaunes qu’Emmanuel Macron ne cite jamais ni ne rencontre pas une fois. Ce Grand débat national est le prélude au grand écrasement.

Jean Vinatier
Seriatim 2019

Aucun commentaire: