Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

mardi 2 juillet 2019

BCE : Tapie rouge pour Lagarde N°4625 13e année



Adidas mène à tout à condition d’en sortir…ainsi Christine Lagarde sera –t-elle passée du ministère de l’Economie où elle apposa sa signature au bas de l’arrangement Tapie, au FMI suite au scandale Strauss-Kahn puis ce jour à la BCE. Entre temps, elle réussit à éviter les gouttes du film judiciaire Adidas, s’offrant même le luxe de dédaigner une convocation judiciaire.
Au-delà, de ce commentaire, Emmanuel Macron est tout à fait satisfait d’avoir amené la chancelière allemande à renoncer pour son candidat à la BCE. Si la ministre allemande de la Défense, Ursula Von Der Eyen succédant à Jean-Claude Junker sauve la face, ces tractations éclairent, néanmoins, l’affaiblissement allemand et la montée en puissance du groupe de Visegrad (Europe Centrale et Orientale) qui fit échec au candidat néerlandais du « duo franco-allemand.
Du côté français, Emmanuel Macron dispose des éléments de langage à destination de son socle électoral auquel il pourra ajouter celles et ceux rassurés par une BCE sous une direction française laquelle efface donc son échec relatif aux européennes, lui permettant, aussi,  de se prétendre garant et protecteur de l’euro, une monnaie cessant, officiellement, de passer sous les fourches caudines rhénanes. Notons également qu’avec la présidence du conseil européen à l’ancien ministre belge, Charles Michel, c’est un francophone de plus aux postes clefs en sus de Mmes Von der Eyen et Lagarde : cela n’empêchera pas ces trois personnages mondialistes de se pavaner autant qu’ils le pourront en anglais.
Pendant qu’à Bruxelles, on s’écharpait sur les fonctions en devenir, à  Strasbourg, jour de l’entrée du nouveau parlement, les députés anglais du Brexit party tournèrent le dos pendant l’hymne européen. C’est un message fort envoyé à l’Union et un rappel que le Brexit se réalisera.
Apparemment la France et l’Allemagne seraient en mesure de se répartir les postes décisifs bien que les dissensions au sein de l’Union se renforcent. Les mauvais chiffres des économies, allemande, française, italienne, les tensions sociales persistantes, l’absence de vision géopolitique, le refus de se voir comme une puissance politique indépendante, l’incapacité à admettre les problématiques des flux migratoires regardées à Bruxelles, Berlin et Paris comme de simples variables d’ajustement, font que tous ces faits qui n’en excluent pas d’autres, sont naturellement explosifs.


Jean Vinatier
Seriatim 2019

Aucun commentaire: