Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

lundi 5 mars 2018

«Troisième République et complotisme » N°4464 12e année



À propos de : Emmanuel Kreis, Quis ut Deus ? Antijudéo-maçonnisme et occultisme en France sous la IIIe République, Belles Lettres, Cédric Perrin propose pour La vie des idées la critique de cet ouvrage de référence.

« Quis ut Deus ? Qui est comme Dieu ? À la fin du XIXe siècle, la phrase de Michel dans la Bible devient la devise, voire le cri de ralliement, des polémistes catholiques qui n’acceptent pas les bouleversements de la société advenus depuis la Révolution française. Celle-ci ne peut résulter, à leurs yeux, que d’une vaste conspiration des ennemis de la société chrétienne : les juifs et les francs-maçons, amalgamés dans la formule de l’antijudéo-maçonnisme. C’est au développement de ce courant de pensée très particulier sous la IIIe République que s’intéresse Emmanuel Kreis, docteur de l’École pratique des hautes études (EPHE), dans l’ouvrage Quis ut Deus ? Antijudéo-maçonnisme et occultisme en France sous la IIIe République, publié en 2 volumes par Les Belles Lettres en novembre 2017.
L’auteur s’appuie sur le dépouillement d’un nombre considérable de livres et de revues - dépouillement exhaustif pour certaines, par exemple la Revue internationale des sociétés secrètes (RISS), dans sa partie occultiste -, sur la consultation des archives des revues et des sources policières et ecclésiastiques. Emmanuel Kreis a réalisé là un long et minutieux travail de recherche pour aboutir à une véritable somme, appelée à s’imposer comme une référence et qui fait assurément de lui l’un des meilleurs spécialistes de ce courant, spécifique et jusqu’à présent assez peu connu, alors même qu’il permet de comprendre la société française et ses débats politiques, de la IIIe République jusqu’à Vichy. En effet, si l’antisémitisme a fait l’objet de nombreux travaux et suscité bien des polémiques parmi les historiens, l’amalgame opéré entre les juifs et les francs-maçons par la « formule » (p. 12) de l’antijudéo-maçonnisme est resté largement ignoré de l’historiographie. »
La suite ci-dessous :


Jean Vinatier
Seriatim 2018






Aucun commentaire: