Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

mercredi 17 décembre 2014

Obama avertit les BRICS, l’Arabie avertit les Etats-Unis…. N°2088 8e année

La grande offensive de l’hiver financier s’abat depuis plusieurs jours sur la Russie dirigée par le Président Poutine. Il est évident que les charges successives ont l’aval de la Maison Blanche et des dirigeants européens. N’oublions pas que le Congrès a autorisé le Président Obama à entrer en guerre contre la Russie. L’impromptu de Moscou entre Hollande et Poutine était donc une dernière démarche avant le déclenchement des hostilités.
Il est exact que les Etats-Unis entendent imposer leur gaz de schiste à la terre entière (voir leurs avidités en Ukraine) mais l’Arabie Saoudite, son alliée, n’entend pas se laisser déposséder de son arme énergétique. Ce royaume disposant à la fois de l’argent et du pétrole le moins couteux à extraire agit donc sur les marchés jouant le baril à la baisse afin d’ôter toute espérance de gain par le gaz de schiste. Si Washington et Ryad se retrouvent à agir de fait sur le cours du pétrole, leur but est différent.
Les Etats-Unis se sont relancés, on l’oublie, dans une politique impériale à vocation universelle, sortent leurs griffes et mordent avidement quiconque oserait n’être pas sur le bon chemin. Le Venezuela, la Russie sont des nations dont les gouvernements ont des buts et des politiques qui ne veulent pas dépendre de l’approbation nord-américaine. On a vu, récemment, comment la présidente du Brésil, réélue, avait déjoué un complot dont le but était d’invalider les comptes de sa campagne. Lorsque l’on dit que les Etats-Unis sont en guerre, le mot n’est pas faible, il est vrai. Cette puissance mesurant la remise en question de l’universalité du dollar qui lui  encore de s’endetter sans cesse, elle n’a plus d’autre choix que d’user de la violence, de l’intimidation. Concernant l’Union européenne, Washington tient le chenil : 1 berger-allemand, 1 British bulldog, 26 caniches. Pour ce qui est de l’Asie, la partie n’est pas encore jouée, peu s’en faut. La Chine est résolue à rétablir toute son influence ancestrale en Asie par la réalisation de grands travaux qui ressusciteront la route de la soie, l’émergence de l’Inde est une nouveauté et une énigme. Si la Chine n’est pas une démocratie, l’Inde l’est mais c’est la religion hindouiste qui insupporte les financiers américains qui y voient un barrage. Les Etats-Unis disposent de deux grandes armes, une Asie du Sud en principe rétive à l’ombre chinoise et l’islam. Le gouvernement américain se sert, sans doute guidée par les Britanniques, de l’islam comme une arme à double tranchant, un tranchant pour affaiblir les nations pouvant être de futures ennemies, un tranchant vis-à-vis de leurs alliés dans le cas où ceux-ci se rebifferaient….Il arrive que cette arme islamique leur échappe, en partie : Al Quaïda, Daesh , Boko Aram mais elle reste, pour l’heure, sous leur latitude.
La guerre monétaire et énergétique dirigée contre la Russie apparaît donc comme un avant-goût de ce qui attendrait tout élève indiscipliné. Rappelons-nous ce qu’il advint de la Serbie, de l’Irak, de la Libye ? Sans avoir à se prononcer sur la qualité des dirigeants, il convient de noter la violence engagée, pour l’Irak ce sont des centaines de milliers de morts qui émurent bien moins que la prise d’otages à Sydney et même l’horrible massacre à Peshawar.
Que vont faire les BRICS ? Les BRICS ont soutenu la Russie en l’assurant des approvisionnements dont les sanctions européennes venaient de les priver. Mais aujourd’hui, en pleine tempête financière : où sont leurs communiqués ?
Le Monde, jamais en retard d’un titre, a conclu que Vladimir Poutine venait de perdre la guerre économique. La Fédération de Russie est secouée mais la résistance des Russes est sans commune mesure avec les frilosités euro-américaines. On sous-estime ce caractère russe, solide, d’un bloc : une nation qui a survécu aux Mongols, au communisme, aux nazis garde un caractère bien trempé !
Dans cette bataille à plusieurs tiroirs en cours, les Etats-Unis, si fervent de la mondialisation omettent qu’une politique du jusqu’auboutisme, ici, un effondrement de la structure russe par un coup d’Etat aurait nécessairement des réactions en chaine. Or la planète finance ne tient qu’à un fil par les subterfuges de la planche à billets, faute d’or !
Pour l’heure, si les Etats-Unis se ruent à l’assaut de la Russie, ils ont de gros soucis avec deux de leurs alliés jusqu’à présent sages, l’Arabie Saoudite et la Turquie…..Les Américains si hostiles au monde multipolaire y sont les deux pieds dedans…..
Jean Vinatier
Copyright©SERIATIM 2014

 

Internautes : Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Angola, Arabie Saoudite, Argentine, Arménie, Australie, Bahamas, Bangladesh, Biélorussie, Bénin, Bolivie, Bosnie Herzégovine, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, Cameroun, Canada, Chili, Chine (+Hongkong & Macao), Chypre, Colombie, Congo-Kinshasa, Corée du Sud, Costa-Rica, Côte d’Ivoire, Djibouti, EAU, Egypte, Etats-Unis (30 Etats & Puerto-Rico), Equateur, Ethiopie, Ghana, Gabon, Gambie, Géorgie, Guatemala, Guinée, Guinée, Haïti, Honduras, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Islande, Israël, Jamaïque, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Laos, Liban, Libye, Liechtenstein, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Malawi, Mali, Maurice, Maroc, Mauritanie, Mexique, Moldavie, Monaco, Népal, Niger, Nigeria, Norvège, Nouvelle Zélande, Oman, Ouzbékistan, Palestine, Pakistan, Panama, Pérou, Philippines, Qatar, République Centrafricaine, République Dominicaine, Russie, Rwanda, San Salvador, Saint-Marin, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovénie, Somalie, Suisse, Syrie, Taiwan, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, Union européenne (27 dont France + DOM-TOM, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Saint-Pierre–Et-Miquelon), Ukraine, Uruguay, Vatican, Venezuela, Vietnam, Yémen

 

Aucun commentaire: