Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

lundi 8 mai 2017

En marche pour les législatives N°4378 11e année



Les Républicains se disposeraient à entrer à Matignon au lendemain des législatives le 18 juin (un symbole !) quand les socialistes se montrent plus discrets. Les soutiens d’Emmanuel Macron entendent bien parachever leur prise du pouvoir dans laquelle le vote démocratique n’est plus qu’un voile, par le gouvernement total de la Chambre. Il faut être d’une grande naïveté pour penser un seul instant les nouveaux vainqueurs de cet épisode politique spectateurs passifs face aux agitations et calculs des anciens partis dominants de la Ve République. D’ailleurs quelles seront les différences entre En marche, le PS et les Républicains ?
Cette prise de pouvoir réussie par l’entrée d’Emmanuel Macron à l’Elysée doit trouver sa conclusion d’étape par la victoire du mouvement En marche représentant un axe européen (Bruxelles-Berlin) dans le parlement français. En dépit des rodomontades des chefs des Républicains et socialistes, qui tous ont appelé à voter Macron, les têtes conductrices d’En marche savent pertinemment la friabilité des deux anciens grands partis. Le parti socialiste montre l’exemple en autorisant Manuel Valls de garder la rose tout en étant investi par En marche. La porosité à géométrie variable est…en marche, les électeurs en seront pour être borgnes ou aveugles sans compter le déchaînement des médias qui, une fois de plus stigmatiseront celles et ceux qui seront hors du rang. Jamais la juste information n’aura été si ordonnée.
Pour la nouvelle équipe à l’Elysée, il s’agit, en faisant tomber les masques, d’afficher totalement le changement radical par un mouvement (de faux) balayant les anciennes représentations au profit d’un ordre européen. Cet ordre ne sera pas celui des Européens mais ceux d’une Germanie conjuguée aux intérêts oligarchiques (financier, économique, intellectuel, otanien…etc.). Que cette rampe de lancement libérale-libertaire parte depuis notre patrie, chargée d’une si longue et prestigieuse histoire (l’indépendance face aux empires, temporel et spirituel), rendrait par la suite, toute opposition impossible, tout retour en arrière inconcevable.
Nous ne sommes pas devant une classique campagne des législatives au lendemain d’une classique élection présidentielle ; on veut nous forcer à légitimer une ère post-démocratique, par-dessus notre nation souveraine, tout en nous vendant une Europe d’Arcadie.

Jean Vinatier
Seriatim 2017

Aucun commentaire: