Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

samedi 8 octobre 2016

« Syrie & Daech : état des lieux en septembre 2016 par Alain Rodier » N°4231 10e année



Syrie : point de situation

« Presque un an après l'entrée en lice de la Russie en Syrie, la situation s'est bien améliorée pour les forces gouvernementales. En effet, depuis le début de 2015, elles connaissaient une très forte pression de la part du Front al Nosra - et de différents mouvements affiliés plus ou moins discrètement à Al-Qaida « canal historique » - et du groupe Etat Islamique (Daech). Le plus grand succès depuis l'arrivée des Russes a été la reconquête, au printemps 2016, de la ville mythique de Palmyre. Au nord-ouest du pays, la situation était catastrophique pour les forces syriennes dans les régions d'Alep et dans le fief alaouite de Lattaquié, le long de la côte méditerranéenne. Elle s'est progressivement inversée, l'initiative repassant du côté gouvernemental. Toutefois, des combats acharnés se poursuivent dans ces régions, le sort des armes y restant aléatoire. Cela a été de même dans la région de Damas et en particulier dans le quartier de La Ghouta,  situé à l'est de la capitale.
Mais la guerre n'est pas gagnée. Deux brigades sont toujours encerclées par Daech à Deir ez- Zor - le petit Dien Biên Phu syrien - dans l'est du pays, et des combats très indécis se poursuivent entre Homs et Hama, au centre, et dans la région de Deraa, dans le sud-ouest à proximité du Golan. Le principal problème tactique réside dans le fait que toutes les parties manquent cruellement d'effectifs au sol pour emporter une décision significative sur le terrain. »
La suite ci-dessous :


Syrie : mise en place d’une zone tampon :

« [….] La nouvelle donne en Syrie risque d'être la suivante :
le nord du pays va être contrôlé par les Kurdes, par les rebelles soutenus par la Turquie[4] et par les islamistes radicaux dans la province d'Idlib ;
Alep, considérée comme une bataille majeure par toutes les parties va continuer à être disputée ;
l'est reste tenu par Daech car il n'est plus question de libérer Raqqa, la « capitale » du proto-Etat, les FDS ayant jeté l'éponge suite à la politique ambiguë de Washington ;
la côte méditerranéenne et Damas sont solidement aux mains du régime et de ses alliés mais harcelés par des groupes rebelles ;
le centre (région de Hama) et le sud (région de Deraa) vont rester disputés de manière à desserrer l'étau pesant sur Alep.
Bien que personne ne veuille l'avouer, la partition de la Syrie se poursuit.
La suite ci-dessous :

Daech Al-Qaida état de la menace terroriste :

« La menace terroriste représentée par les mouvements salafistes-djihadistes, Daech et Al-Qaida « canal historique » est plus présente que jamais. Si elle frappe régulièrement sur les terres de djihad traditionnelles - Syrie, Irak, Afghanistan, Pakistan, Bangladesh, Sahel, Somalie, Nigeria, Extrême-Orient, etc. - elle vise à étendre ses opérations terroristes ailleurs, particulièrement en Occident et dans le Caucase. Pour résumer, Daech est à la manœuvre et Al-Qaida « canal historique » souhaite revenir sur le devant de la scène. Mais en dehors des théâtres de guerre cités, les deux organisations semblent rencontrer des difficultés à infiltrer des commandos chargés de mener des opérations d'envergure comme celles qui ont eu lieu en France en 2015. Il est néanmoins probable qu'elles y parviendront à un moment ou un autre. Par exemple, Daech aurait créé le « bataillon Anwar al-Awlaki[1] » constitué exclusivement d'anglophones, dont les objectifs seront majoritairement leurs pays d'origine. Il est d'ailleurs un peu surprenant que le nom d'un idéologue d'Al-Qaida « canal historique » soit donné à une unité de Daech. En plusieurs occasions, des groupes francophones ont aussi été cités sans qu'ils aient reçu un nom de baptême particulier. Les filières de migrants en Europe peuvent, d'une part être utilisées pour acheminer des activistes, et d'autre part, ces populations constituent des viviers abondants pour toutes les mouvances terroristes et criminelles.
En attendant de faire mieux, les deux organisations salafistes-djihadistes multiplient les appels au meurtre sur les réseaux sociaux en demandant aux « djihadistes solitaires[2] » à passer à l'action. »
La suite ci-dessous



Jean Vinatier
Seriatim 2016





Aucun commentaire: