Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

lundi 10 octobre 2011

Montebourg : laisser filer les éléphants roses N°1033 5e année

Deux millions et demi de Français se sont déplacés pour le premier tour de la primaire entre les 6 candidats socialistes et radical de gauche. Un beau succès pour la rue de Solferino et  un échec pour le peuple de gauche appelé de leurs vœux par les ténors socialistes. Preuve que le parti socialiste n’a pas le monopole de la gauche et qu’il lui reste beaucoup de travail d’ici la présidentielle pour en revendiquer l’esprit.
L’arrivée  en tête de liste des deux figures de l’appareil socialiste, François Hollande (39%) et Martine Aubry (31%) présage un second tour dimanche prochain très serré avec un Arnaud Montebourg, le « démondialiste » qui a recueilli plus de 17% des voix laissant loin derrière lui une Ségolène Royal (7%) , Manuel Valls (6%) et Jean-Michel Baylet(1%) sur le banc de touche.
Arnaud Montebourg sera-t-il le Warwick arbitre d’une guerre des deux roses ? Apparemment, il n’e prend pas le chemin. Ce soir, il ne donnerait aucune consigne de vote  et annoncerait l’envoi d’une lettre aux finalistes de l’épreuve ! Montebourg n’ayant jamais caché le peu d’enthousiasme pour Hollande et Aubry ce choix serait logique. D’un côté, nous avons un François Hollande cherchant à rassembler ou opérer une synthèse sur fond d’adhésion au néo-libéralisme ; de l’autre, la maire de Lille qui, toute aussi libérale, se revêt d’un bonnet phrygien. Il est à craindre que le parti socialiste, quel que soit, le vainqueur de dimanche prochain, n’entre en campagne sans rupture idéologique fondamentale avec l’UMP de Sarkozy. Le système en place essaie désespérément de maintenir toutes les chances d’un choc frontal le soir du premier tour fin avril 2012 alors que toutes prévisions économiques et sociales sont négatives.
Arnaud Montebourg  miserait-il sur un futur échec socialiste ? Quand le téléspectateur voit un Bertrand Delanoë, qui ressemble de plus en plus à l’un des vautours dans Lucky Luke, soutenir Martine Aubry, on se dit que le député de Saône-et-Loire raisonne en joueur d’échec. En notant que Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen se targuent de souligner des points de convergence entre eux et lui : un signe que la présidentielle de 2012 nous réservera des surprises et des rebondissements.

Jean Vinatier
Copyright©SERIATIM 2011
Internautes : Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Angola, Arabie Saoudite, Argentine, Arménie, Australie, Bahamas, Bangladesh, Biélorussie, Bénin, Bolivie, Bosnie Herzégovine, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, Cameroun, Canada, Chili, Chine (+Hongkong & Macao), Chypre, Colombie, Congo-Kinshasa, Corée du Sud, Costa-Rica, Côte d’Ivoire, Djibouti, EAU, Egypte, Etats-Unis (30 Etats & Puerto Rico), Ethiopie, Ghana, Gabon, Gambie, Géorgie, Guatemala, Guinée, Guinée, Haïti, Honduras, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Islande, Israël, Jamaïque, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Laos, Liban, Libye, Liechtenstein, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Malawi, Mali, Maurice, Maroc, Mauritanie, Mexique, Moldavie, Monaco, Népal, Niger, Nigeria, Norvège, Nouvelle Zélande, Oman, Ouzbékistan, Palestine, Pakistan, Pérou, Philippines, Qatar, République Centrafricaine, République Dominicaine, Russie, Rwanda, San Salvador, Saint-Marin, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovénie, Somalie, Suisse, Syrie, Taiwan, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, Union européenne (27 dont France + DOM-TOM, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Saint-Pierre–Et-Miquelon), Ukraine, Uruguay, Vatican, Venezuela, Vietnam, Yémen

Aucun commentaire: