Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

mardi 24 juillet 2018

Emmanuel Macron : échec et mat ? N°4528 12e année


Les auditions du ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, du préfet de police de Paris, Michel Delpuech, du directeur de l’ordre public, Alain Gibelin ont été uniques dans les annales de la Ve République par le fait que tous les intervenants sans nier leur responsabilité particulière, ont visé d’une façon ou d’une autre, la Présidence de la République, le Président Macron inclus. Une telle position interdit quasiment au pouvoir de considérer le ministre de l’Intérieur et le préfet de police comme des fusibles.
Qui pouvait penser qu’en quelques jours, la présidence Macron se trouverait assiégée, prise à contre-pied?  Qu’une simple affaire de « petite frappe » de 26 ans ondulant dans les rangs de la police en se targuant de sa fonction d’adjoint au chef de cabinet à l’Elysée, réduise le Président Macron à se terrer dans son palais, l’obligeant à renoncer à ses obligations est par là-même une révolution.
Indépendamment du fait que le public a appris la longue liste des privilèges d’Alexandre Benalla : voiture de fonction, chauffeur, traitement confortable, accès libre à la villa des Macron au Touquet, badge lui donnant accès à presque tous les échelons administratifs, un titre de lieutenant-colonel dans la réserve de la gendarmerie nationale, un appartement de 200m2 qui fut celui de Mazarine au palais de l’Alma (quai Branly) cela interroge sur la puissance de l’intimité entre le couple et lui. Mais le point fondamental est d’apprendre qu’Emmanuel Macron entendait se doter d’un service de protection dirigé par Alexandre Benalla composé d’hommes extérieurs à la police, à la gendarmerie. La gravité est là et c’est ce que les commissions d’enquête devront étayer. Cette affaire anéantit toute l’image « Macron » créée au moment de l’élection présidentielle.
Certains feignent de croire qu’il s’agit d’une mayonnaise montée par les médias : c’est Le Monde qui a sorti l’affaire. Le Monde est le quotidien macronien par excellence. Que se passe-t-il donc pour que ce journal se retourne contre le successeur de François Hollande?
S’il est déjà trop tard pour changer de ministre, il l’est également  pour changer de gouvernement l’opinion publique ne le comprendrait pas. L’Elysée se tait parce que le Palais se doute que d’autres faits vont surgir, faits qui accroitront l’immobilité présidentielle. Emmanuel Macron est seul, le roi est quasiment nu. Fâché avec l’armée, la gendarmerie, la police, désormais avec la hiérarchie policière, le corps préfectoral, les corps sociaux, impopulaire combien de divisions a-t-il ? On a vu qu’à l’Assemblée nationale c’est un député socialiste, M.Vallaud, qui a contraint le Président de la Chambre à approuver la transformation de la commission des lois en commission d’enquête.
Une historienne sur Arte, ce soir, se disait estomaquer par l’ampleur de cette affaire. Les oppositions politiques qui désespéraient de trouver une faille dans Emmanuel Macron foncent d’un même élan, se déchainent. Quant à la population française, il se pourrait bien que lassée par la violence des discours présidentiels et constatant sa précarité, elle ne sorte du bois ! Jusqu’à présent a été minoré le ressentiment généré en une année de présidence Macron laquelle ne masque plus son envie de pouvoir renforcé et de violence sociale.
Si les jours et semaines fournissent d’autres éléments sur Alexandre Benalla ou bien qu’une autre affaire apparaisse, le Président de la République pourrait démissionner : Macron échec et mat ?



Jean Vinatier
Seriatim 2018

Aucun commentaire: