Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

lundi 25 août 2008

UE : l’autruche du monde multipolaire ? N°271 - 2eme année

Nicolas Sarkozy a convoqué un sommet européen le 1er septembre pour traiter la question géorgienne et les rapports avec la Russie. Convocation logique après sa démarche aoutienne.
Bernard Kouchner exclut, a priori, toute sanction à l’encontre de la Russie dont le Parlement vient de reconnaître l’indépendance de la république autonome d’Abkhazie et de la région autonome d’Ossétie du sud.
La Pologne, de son côté, a signé un accord militaire avec les Etats-Unis qui prévoit d’ici à 2012 l’installation des fameux BMDE (boucliers antimissiles) et l’incorporation immédiate de troupes américaines au sein de son armée.
Le dossier géorgien rouvre le cas des minorités situées dans le Caucase et la répartition d’influence des puissances autour de la mer Caspienne.
Les Etats-Unis avancent leurs pions : ils sont la nation offensive. La Russie veut éviter l’étouffement : elle est la nation sur la défensive.
Devant cette crise internationale grave, l’Union européenne est en première ligne sur le plan militaire, économique, constitutionnel, géostratégique. Le malheur veut qu’elle ne soit pas en ordre de bataille.

Sur le plan militaire, comment se fait-il que l’accord passé par la Pologne ne fasse l’objet d’aucune déclaration de la présidence française ? Cet accord se fait en dehors de l’Europe de la défense, de l’OTAN : il est conclu directement entre Varsovie et Washington. La République Tchèque, qui succèdera à la France en janvier 2009, s’apprête à faire de même : toujours le même silence !
La présence de troupes européennes en Afghanistan soit sous l’égide de l’ONU ou de l’OTAN est problématique : tout le monde se prépare à un échec terrible mais nul ne bouge. Le Président Sarkozy s’engage, au contraire, à s’investir davantage.
Sur le plan énergétique, notre dépendance à l’égard de la Russie est patente puisqu’elle nous fournit 50% de nos besoins en gaz et 25% en pétrole. Berlin a joué, certainement, un rôle apaisant début août en cadrant le Président Sarkozy dans sa démarche diplomatique. Mais, au-delà, c’est la question de notre non-indépendance énergétique qui est posée : quels remèdes nous propose-t-on ?
Sur le plan économique, l’échec du dernier sommet de l’OMC, organisation dirigée par Pascal Lamy, un socialiste devenu un Européen libéral convaincu est une claque. On voit, aujourd’hui, le Brésil, la Russie, la Chine, l’Inde et les Etats-Unis réfléchir ensemble à un projet de libre-échange. Où est l’Union européenne ?
Sur le plan constitutionnel, le référendum irlandais et l’immobilisme tchèque plombent pour le moment la mise en route du traité de Lisbonne. L’idée de faire revoter Dublin grandit alors que tous les sondages indiquent une progression du « Non » y compris parmi les Irlandais favorables au traité. Quel sera le poids de l’Union européenne avec des institutions entre deux chaises ?
Sur le plan géostratégique, l’Union européenne qui vient, à peine, de célébrer l’Union pour la Méditerranée, montre une incapacité mentale à exister en dehors des cercles influents pro-américains majoritairement néo-conservateurs. Bruxelles a réussi l’exploit de rendre très difficile la migration des sud-américains vers l’Europe alors qu’ils sont, précisément les plus proches de nous. Faute grave quand on sait le taux de développement des locuteurs hispanophones en Amérique anglophone. C’est à juste titre que plusieurs chefs d’état d’Amérique du sud ont violemment protesté.

Dans un monde plus incertain, l’apathie européenne fait peur, très peur. L’Inde et la Russie sont des nations qui n’ambitionnent pas de domination idéologique, à l’inverse des politiques américaine et chinoise nettement plus agressives. New Delhi et Moscou sont prudentes, elles cherchent, avant tout, par tous les moyens à préserver leur identité, leur caractère. Pékin et Washington, quoique opposées sur bien des points, veulent acquérir une primauté mondiale. N’oublions pas les fonds souverains dont la force de frappe ne faiblira pas : ils bouleversent le capitalisme financier. Où est l’Union européenne ? Mystère.
En réalité l’Union européenne sait qu’elle ne pourra plus longuement se calfeutrer auprés de l’oncle Sam mais culpabilisée par les deux guerres mondiales, elle feint de croire que l’émergence d’un monde différent l’épargnera quelque peu et pire, qu’elle y aura, de fait, une place importante.
La présidence française pourrait initier une révolution diplomatique et militaire mais le veut-elle ? L’Union européenne sera-t-elle l’autruche du monde multipolaire ?


©Jean Vinatier 2008

Commentaires : Si vous n’avez pas de compte Gmail, et pour éviter le noreply-comment veuillez envoyer vos commentaires à :
jv3@free.fr


Sources :

Lire le très bon article d’Alain Joxe :
http://www.mediapart.fr/club/blog/la-redaction-mediapart/220808/georgie-washington-est-irresponsable-par-alain-joxe
et celui de Nikolai Sokov :
http://www.atimes.com/atimes/Central_Asia/JH26Ag03.html


http://www.timesonline.co.uk/tol/comment/columnists/simon_jenkins/article4597385.ece
http://www.elpais.com/articulo/internacional/Nuevas/trincheras/guerra/fria/elpepuint/20080825elpepiint_5/Tes

Aucun commentaire: