Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

vendredi 23 octobre 2015

Climat intérieur VI : migrants et gens du voyage N°4035 9e année



Il est, sans doute, trop tôt, pour savoir si les événements de Moirans seront ou pas le détonateur d’une grande peur, c’est-à-dire de l’émergence de la colère furieuse et incontrôlée ; à moins que ce soit l’affaire du jet loué par le ministère de l’Intérieur pour transporter depuis Calais jusqu’à quelque part en France quelques immigrants ; ou bien le combat entre deux bandes rivales en gare de Montargis. L’état mental français tient assez bien entre les migrants et les gens du voyage en ce sens que les Français, eux-mêmes, commencent à se persuader qu’ils se transforment pour être dans un cas comme dans l’autre. Psychologiquement, le Français est atteint mais face à un mur celui de la conscience qui ne lui appartient plus : elle est entre les mains d’une élite qui se définit comme une aristocratie et qui impose à une nation de s’effriter, de se déconstruire au profit d’une « Pensée », d’un but « Européen », d’une « église libérale mondialisante ».
Si les Français devaient se rassurer, ils ne pourraient se tourner en direction de l’Allemagne de Mme Merkel, cette dernière venant de commettre plusieurs impairs et notamment, en se rendant auprès du Président Erdogan, véritable toupie tyrannique, étourdissante qui n’est pas loin de se croire revenu dans un moment néo-ottoman : prenant pied en Europe, s’entremêlant dans l’Orient et réussissant à soutenir les groupes djihadistes au nom de la guerre « sainte contre Bachar Al-Assad » tout en bombardant les Kurdes sans que ni la chancelière allemande, ni l’Union européenne, ni aucune ONG ne protestent ! Il est bien certain que l’état allemand intérieur, s’il ne se compare pas encore avec celui de la France, à au moins un point en commun celui de la torpeur lourde, de celle qui devrez enclencher les mouvements mais qui, in fine, tétanise.
Si les Français devaient trouver quelque assurance, ce serait en définitive en direction du Royaume-Uni engagé dans la campagne pour contre la sortie de l’Union européenne, ce serait aussi vis-à-vis de la Russie, pour l’heure un bloc. Royaume-Uni et Russie sont à un carrefour politique et nationaliste : le peuple anglais pencherait bien pour la sortie tandis que la City plaiderait pour l’inverse ; quand celui de Russie retrouve une dimension impériale qui associe assez habilement le souvenir soviétique du Président Poutine et l’histoire tsariste des Russes. Ce sont deux peuples debouts, deux peuples du continent européen mais excentrés, la proue et la poupe d’un navire qui menace de se briser en son centre, l’Europe continentale, faute, justement de « peuple » et de souveraineté :

une Europe continentale démocratique déboussolée à la fois migrante et/ou gens du voyage…..







Jean Vinatier
Seriatim2015

Aucun commentaire: