Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

samedi 13 février 2016

Libye : au milieu des écueils N°4100 10e année



Tous les services action de puissances, européenne et américaine, traînent leurs guêtres  sur le sol libyen. La Maison Blanche aurait donné son aval à l’intervention militaire. Le problème majeur est que la Libye n’a pas un gouvernement représentatif et que trois parlements se disputent une souveraineté. En décembre dernier au Maroc, les futurs coalisés crurent l’affaire combinée puisque un accord y fut signé…avant d’être dénoncé quelques jours plus tard. Ce gouvernement, à la fois fantoche et de comédie, était l’élément clef de la pièce médiatique à servir aux médias lesquels, ensuite, se tourneraient vers nous, les sans-dents, pour nous taire. Si la coalition ne voulait apparaître comme une force étrangère débarquant selon son « bon plaisir », l’existence d’un exécutif même de carton-pâte, était indispensable. Aujourd’hui, en février 2016, rien de cela n’existe. Cet obstacle serait donc balayé par l’empire du Potomac : à la place du soutien représentatif, il aurait été convenu de s’entendre avec les Frères musulmans et autres groupes affilés aux différentes sortes de djihadistes. En somme, les euro-américains accompliraient en Libye ce qu’ils ne purent mener à leur terme en Syrie à savoir engager des cohortes d’extrémistes, les habiller en rebelles, les appeler « libres »   ou « démocrates » ! Comme le répétait l’inénarrable Laurent Fabius « Al-nosra fait du bon boulot » ! Mais en Libye, il sera tout de même très compliqué de faire d’un djihadiste un rebelle libre et d’asséner, à nous les moutons, que l’indigène, ici le Libyen, est un tyran de fait !
L’idée que Daesh et Boko-Aram établissent un front uni terrorise les bien-pensants, les Européens s’affolent, à juste titre, d’un débarquement massif d’un million de migrants  sur leurs côtes : au diable les Libyens, faisons des alliances avec des rivaux des deux entités précitées et l’on retardera pour un temps le grand exode. Cependant, une action militaire obligera au débarquement d’une infanterie en nombre  les seuls bombardements et commandos étant à court terme largement insuffisant. Qui aujourd’hui est ne mesure d’envoyer des dizaines de milliers de soldats quand, par exemple, les pays européens réduisent le budget de la Défense, quand les Américains rechignent à mourir pour leur empire et sans bénéficier du soutien de la population, ni de puissances frontalières, par exemple, l’Egypte et l’Algérie ? Le bouquet final serait que la présence massive de troupes étrangères se heurte in fine aux tribus libyennes lesquelles, en dépit de leurs querelles et de leurs obédiences divergentes pourraient considérer en bloc cette coalition comme impie et profanatrice
Nous nous dirigeons vers le drame. D’abord parce qu’une intervention militaire est indispensable, ensuite parce que celle qui se dessine préfigure l’échec ou pire encore la guerre larvée et la guérilla. Nous allons, bel et bien, vers le  chaos. Et dire que tout cela est la conséquence de  la folie de Nicolas Sarkozy, François Fillon, Alain Juppé et BHL, brillant quatuor béni par l’auguste main d’Outre-Atlantique et le sourire de la perfide Albion et qu’au final de cette aventure de 2011, c’est la sodomisation du Colonel Kadhafi, à la grande joie d’Hillary Clinton, qui couronnera cette barbarie. Même sans oublier le sang de nos compatriotes dont le feu colonel est comptable, il y a là par la joie de cette mise à mort une totale monstruosité.
Les Croisés avaient la foi, ceux d’aujourd’hui ont la poisse masquée par la morgue et le parfait mépris des populations….


Jean Vinatier
Seriatim2016
                                                           


Aucun commentaire: