Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

mercredi 8 janvier 2020

Deep-news.media par Maxime Chaix N°4786 14e année



Lancement d’un nouveau média

« Eric Verhaeghe : Maxime Chaix, pourquoi avoir créé le site www.deep-news.media ?

Maxime Chaix : Tout d’abord, permettez-moi de me présenter brièvement. Auteur du livre La guerre de l’ombre en Syrie, paru en mars 2019 aux éditions Erick Bonnier, je suis essayiste, traducteur et journaliste. Spécialisé dans les domaines du renseignement, des opérations clandestines, du djihadisme et de la politique étrangère américaine, j’ai notamment écrit pour MiddleEastEye.net, Paris MatchGlobalGeoNews.com, Le Devoir et le Club de Mediapart. Depuis mes débuts dans le journalisme, en janvier 2015, je me suis heurté à d’innombrables refus de publication de mes articles par différentes rédactions francophones. Le problème est que, dans la grande majorité des cas, les rédacteurs en chef des médias en question me faisaient des retours élogieux sur mes analyses, mais ils invoquaient différentes raisons plus ou moins recevables pour refuser de les publier. Heureusement, une poignée d’entre eux ont eu la franchise de m’expliquer que mes articles exposaient des réalités si dérangeantes qu’ils ne pouvaient se permettre de les diffuser. Au fond, je les comprends, puisque les médias français sont majoritairement subventionnés par l’État, et possédés par des firmes multinationales qui n’ont pas comme intérêt prioritaire d’exposer des vérités compromettantes. Parmi celles-ci, l’on peut citer l’implication désormais avérée de la DGSE dans une vaste opération clandestine de changement de régime en Syrie. Chapeautée par la CIA, cette campagne avait pour objectif de renverser Bachar el-Assad en soutenant une nébuleuse de groupes armés loin d’être aussi « modérés » que nos médias ne nous les ont décrits jusqu’à présent.

EV : Vous nous expliquez donc que vous-vous êtes heurté, pendant cinq ans, à une certaine forme de censure médiatique, les rédactions saluant la qualité de votre travail tout en refusant de publier vos articles ?

MC : Exactement. Puisque je mène des enquêtes sur des sujets particulièrement sensibles, tels que les guerres de changement de régime, l’instrumentalisation du djihad par les puissances occidentales ou les attaques de certains « alliés » contre nos intérêts fondamentaux, je ne parviens pas à imposer la plupart de mes écrits aux rédactions francophones. Or, mes analyses suscitent l’intérêt d’un nombre sans cesse croissant d’experts et de journalistes, et certaines d’entre elles sont partagées massivement sur les réseaux sociaux. Inspiré par Glenn GreenwaldJames Bamford ou Claude Angeli, je défends un journalisme d’enquête exigeant, audacieux et résolument engagé contre les dérives de la raison d’État. Hélas, mon diagnostic est que les médias francophones ne traitent pas suffisamment des questions sur lesquelles je travaille – bien qu’elles soient d’intérêt public. À titre d’exemple, à l’occasion des huit ans de la guerre en Syrie, aucun média francophone ne parla du programme Timber Sycamore. Coordonnée par la CIA entre l’automne 2011 et l’été 2017, cette opération clandestine avait pourtant mobilisé des milliards de dollars, des dizaines de milliers de tonnes d’armes et de munitions et au moins 45 000 mercenaires pour tenter de renverser le gouvernement syrien. Et comme je l’ai démontré dans mon livre, cette campagne a massivement soutenu la montée en puissance de la nébuleuse djihadiste anti-Assad – mes conclusions ayant été validées par un certain nombre de spécialistes de premier plan, y compris dans MarianneLe Monde diplomatique ou la prestigieuse Revue Défense Nationale.

Refusant que des sujets aussi importants soient refoulés de notre débat public, j’ai donc décidé de lancer Deep-News.media, le site d’information qui se focalisera sur la partie immergée de cet « iceberg » qu’est la géopolitique mondiale. »

La suite ci-dessous :


Jean Vinatier
Seriatim 2020




Aucun commentaire: