Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

lundi 27 juillet 2009

Edito : Syncope présidentielle – N°503- 2e année

Le malaise vagal ou syncope dont a été victime le Président de la République pendant sa course à pied dans le parc de Versailles ne surprend personne.
La Cour de France avait fixé le Roi au centre de toute la vie publique du pays au point que le mémorialiste Saint-simon pouvait affirmer que de n’importe quel point de la terre, il pouvait en regardant sa montre savoir ce que faisait le monarque. Le Chef de l’Etat républicain s’affiche sans mesure, sans ordre, sans cérémonie, dans cette publicité quotidienne.
La santé des chefs d’Etat de la Ve République ne souffre pas de la moindre publicité sur ce sujet bien que chacun d’entre eux affirme, au début de leur mandat, que tout sera dit aux Français. Nicolas Sarkozy qui a fait de la communication et de sa mobilité permanente sur tous les fronts une arme absolue a oublié que tout corps possède sa limite. Son caractère très anxieux et en permanence insatisfait le porte aux excès : sa peur de ne pas être dans le moindre événement ou pire encore croire qu’il est indispensable en toute chose nourrit le risque d’avoir un jour ou l’autre lors d’un exercice physique un malaise vagal, chose faite! Ou bien pis....
Politiquement, cet accident marque un tournant dans son mandat. Nicolas Sarkozy, à peine sur pied et déjà furieux de son immobilité, cherchera à rebondir plus haut et donc réactivera le risque d’une seconde syncope. Si ses adversaires ne manquent pas de lui souhaiter bon vent, ses amis pensent à eux et évaluent déjà bien des combinaisons : après tout tout homme est mortel…..Mais le pensaient-ils mortel si tôt ?
Pensons un seul instant que le Président soit mort dimanche matin : que se serait-il passé? Le président du Sénat aurait assumé la présidence et nous aurions débuté une campagne électorale dans le plus grand désordre. A droite, l’UMP, sa figure tutélaire rappelée à Dieu, montrerait toute sa fragilité, A gauche, les disputes redoubleraient. Et le MoDem de Bayrou rêverait d’une occasion unique. Peut-être est-ce la France, elle-même, qui connaîtrait le malaise vagal !
Cette syncope présidentielle éclaire crûment sur la faiblesse magistrale du régime qui repose sur un seul individu alors que le pays, quoique calme, n’en bout pas moins de plus en plus.
Le Président n’est plus un homme jeune, il vient de prendre un coup de vieux : nul n’a oublié le séjour du Président Chirac au Val de Grâce en 2005 et les ironiques commentaires de Nicolas Sarkozy : n’est-ce pas l’arroseur arrosé ?
La fragilité présidentielle ne peut plus être contournée. Et les événements à venir seront d’une telle force que, désormais, le doute est instillé sur la solidité du Chef de l’Etat qui s’est usé plus que de raison.
On n’est pas un roi fainéant quand on prend le temps de respirer, de penser ; on n’est qu’un tyranneau de village ou un adolescent mal dégrossi quand on ne cesse jamais de bondir, de tourbillonner telle une toupie !

Jean Vinatier

Copyright©SERIATIM 2009
Tous droits réservés
Commentaires : Si vous n’avez pas de compte Gmail, et pour éviter le noreply-comment veuillez envoyer vos commentaires à :
jv3@free.fr


Internautes : Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Arabie Saoudite, Argentine, Australie, Biélorussie, Bénin, Bolivie, Bosnie Herzegovine, Brésil, Cambodge, Cameroun, Canada, Chili, Chine (+Hongkong & Macao), Chypre, Colombie, Congo-Kinshasa, Corée du Sud, Côte d’Ivoire, Djibouti, EAU, Egypte, Etats-Unis (30 Etats & Puerto Rico), Gabon, Géorgie, Guinée, Haïti, Inde, Irak, Iran, Islande, Israël, Kenya, Liban, Libye, Liechtenstein, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Mali, Maurice, Maroc, Mauritanie, Mexique, Moldavie, Monaco, Népal, Norvège, Nouvelle Zélande, Oman, Ouzbékistan, Palestine, Pakistan, Pérou, Qatar, République Centrafricaine , République Dominicaine, Russie, Sénégal, Serbie, Somalie, Suisse, Thaïlande, Tunisie, Turquie, Union européenne (27 dont France + DOM-TOM & Nouvelle-Calédonie, Polynésie), Ukraine, Uruguay, Venezuela, Vietnam

Aucun commentaire: