Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

mercredi 4 juillet 2012

Hollande/Ayrault au service du bon plaisir de Delanoë ? N°1210 5e année

Le Premier ministre n’avait donc rien de plus pressé dans une situation sociale très tendue et négative, à devancer les caprices mercantiles  du maire de Paris, Bertrand Delanoë, pour le prévenir qu’il rouvrait le dossier de l’aménagement de la Rive gauche (Musée d’Orsay-Pont de l’Alma), un chantier évalué à près de 50 millions d’euros sans compter les millions d’euros de frais de fonctionnement.
Si l’aménagement de la Rive Droite soulève moins de problèmes, c’est que la circulation automobile ne sera pas bannie à l’inverse de la Rive Gauche toute dédiée aux marchands des fêtes : autrement dit la Rive Gauche deviendrait par la grâce de l’Etat pour le plus grand bienfait de certaines entreprises un nouveau segment de marché : ludique, festif et vacarme. Delanoë, s’il habite dans une rue silencieuse du quartier très huppé de Sèvres-Babylone, entends soumettre tout un quartier au bruit démultiplié de l’automobile, les quais de Seine leur étant interdits et aux embouteillages dans lesquels les bus se trouveront prisonniers. Mais à la Mairie de Paris, business is business !  En deux mandats  et qui sait, en route pour un troisième, Bertrand Delanoë s’est accoutumé, semble-t-il, à passer sous les fourches caudines de grands groupes : LVMH, Vinci, Unibail, Bolloré, Decaux, les fonds qatari avec, il faut le dire, la plus grande complaisance des médias, de Nicolas Sarkozy qui lui a laissé carte blanche au nom du Grand Paris. Peine perdue puisque le maire de Paris ne songe qu’à bâtir des tours aux portes de la capitale, refermant la ville à la banlieue.
Avec Bertrand Delanoë qui est d’abord libéral, François Hollande et Jean-Marc Ayrault jouent sans doute un jeu qui pourrait leur coûter bien des avanies à encourager Bertrand Delanoë dans  une fuite en avant dédiée au culte de la communication donc de la propagande.  La capitale est devenue en 11 ans grâce à une spéculation immobilière pour le plus grand profit de l’Hôtel de Ville (droits de mutation) principalement l’apanage des bobos, des milliardaires et autres gens qui prennent Paris pour une escale amusante quand tous les parisiens qui ne peuvent pas partir en vacances font, en quelque sorte, le spectacle estival sur une plage factice pour leurs amusements est une situation absolument pas honorable.
Le maire de Paris ne se montre pas  non plus soucieux de l’identité de la ville. On a l’exemple de nombre de sociétés de vélo-taxi qui prennent non pas les couleurs de la ville de Paris mais celles de villes comme Londres, New York avec naturellement le texte rédigé en anglais : les Parisiens, les Français seraient-ils exclus de ce moyen de locomotion ? Pas davantage Bertrand Delanoë ne se déciderait pas en 2014 à imposer aux taxis parisiens le bleu et le rouge mais …le noir ! Delanoë est-il maire de Paris ou bien seulement en délégation de grandes multinationales pour lesquelles toute identité nationale n’est tolérée qu’à la condition de devenir segment de marché ?
Les socialistes ont tous les pouvoirs mais leur gouvernement et leur majorité ont l’apparence de la solidité : les premiers sondages devraient les alerter,  ralentir leur précipitation à se prosterner devant l’édile Delanoë qui multiplie les projets dispendieux (Autolib,Les Halles, place de la République, Roland-Garros…etc) laisse sombrer les piscines, les bibliothèques municipales, amorce la privatisation des musées de la Ville  et cerise sur le gâteau affecte le plus grand désintérêt pour les employés de Paris lesquels ne manquent plus de le huer lors des vœux de bonne année.
Le combat à mener contre le projet d’aménagement des berges de la Seine n’est pas un combat léger ni d’arrière-garde. Imagine-t-on un seul instant le maire de New-York faisant la politique de celui de Paris, il serait balayé.
Bon nombre de Parisiens de toutes les générations sont choqués. Pour leur malheur, ils ne trouvent pas dans l’opposition au maire de quoi espérer tant celle-ci est engluée dans des querelles d’égos. Mme Dati a raison de dénoncer cette situation.
Paris perd son âme, son identité pour n’être plus qu’un label, qu’une marque! Un lecteur de Macon ne m’écrit-il pas justement :
« Ils vont transformer Paris en super marché alors que la société de consommation est terminée ».
 Jean Vinatier
Copyright©SERIATIM 2012
Internautes : Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Angola, Arabie Saoudite, Argentine, Arménie, Australie, Bahamas, Bangladesh, Biélorussie, Bénin, Bolivie, Bosnie Herzégovine, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, Cameroun, Canada, Chili, Chine (+Hongkong & Macao), Chypre, Colombie, Congo-Kinshasa, Corée du Sud, Costa-Rica, Côte d’Ivoire, Djibouti, EAU, Egypte, Etats-Unis (30 Etats & Puerto Rico), Equateur, Ethiopie, Ghana, Gabon, Gambie, Géorgie, Guatemala, Guinée, Guinée, Haïti, Honduras, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Islande, Israël, Jamaïque, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Laos, Liban, Libye, Liechtenstein, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Malawi, Mali, Maurice, Maroc, Mauritanie, Mexique, Moldavie, Monaco, Népal, Niger, Nigeria, Norvège, Nouvelle Zélande, Oman, Ouzbékistan, Palestine, Pakistan, Pérou, Philippines, Qatar, République Centrafricaine, République Dominicaine, Russie, Rwanda, San Salvador, Saint-Marin, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovénie, Somalie, Suisse, Syrie, Taiwan, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, Union européenne (27 dont France + DOM-TOM, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Saint-Pierre–Et-Miquelon), Ukraine, Uruguay, Vatican, Venezuela, Vietnam, Yémen

Aucun commentaire: