Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

dimanche 14 octobre 2018

« Ce que la Russie a gagné de son intervention militaire en Syrie par Igor Delanoë » N°4549 12e année


« Voici trois ans que la Russie s’est engagée dans le conflit syrien aux côtés de Damas et de Téhéran. Au cours de cette période, son activité opérationnelle a varié sensiblement au gré des objectifs qu’elle s’est fixés sur le champ de bataille. Aujourd’hui, si la crise est loin d’être réglée, Moscou peut néanmoins déjà revendiquer un certain nombre de succès.

Tout d’abord, la Russie s’est livrée à une démonstration crédible de sa capacité à projeter un corps expéditionnaire de taille modeste au-delà de l’ex-espace postsoviétique, là où personne ne l’attendait. Par ailleurs, le champ de bataille syrien a offert à l’armée russe des conditions opérationnelles réelles, non seulement pour tester du matériel neuf en vue de leur versement à l’arsenal russe ou de leur vente à l’export, mais aussi et surtout, il a généré une formidable prise d’expérience pour les différents personnels qui ont été déployés. Enfin, en vue de l’entrée dans la phase de stabilisation du pays que Moscou appelle de ses vœux, la Russie mise sur les liens établis ces derniers mois avec les différents chefs de localités rebelles avec qui il a fallu négocier, qui une reddition, qui des échanges de prisonniers, afin d’apparaître comme un interlocuteur crédible, à défaut d’être légitime aux yeux de certains acteurs locaux.
La consolidation du régime syrien devrait rester l’axe de travail des Russes au cours des prochains mois. À ce titre, Moscou compte sur l’intégration au sein de l’armée syrienne des unités paramilitaires qu’elle a équipées et formées afin d’en faire le futur fer-de-lance de cette dernière. L’expérience et la combativité acquises par les forces loyalistes lors de ces années de guerre, sous les auspices du commandement russe et avec du matériel provenant de Russie, pourraient procurer à Moscou des retombées en termes d’image et d’influence qui dépassent le cadre syrien. »
La suite ci-dessous :

Jean Vinatier
Seriatim 2018

Aucun commentaire: