Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

lundi 29 octobre 2018

« Mais Hesse possible ? » N°4563 12e année


La chancelière de retour de Turquie où elle participa à une réunion d’information russo-turque sur Idleb en compagnie du président français, aura à assumer le plus mauvais résultat de la CDU en Hesse depuis cinquante ans. Avec 26,9 ou 27% des voix et 19,6 ou 19,7%  pour les Verts, la coalition obtient de justesse la majorité simple et laisse entrer l’AFD avec 13,2% qui, par ce score est désormais présent dans tous les lands de Germanie. Quant au SPD avec 19,8 %, il enregistre un résultat piteux : la GroKo le lamine à grande vitesse.
Angela Merkel abordera donc le congrès de la CDU en décembre en situation de faiblesse quoique très décidée à aller jusqu’aux élections européennes. Le SPD le lui permettra-t-il ? Après les revers en Bavière puis en Hesse, quel sera son score en mai prochain pour le renouvellement du parlement à Strasbourg ? Si la grogne est grande, qui prendra le risque d’effondrer la coalition, de provoquer des élections législatives anticipées ? L’Allemagne aborde donc la campagne des européennes divisée, fragilisée, la colère sourde traversant l’ensemble des partis et le  plus important les Allemands. Pour le Président français, l’affaissement constant de la chancelière qui est un renvoi d’éclairage sur son propre état et au lendemain d’une tournée sans relief dans le camp dit de Visegrad, l’hiver s’annonce rigoureux et long. Peut-être que le plus grand service que la chancelière pourrait rendre à la cause des progressistes serait de partir…..
Les Grünes grappillent lestement et promptement les suffrages des déçus de la GroKo apparaissant comme une solution de rechange pour le cas où de nouvelles consultations nationales interviendraient. D’ailleurs leur succès est vu, désormais par Emmanuel Macron, comme un danger possible si  les Verts se mettaient à copier leurs homologues rhénans.
Ce soir, l’Allemagne politiquement n’est plus le pôle stable, certains diront même plus un pôle.
Où que nous portions le regard sur l’ensemble de l’Union européenne, les fissures, les crevasses sont les nouveaux reliefs.
Les élections européennes, chaque semaine passant, s’annoncent de plus en plus explosives avec des « progressistes » sans ordre, des souverainistes non ligués, et ici et là de nouveaux partis populistes qui surgissent, le dernier en date en Espagne, Vox dont le premier rassemblement à Madrid a réuni plus de 15000 personnes…
Une République en marche qui tourbillonne, une GroKo devenue écueil, le duo franco-allemand est-il de Charybde en Sylla ?


Jean Vinatier
Seriatim 2018

Aucun commentaire: