Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

jeudi 24 juin 2010

Afghanistan : des talibans au lithium N°719 3e année

Le 44e soldat français est tombé dimanche en Afghanistan, une nouvelle passée sous silence, les Bleus millionnaires assurant le spectacle médiatique.
Hier, le Président Barack Obama a remplacé le général Stanley MacChrystal par son supérieur hiérarchique le général David Petraeus. Le premier, habitué aux opérations commandos, aux mots simples et aux actions furtives, n’en pouvait décidément plus depuis son entrée en fonction en juin 2009, de démêler les arcanes de l’oscillante politique de la Maison Blanche. Aussi cet officier général s’est-il lâché dans Rolling Stones, se moquant tour à tour de l’ambassadeur américain en Afghanistan, Karl Eikenberry, de James Jones, conseiller à la sécurité nationale, de Richard Holdbrooke, en charge de l’AfPak puis du vice-président, Joe Biden. Spectacle garanti : affolement dans les salons washingtoniens, embarras du Président Barack Obama et du secrétaire d’Etat à la Guerre, Robert Gates qui ne tarissait pas d’éloge envers Stanley McChrystal ! Hillary Clinton a plaidé la cause du militaire maladroit, histoire de faire savoir aux démocrates insupportés par le Président qu’elle pouvait être une alternative et ce à quelques mois des élections de novembre 2010.
Sur le perron de la Maison Blanche, personne ne bombait le torse, ainsi le général David Petraeus apparu vieilli et, sans doute dépérira-t-il plus vite encore en raison de sa nouvelle mission : refaire le coup du « Surge » irakien ! Si pour l’heure la Mésopotamie est dans un désordre considérable elle apparaît comme un havre de paix à côté de l’Afghanistan ou AfPak.
En Afghanistan, la dernière opération militaire, Moshtarak, devait démontrer la capacité de l’armée afghane, assistée par toutes les forces du « monde libre » à sécuriser la région de Kandahar et casser le trafic de drogue dans le district de Marjah. Ni victoire, ni défaite mais des tas de civils tués, hommes, femmes, enfants…
L’Afghanistan était seulement un bourbier jusqu’à ce que l’armée américaine découvre des gisements miniers estimés à 1000 milliards de dollars - le pays pourrait, dit-on, devenir « l’Arabie Saoudite du lithium ».
Exit les talibans qui sont de formidables caméléons, voici le lithium, convoité par la Chine. L’Union européenne s’alarmait récemment (il est bien temps !), de la captation par la Chine des minéraux, métaux rares (Antimoine, béryllium, cobalt, fluorine, gallium, germanium, graphite, indium, magnésium, niobium, platine, terres rares, tantale et tungstène) dont beaucoup entrent dans la composition des téléphones portables, panneaux solaires etc….
La découverte du gisement de lithium est une aubaine parce qu’elle va permettre de redonner un sens au présent conflit. Un bémol cependant, à ce début d’enthousiasme : d’abord l’armée américaine devrait amorcer son retrait en juillet (et non plus en mai, première date retenue) 2011 pour satisfaire une opinion publique hostile à cette campagne militaire, ensuite, les Otaniens s’épuisent et ne veulent plus envoyer un soldat supplémentaire, enfin, nombre de marchés conclus via le Président Karzaï et son entourage échoient aux puissances asiatiques dont le Japon…pourtant allié fidèle de Washington !
Le conflit en AfPak se métamorphose sous nos yeux en une confrontation mercantile entre « les puissances otano-américaines occidentales » et les pays d’Asie. C’est peu dire que le projet d’amener le gaz turkmène vers l’ouest ou TAP (trans afghan pipline) est quelque peu compromis au profit du trans Iran/Pakistan via l’aide de la Chine (port de Gwadar) et de l’Inde.
On comprend le manque d’enthousiasme du général Petreaus dont le champ d’action va de la Mésopotamie aux frontières sino-indiennes avec des connections jusqu’au Kirghizistan La fin de la guerre du Vietnam passera pour un heureux épilogue comparé à celui qui se concocte aujourd’hui. Certes, Hollywood, enchaînera les différentes productions (voir déjà le cas de films comme « Démineurs ») pour atténuer la défaite, c’est oublier, qu’en 1975, le cinéma asiatique balbutiait alors qu’en 2010, il est sur les rampes de lancement.
Il ne faudrait pas qu’aux défaites, militaires, morales s’ajoute celle du business, nous aurions, alors, une tragédie compléte.: notre fin....


Jean Vinatier
Copyright©SERIATIM 2010


Internautes : Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Arabie Saoudite, Argentine, Arménie, Australie, Biélorussie, Bénin, Bolivie, Bosnie Herzégovine, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, Cameroun, Canada, Chili, Chine (+Hongkong & Macao), Chypre, Colombie, Congo-Kinshasa, Corée du Sud, Côte d’Ivoire, Djibouti, EAU, Egypte, Etats-Unis (30 Etats & Puerto Rico), Gabon, Gambie,Géorgie, Guatemala, Guinée, Guinée, Haïti, Honduras, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Islande, Israël, Jamaïque, Jordanie, Kenya, Liban, Libye, Liechtenstein, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Malawi, Mali, Maurice, Maroc, Mauritanie, Mexique, Moldavie, Monaco, Népal, Niger, Nigeria, Norvège, Nouvelle Zélande, Oman, Ouzbékistan, Palestine, Pakistan, Pérou, Qatar, République Centrafricaine, République Dominicaine, Russie, Rwanda, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovénie, Somalie, Suisse, Taiwan, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, Union européenne (27 dont France + DOM-TOM, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Saint-Pierre–Et-Miquelon), Ukraine, Uruguay, Venezuela, Vietnam, Yémen

1 commentaire:

Manant2 a dit…

Cher Monsieur Vinantier,
Vous savez que ces ressources sont connues depuis les années 197O et que les Soviétiques, les premiers, en avaient dressé une liste exhaustive. Où sont-ils maintenant? Les Etats-uniens veulent motiver leurs alliés de l'OTAN pour continuer l'offensive qui dure maintenant depuis 9 ans, sans que les Afghans ne se lassent de les combattre et sans qu'un gouvernement fantôche crédible n'arrive à se substituer au pays réel en armes. Certains vendent donc la peau de l'ours sans l'avoir tué, tandis que, après les Australiens, les Britanniques commencent à manifester le désir de se retirer du bourbier pour prendre le taureau de leur crise par les cornes… Les Etats-uniens y resteront, car ils évoluent désormais dans le virtuel dans un monde devenu leur war game. Même la marée noire du Golfe du Mexique ne semble pas les inquiéter. Et pourtant, les menaces qu'elle fait planer sur la planète entière, on se garde bien de les estimer.
Bien amicalement