Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

mercredi 2 juin 2010

Israël, Japon, Turquie : 3 épines pour Obama –N°706 3e année

La démission du Premier ministre japonais, Yukio Hatoyama, est directement liée à son refus de tenir une promesse électorale : le déplacement de la base américaine d’Okinawa. Le départ des sociaux-démocrates du gouvernement japonais a scellé le sort d’un ministère incapable de prendre ses marques depuis 9 mois.
L’assaut lancé dans les eaux internationales par les commandos israéliens contre un navire turc va précipiter la rupture entre Tel-Aviv et Ankara.
Du Japon au bord de la Méditerranée, les trois alliés les plus fidèles des Etats-Unis entrent dans une période mouvementée dont les dommages collatéraux ne pourront être ignorés par le Président Obama.
Aux yeux de Washington, le Japon reste sa base principale et l’économie du Soleil Levant garder toute sa force devant une économie chinoise qui ne cesse de grandir. Mais la Maison Blanche ne prend pas suffisamment garde au ressentiment grandissant parmi les Japonais à l’égard des bases US qu’ils regardent plus comme des armées occupantes que comme des forces protectrices. Les manières employées par les collaborateurs du Président Obama pour le maintien de la base d’Okinawa n’ont jamais été celles de l’écoute : elles furent brutales ! L’ex-Premier ministre, Yukio Hatoyama, a tenté de trouver, sans succès, une correspondance avec le Président sud-coréen, Lee Myung-nak lors de l’affaire du Cheonen. Pour l’heure Séoul cherche à se substituer à Tokyo dans les bonnes grâces américaines dans l’hypothèse d’un effondrement à moyen terme de la Corée du Nord. Une Corée réunifiée aurait une puissance économique et une force militaire plus que considérable face à la Chine. Pour la Maison Blanche, Séoul et Tokyo sont deux capitales alliées qu’il est surtout important de ménager et dont il faut encourager l’union…Or, les Coréens n’oublient pas que le Japon a contraint à l'abdication leur empereur Sunjong en 1910 puis a imposé de changer le nom de leur pays: province Chosun !
A des milliers de kilomètres de là, mais toujours au bord de la mer, deux alliés américains, le turc et l’israélien vont faire chambre à part après une décennie d’entente et de collaboration. L’actuel gouvernement turc a des ambitions à la fois régionales (Caucase, Mésopotamie, Asie centrale) et internationales en tentant d’intégrer les pays dénommés par l’acronyme B.R.I.C. La Turquie, membre fondateur de l’OTAN, abrite les bases les plus importantes de cette organisation. Elle occupe une position clef pour les terminaux énergétiques et elle tient, en quelque sorte, l’Union européenne. L’hostilité grandissante du Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, envers la politique menée par Benyamin Netanyahou est avant tout une posture en direction du monde arabe et des musulmans. Erdogan montre, également, qu’Israël est une puissance bien moins redoutable qu’il n’y paraît dont la force repose principalement sur le lobbying et la communication. Le gouvernement turc, envoie, aussi, un signal important de non-dépendance aux Etats-Unis.
L’Etat d’Israël, l’Allié par excellence des Etats-Unis seulement depuis 1967, traverse une crise qui ne le conduit pas forcément vers « l’abîme » mais qui pourrait dans un premier temps engendrer de très sérieuses disputes intérieures. Si l’opinion publique soutient Tsahal dans son acte de piraterie du 31 mai, elle se souvient également de sa défaite de 2006 contre le Hezbollah. L’armée est la pierre angulaire de tout cet Etat bien plus que les religieux et les colons, facteurs de zizanies. Le gouvernement de Benyamin Netanyahou correspond-t-il aux véritables intérêts de l’Etat d’Israël pour les 10 années à venir ? Non, c’est une équipe ministérielle rétrograde, corrompue, d’un autre âge, qui se croit encore à l’époque de Ben Gourion.
Au terme d’une soixantaine d’années d’existence, Tel-Aviv ne doit-il pas s’interroger sur sa véritable appartenance : l’Asie ou « l’Occident » c’est-à-dire le chemin qui va jusqu’à New York en passant par le sol européen ? Là aussi, quoique nation alliée aux Etats-Unis, si Israël entend préparer son futur une évolution géopolitique est inévitable. La crise actuelle, la quasi-rupture avec la Turquie, devrait précipiter les choses.
Le Président Barack Obama est devant trois nations qui lui sont attachées par des traités (publics, secrets) consentis, imposés dans le cas du Japon. Si parmi les 3 la Turquie fait ce qu’elle dit, le Japon et Israël largueront également selon leur rythme et les circonstances leurs amarres pour se joindre à tel ou tel groupement de puissances.
Les traités entérinent une situation donnée, ils ne peuvent être regardés comme des tables de la loi, ils ne peuvent enferrer puisque les nations évoluent, changent au gré de leurs intérêts, de leurs aspirations liées à leurs forces intellectuelles, sociales, économiques, politiques.
Jusqu’à ce jour, les Etats-Unis déploient des efforts considérables pour n’avoir qu’un seul « ennemi » (p.e : Chine) mais l’avenir tel qu’il s’esquisse, montre l’émergence d’une multitude d’associations entre les nations des cinq continents. L’exemple le plus frappant étant le Brésil qui fera l’objet d’un prochain
Seriatim.



Jean Vinatier


Copyright©SERIATIM 2010

Internautes : Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Arabie Saoudite, Argentine, Arménie, Australie, Biélorussie, Bénin, Bolivie, Bosnie Herzégovine, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, Cameroun, Canada, Chili, Chine (+Hongkong & Macao), Chypre, Colombie, Congo-Kinshasa, Corée du Sud, Côte d’Ivoire, Djibouti, EAU, Egypte, Etats-Unis (30 Etats & Puerto Rico), Gabon, Gambie,Géorgie, Guatemala, Guinée, Guinée, Haïti, Honduras, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Islande, Israël, Jamaïque, Jordanie, Kenya, Liban, Libye, Liechtenstein, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Malawi, Mali, Maurice, Maroc, Mauritanie, Mexique, Moldavie, Monaco, Népal, Niger, Nigeria, Norvège, Nouvelle Zélande, Oman, Ouzbékistan, Palestine, Pakistan, Pérou, Qatar, République Centrafricaine, République Dominicaine, Russie, Rwanda, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovénie, Somalie, Suisse, Taiwan, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, Union européenne (27 dont France + DOM-TOM, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Saint-Pierre–Et-Miquelon), Ukraine, Uruguay, Venezuela, Vietnam, Yémen

Aucun commentaire: