Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

mardi 12 octobre 2010

Aymeric Chauprade : « L’Afghanistan, cœur géopolitique du nouveau grand jeu eurasiatique » N°764 4e année

Aymeric Chauprade livre une synthèse bien remarquable de tous les événements en cours et à venir en Afghanistan et d’une façon plus large en Asie.
Ci-dessous son article publié le 19 septembre dans Realpolitiktv :

« Le nouveau grand jeu en Afghanistan n'est plus bipolaire. Il n'est plus la vieille opposition du XIXe siècle dont on a tiré la formule de «Grand Jeu », entre l'Angleterre présente aux Indes et la poussée russe vers les mers chaudes ; il n'est pas plus réductible à l'opposition du XXe siècle entre les intérêts américains et russes.

Le nouveau grand jeu en Afghanistan est à l'image de la géopolitique mondiale : il est multipolaire. Trois grandes puissances mondiales s'entrechoquent en Afghanistan : Etats-Unis, Russie, Chine. Deux puissances régionales s'y livrent ensuite, par délégation, une guerre féroce : Pakistan et Inde. Dans ces rivalités de premier ordre, interfèrent des intérêts de second ordre, mais qui peuvent influer fortement sur le jeu afghan : les intérêts de l'Iran ainsi que ceux des républiques musulmanes indépendantes, ex-soviétiques (en particulier, pour des raisons à chaque fois spécifiques, l'Ouzbékistan, le Kirghizstan et le Turkménistan). Combiné à ces rivalités géopolitiques classiques de trois ordres (rivalités identitaires, stratégiques, énergétiques), le jeu du fondamentalisme sunnite est également à prendre en compte. L'islamisme est un acteur global, une créature ancienne, mais réveillée et excitée durant les années 1980 et 1990 par les apprentis-sorciers américains et pakistanais de la CIA et de l'ISI (Inter Services Intelligence), au point de finir par échapper à l'autorité de ses maîtres, sans pour autant avoir complètement rompu avec eux.

Pour quelles raisons le grand jeu en Afghanistan est-il triangulaire ? Tout d'abord parce que les Etats-Unis veulent refouler d'Asie centrale au moins autant la Chine que la Russie. Ensuite parce que la Russie veut non seulement limiter l'influence de Washington dans ses ex-républiques musulmanes soviétiques aujourd'hui indépendantes, mais également empêcher la Chine de combler le vide que les Américains laisseraient s'ils s'avisaient de quitter l'Afghanistan. Car pour la Russie, l'influence de Pékin en Asie centrale ce n'est pas la parenthèse artificielle d'une Amérique projetée trop loin de sa terre ; c'est la réalité implacable d'une histoire millénaire, celle des routes de la Soie. Enfin, le grand jeu en Afghanistan est triangulaire parce que la Chine ne sera la première puissance géopolitique mondiale que lorsqu'elle aura chassé la flotte américaine du Pacifique et que ses trains rapides atteindront les rivages de l'Atlantique, en France, après avoir parcouru des milliers de kilomètres à travers l'Asie centrale et les plaines d'Europe.

Les Etats-Unis tentent aujourd'hui d'éliminer une force, les Talibans, qu'ils ont contribué à amener au pouvoir à Kaboul en 1997, avant de les en déloger en 2001. Les Talibans sont l'aboutissement ultime d'une stratégie de radicalisation des mouvements islamistes entamée à la fin des années 1970 par l'ISI soutenu par la CIA, au profit d'un triple djihad : contre les chiites pakistanais menacés par l'influence de la Révolution islamique iranienne, contre les communistes pro-russes en Afghanistan, contre les Indiens dans le Cachemire. Après que des seigneurs de la guerre afghans soient devenus, comme résultat de cette stratégie, à la fois des seigneurs du djihad et de la drogue (lire l'encadré pour comprendre l'importance essentielle du « facteur drogue »), et que les Soviétiques aient reflué (1989), les Américains se sont aperçus que leur société pétrolière UNOCAL n'arriverait jamais à tendre un gazoduc, du Turkménistan au Pakistan, à travers un territoire afghan tribalisé, rançonné par des clans en lutte pour le contrôle du pouvoir politique et de l'héroïne. Leurs amis pakistanais de l'ISI, également agacés de ne pouvoir contrôler des chefs de guerre féodaux turbulents, ont alors suggéré les Talibans comme solution. Des fanatiques absolus, essentiellement issus de l'ethnie majoritaire d'Afghanistan, les Pachtouns (ethnie divisée par la ligne Durand de 1893 qui deviendra la frontière entre Afghanistan et Pakistan), décidés à imposer la chape de plomb d'un « islam pur des origines », au-dessus des clans, et qui présentaient l'avantage, aux yeux du gouvernement démocrate de William Clinton qui les soutint dès 1994, d'être une solution d'ordre et un interlocuteur unique avec lequel négocier le passage des hydrocarbures. Puis les Américains se sont fâchés avec les Talibans en 1998, un an après leur arrivée et c'est ainsi que s'est nouée l'alliance entre les Talibans et Oussama Ben Laden, semble-t-il également fâché depuis lors avec la CIA.

En 2001, en se projetant en Afghanistan, et pour cela également en Ouzbékistan et au Kirghizstan, quels avantages géopolitiques Washington pouvait-il attendre ? A ce moment le Groupe de Shanghai constitué par les Chinois et les Russes coopérait fortement dans la lutte contre le terrorisme islamiste mais également dans le domaine énergétique. L'irruption des Etats-Unis brisa cette dynamique eurasiatique et contribua à repousser la Chine pour quelques années. Aujourd'hui la Chine est revenue en force. Elle est, depuis 2009, à la fois le premier partenaire commercial de l'Asie centrale ex-soviétique et le premier fournisseur de l'Iran devant l'Allemagne qui l'avait été ces vingt dernières années. Or Moscou n'entend pas voir les Américains remplacés par les Chinois. Quelle est alors la stratégie des Russes ? Laisser les Américains contenir l'islamisme en Afghanistan mais devenir incontournables pour eux, stratégie identique à celle suivie sur le dossier nucléaire iranien. D'où le soutien officiel de la Russie aux opérations de l'OTAN en Afghanistan ; d'où également l'accord russo-américain de transit aérien de juillet 2009 qui à mi-avril 2010 avait permis d'acheminer 20 000 militaires occidentaux en Afghanistan (en théorie, l'accord autorise une moyenne de 12 vols américains par jour mais un an après la moyenne n'est que de 2).

Pour Moscou, obliger les Américains à passer par la Russie, revient à les chasser de sa périphérie musulmane. Le 7 octobre 2001 les Etats-Unis avaient signé un accord antiterroriste avec Tachkent (l'Ouzbékistan partage une longue frontière avec l'Afghanistan). Les bases aériennes et l'espace aérien du pays le plus peuplé de l'Asie centrale ex-soviétique leur étaient ouverts. Un an plus tard, le 5 décembre 2002, Washington prenait pied également au Kirghizstan grâce à la base de Manas. Mais en 2005, après la répression d'Andijan (une région turbulente à l'est du pays où les islamistes sont forts), et refusant l'ingérence démocratique américaine, les Ouzbeks décidaient de se tourner de nouveau vers la Russie (et la Chine) et contraignaient l'armée américaine à plier bagages. Aujourd'hui, la base de Manas au Kirghizstan et son corridor de 1500 km par voie terrestre jusqu'en Afghanistan constitue la seule base arrière solide pour les Américains. Environ 35 000 soldats transitent entre Manas et l'Afghanistan chaque mois. La base assure aussi le ravitaillement en vol des avions militaires et apporte beaucoup de sang (100 kg en moyenne chaque nuit par des vols entre Manas et Kandahar). Mais les Russes admettent difficilement cette implantation. Le 23 octobre 2003, le président Poutine inaugurait une base aérienne russe de soutien à Kant, à quelques kilomètres de la base américaine. Ces dernières années, les Kirghizes, conscient de l'immense valeur stratégique de cette base pour la réussite des opérations en Afghanistan, ont fait monter les enchères entre Moscou et Washington. En 2009, les Russes qui avaient sans doute reçu des assurances, ont versé 2 milliards USD sous forme de prêt sans intérêt au Kirghizstan ; non seulement le président Bakiev n'a pas fermé la base mais il a accepté la présence américaine pour une année supplémentaire en échange d'un triplement du loyer. Le Kirguiz a payé sa crapulerie par son renversement début avril 2010, sans doute avec l'appui discret des Russes. Quelques jours plus tard, les Américains étaient autorisés à rester un an de plus à Manas. Désormais cela dépend davantage de Moscou. C'est une donnée essentielle. Plus le temps passe, moins l'action américaine en Afghanistan ne peut se faire en contournant les Russes. C'est pour Moscou une assurance devant la montée des Chinois en Asie centrale ex-soviétique. On oublie que la Russie est le premier pays à avoir soutenu Washington, le lendemain du 11 septembre 2001, dans son action globale contre le terrorisme islamiste. Poutine ne cherchait pas seulement, comme on l'a dit, l'assurance de ne plus être gêné par les critiques occidentales sur la Tchétchénie. Il cherchait un partenariat équilibré avec Washington face à la montée de Pékin qui eut été possible si Washington n'avait pas étendu l'OTAN jusqu'aux portes de la Russie en 2002, installé dans la périphérie de Moscou des gouvernements proaméricains (Révolutions colorées de Géorgie en 2003, d'Ukraine en 2004) et convaincu d'anciens pays soviétisés (République tchèque et Pologne) d'accepter un bouclier anti-missiles sur leur sol. Aujourd'hui la donne est redevenue favorable aux Russes : si les Américains ont reculé sur le bouclier antimissile, c'est qu'ils ont besoin des Russes sur l'Afghanistan et l'Iran, et qu'ils ont aussi perdu l'Ukraine.

Ce que craignent Washington comme Moscou en Asie centrale, dans une perspective de plus longue durée, va au-delà du retour d'un islamisme fort : c'est la domination de la Chine. Investissant dans les hydrocarbures et l'uranium du Kazakhstan, dans le gaz du Turkménistan, construisant des routes pour exporter ses productions vers le Tadjikistan et le Kirghizstan, la Chine est devenue le premier partenaire commercial de l'Asie centrale ex-soviétique en 2009.

Washington est au moins autant en Afghanistan dans le cadre de sa vaste stratégie globale de contrôle de la dépendance énergétique chinoise et d'encerclement de l'Empire du Milieu (voir notre article dans le n°2 de la NRH, sept. Oct. 2002 « Comment l'Amérique veut vaincre la Chine » que les années passées ont confirmé) que dans sa lutte contre un islamisme devenu incontrôlable. La Chine a son Turkestan, le Xinjiang, avec sa minorité turcophone ouïghour que les Etats-Unis tentent d'agiter. Elle ne peut relier sans risque son Turkestan à l'ex-Turkestan russe qu'à la condition de jouir d'une influence politique et économique forte dans le second. Ainsi ni l'Afghanistan ni l'Asie centrale ex-soviétique ne risqueraient d'être des bases arrière du séparatisme ouighour. Ainsi son grand projet de « China's Pan-Asian railway », ces routes de la Soie du XXIe siècle, qui mettraient Londres à deux jours de train de Pékin deviendrait possible avant 2025[1].

En 2006, dans un pays sous tutelle américaine, la Chine n'a pas hésité à investir 3 milliards USD dans la mine de cuivre d'Aynak, une des plus grandes du monde. En 2010, les présidents chinois Hu Jintao et afghan Hamid Karzai ont signé d'importants accords économiques et commerciaux et l'Afghan a commencé à menacer les Américains de se tourner vers Pékin alors que ceux-ci critiquaient la manière dont l'élection présidentielle s'était déroulée. L'intérêt de la Chine pour l'Afghanistan ne peut qu'aller croissant depuis qu'Hamid Karzai a annoncé (le 30 janvier 2010) ce que les Américains savaient depuis longtemps : « les gisements d'hydrocarbures d'Afghanistan valent sans doute plus d'un millier de milliards de dollars », en plus des gisements de cuivre, de fer, d'or, de pierres précieuses, qui restent non exploités. Ainsi l'Afghanistan n'est plus seulement une route stratégique pour le désenclavement des richesses ; il est aussi un territoire riche en ressources stratégiques.

La Chine n'est pas la seule future superpuissance à regarder vers l'Afghanistan. Depuis la chute des Talibans en 2001, l'Inde a engagé 1,3 milliards USD dans la reconstruction de l'Afghanistan, soit 10 fois plus que la Chine ; cela fait de New Delhi le premier donateur de la région (signe politique fort : le nouveau Parlement afghan a été financé par l'Inde). Si les Etats-Unis se retiraient d'Afghanistan, l'Inde pourrait devenir l'allié du régime afghan face aux Talibans. C'est le cauchemar du Pakistan qui, sous pression américaine, doit réduire ses créatures fondamentalistes. L'ISI a façonné des groupes fanatiques pour massacrer l'Indien dans le Cachemire et il est probable que les attentats graves qui ont frappé les intérêts indiens à Kaboul (en 2007 et 2009 contre l'ambassade) soient encouragés par le service pakistanais, lequel s'emploie à pousser l'Inde hors de l'Afghanistan. Sans l'Afghanistan, le Pakistan a encore moins de profondeur stratégique, ce qui est déjà sa faiblesse face à l'Inde (le déficit en puissance conventionnelle du Pakistan expliquant sa doctrine nucléaire de première attaque). Islamabad a donc comme priorité stratégique absolue que d'empêcher la formation d'une alliance stratégique Kaboul-New-Delhi.

L'Inde et le Pakistan, qui se sont fait trois guerres depuis l'indépendance de 1947, mènent une nouvelle guerre par procuration en Afghanistan. La stratégie d'inflammation du rapport entre les deux voisins menée par les groupes pakistanais les plus radicaux (attentats de Bombay en 2008 et de nombreux autres depuis) a fonctionné. L'ISI ne peut plus contrôler les monstres qu'il a créés. Et d'ailleurs comment pourrait-il expliquer à ses monstres de continuer à massacrer les Indiens dans le Cachemire et en Afghanistan et à se calmer en même temps contre les « mécréants occidentaux» ? Les systèmes politiques reviennent toujours à leurs gènes. Or l'islam radical est au cœur du génome pakistanais.

Cet islam du Pachtounistan (terre des Pachtouns à cheval sur l'Afghanistan et le Pakistan, notamment les fameuses zones tribales) menace l'équilibre régional et peut-être même au-delà. Il est certain que si les Etats-Unis se désengageaient maintenant, un autre acteur majeur serait contraint de s'engager dans le but de prévenir le double risque de basculement de l'Afghanistan et du Pakistan (pays doté de l'arme nucléaire) dans les mains d'un régime sunnite fanatique. On voit mal les Russes revenir, ne reste que l'Inde. Mais que ferait alors le Pakistan si les troupes indiennes débarquaient en force sur le territoire afghan ?

L'Inde a besoin d'une Asie centrale stable pour satisfaire ses besoins énergétiques. Deux routes d'alimentation essentielles s'offrent à elle : le gazoduc IPI (Iran Pakistan Inde) qui lui amènera du gaz iranien provenant du gisement géant de South Pars dans le Golfe Persique (le Pakistan, après des années d'hésitation a fini par signer en mars 2010 le projet de pipe) ; et le fameux gazoduc TAPI (Turkménistan, Afghanistan, Pakistan, Inde) voulu par UNOCAL, un tuyau lui-même raccordé vers l'Ouest aux autres « routes américaines » (celles qui concurrencent le réseau russe), le corridor transcaspien et le BTC (Bakou Tbilissi Ceyhan).

Les Etats-Unis qui soutiennent depuis longtemps ce projet de pipe vers l'Inde et l'Asie du Sud-est, depuis le Turkménistan et à travers l'Afghanistan et le Pakistan, veulent absolument doubler l'Iran et empêcher le régime chiite de devenir incontournable pour l'Asie (Chine, Japon, Inde) ; ils n'ont pas pu empêcher le Pakistan de signer l'IPI avec l'Iran car ils ont besoin de la coopération d'Islamabad dans la lutte contre les Talibans. Ils sont par ailleurs empêchés de réaliser le TAPI à cause de la situation sécuritaire en Afghanistan.

L'Iran (en plus de la Chine) est bien l'une des cibles que les Américains veulent atteindre depuis l'Afghanistan. Les accusations américaines concernant une hypothétique collaboration entre Téhéran et les Talibans se sont multipliées en 2009 et 2010. Ainsi l'amiral américain Mullen a parlé (fin mars 2010) de fournitures d'armes et d'entraînement militaire par les Pasdarans. On sait que les Américains remuent aussi le séparatisme baloutche (le peuple baloutche est à cheval sur l'Est de l'Iran, le Sud de l'Afghanistan et l'Ouest du Pakistan) contre Téhéran. L'intérêt réel des Iraniens est-il de voir les Talibans triompher en Afghanistan ? Certainement pas. Mieux vaut un Afghanistan infecté dans lequel les Américains s'engluent sans jamais l'emporter (d'où la possibilité d'éventuels coups de pouce dosés aux Talibans) plutôt que l'installation d'un régime sunnite radical violemment anti-chiite à Kaboul. Les intérêts iraniens et pakistanais se rejoignent d'une certaine manière dans l'idée suivante « une bonne dose de Talibans mais pas trop, de sorte que les Américains restent là où ils sont aujourd'hui ». Cependant rien ne prouve que l'Iran aide les Talibans. Pour accuser Téhéran, les Américains s'appuient sur des déclarations de Talibans qui se sont vantés de cette aide. Mais nonobstant même le problème de l'incompatibilité idéologique entre Iraniens et Talibans, on peut imaginer que ces Talibans qui ont intérêt à ce que les Américains ouvrent un second front en Iran, s'amusent à mettre de l'huile sur le feu...

On le voit, nombreuses sont les puissances qui ont intérêt à ce que les Américains restent en Afghanistan sans jamais l'emporter vraiment : Russes, Chinois, Iraniens, Pakistanais, Indiens même. Dans ces conditions, il n'est plus certain que les Américains et les Européens qui les suivent mènent une guerre pour leurs intérêts propres. En réalité, aucune victoire durable n'est possible en Afghanistan sans une transformation profonde du Pakistan lui-même. Or en se démocratisant, le Pakistan a ouvert d'immenses perspectives aux fondamentalistes (contrairement aux régimes anti-islamistes forts d'Asie centrale ex-soviétique). En toute logique, une arme nucléaire qui existe déjà et qui est susceptible de tomber dans les mains de Talibans devrait inquiéter davantage Washington qu'une arme qui n'existe pas dans les mains d'Iraniens bien plus pragmatiques que les islamistes pachtouns et finalement potentiellement capables d'équilibrer... le danger nucléaire pakistanais.

Aymeric CHAUPRADE

Professeur de géopolitique et Directeur de la Revue Française de géopolitique et du site www.realpolitik.tv est l'auteur de l'ouvrage de référence « Géopolitique, constantes et changements dans l'histoire » éd. Ellipses.

[1] Ce projet de train à grande vitesse traversant l'Eurasie à travers Asie centrale doit relier 17 pays reliés suivant 3 routes différentes et au total 81 000 km 1/ la route du Sud allant de Kunming sur les contreforts du Tibet en Chine jusqu'à Singapour à travers l'Asie du Sud Est 2/ la route de l'Europe depuis Urumqi (capitale du Xinjiang) jusqu'à l'Allemagne, à travers l'Asie centrale 3/ la route de l'Europe du Sud enfin, depuis Heilongjiang au nord est de la Chine jusqu'à l'Europe du Sud Est à travers la Russie. »

Jean Vinatier
SERIATIM 2010

Source :

Internautes : Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Arabie Saoudite, Argentine, Arménie, Australie, Bahamas, Biélorussie, Bénin, Bolivie, Bosnie Herzégovine, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, Cameroun, Canada, Chili, Chine (+Hongkong & Macao), Chypre, Colombie, Congo-Kinshasa, Corée du Sud, Costa-Rica, Côte d’Ivoire, Djibouti, EAU, Egypte, Etats-Unis (30 Etats & Puerto Rico), Gabon, Gambie,Géorgie, Guatemala, Guinée, Guinée, Haïti, Honduras, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Islande, Israël, Jamaïque, Jordanie, Kenya, Liban, Libye, Liechtenstein, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Malawi, Mali, Maurice, Maroc, Mauritanie, Mexique, Moldavie, Monaco, Népal, Niger, Nigeria, Norvège, Nouvelle Zélande, Oman, Ouzbékistan, Palestine, Pakistan, Pérou, Qatar, République Centrafricaine, République Dominicaine, Russie, Rwanda, San Salvador, Saint-Marin, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovénie, Somalie, Suisse, Taiwan, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, Union européenne (27 dont France + DOM-TOM, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Saint-Pierre–Et-Miquelon), Ukraine, Uruguay, Venezuela, Vietnam, Yémen

Aucun commentaire: