Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

jeudi 7 octobre 2010

Chine/Etats-Unis :vers une guerre des monnaies souveraines ? N°761 4e année

Guerre des monnaies ! Dominique Strauss-Kahn dit la craindre tandis que le secrétaire d’Etat au Trésor américain, Timothy Geithner, martèle, en pleine campagne électorale, que le yuan doit réévaluer et très vite. Le Premier ministre chinois, en déplacement en Europe à l’occasion de la réunion du G7, a renvoyé dans les cordes José Manuel Barroso qui reprenait mot pour mot les termes venus des rives du Potomac.
La Chine est-elle en guerre contre le dollar ? On ne peut répondre par « oui » ou « non ». Sa logique n’est pas d’entrer en confrontation avec une autre puissance mais de continuer son développement tant à l’extérieur qu’à l’intérieur de son territoire mais aussi de renforcer continuellement sa prépondérance en Asie. Rappelons que la langue commerciale qui prédominera en Asie sera le mandarin bien devant l’anglais.
Les Etats-Unis, après avoir loué chaque matin pendant des années l’eldorado chinois et engagé à toutes les délocalisations possibles au risque de mettre au chômage un grand nombre de leurs concitoyens, entonne, maintenant, un autre refrain. En bref, le gouvernement américain qu’il soit démocrate ou républicain, veut maintenir coûte que coûte son hégémonie.
Si, aujourd’hui, on écrit beaucoup sur le déclin de cette grande puissance, force est de constater qu’elle n’a pas été contrainte de renoncer à aucune de ses 1000 bases militaires sur les cinq continents lesquelles coûtent une véritable fortune. Pas davantage, nous ne voyons sa politique étrangère faire preuve de retenue : de la guerre en Mésopotamie à celle d’Afghanistan et, peut-être, demain au Pakistan, Washington passe d’un affrontement à un autre sans se soucier du poids financier. La Maison Blanche veut reprendre la main en Amérique, Centrale (Honduras) et du Sud (Equateur), de même qu’elle place ses pions au Kirghizistan.
S’il y a quelque chose qu’on ne puisse pas reprocher aux Américains, à la différence de l’Union européenne, c’est bien d’être certains d’eux-mêmes. En apparence tout continue : l’Arabie saoudite sauve le Pentagone grâce à un contrat d’armement record (60 milliards de dollars), la Chine sauve le Trésor américain T-bonds) et ce dernier sauve la Fed qui, à son tour, sauve Wall Street. Nous sommes devant un serpent US qui tout en se mordant la queue n’en poursuit pas moins sa route !
Les Etats-Unis entendent bien que la « démocratie » (la leur) règne partout ouvrant à leurs financiers et parfois leurs alliés des marchés sans cesse croissants. Mais voilà, cette feuille de route se heurte de plein fouet à la Chine. Cette Chine serait décidément bien ingrate puisqu’elle a pu réussir son décollage économique grâce au dollar. Les dirigeants chinois et l’ensemble du pays sont animés par un ardent patriotisme reléguant, pour l’heure, au second plan, tout idéal démocratique. Les autorités pékinoises comprennent parfaitement la nécessité de garder la pleine maîtrise de leur monnaie à l’opposé du Japon incapable de reconquérir son « yen ».
Fidèles à leur tactique les Américains veulent un combat frontal, binaire : le bon contre le méchant. Si l’Union soviétique s’est prêtée à cette posture, la Chine, soyons-en assurés, fera tout pour l’éviter.
Le grand danger et Seriatim l’écrivait l’année dernière, est précisément de laisser se mettre en place un conflit monétaire dollar contre le yuan : tout le monde serait perdant y compris Pékin et Washington. L’Union européenne, loin de considérer l’euro comme une monnaie politique, brille par sa pusillanimité et n’envisage même pas, par exemple, de proposer à l’ensemble des nouvelles puissances émergentes une quelconque stratégie afin d’établir un contre-poids. Hélas, sortir de sa torpeur et reconnaître, qu’après tout que l’Union européenne puisse se saisir d’une occasion historique fait claquer des dents à toute « l’élite » de ce continent. Ne pas déplaire à l’empereur du Potomac ou la FED est la seule chose qui s’impose. Au-delà des cercles bruxellois, de nombreux européens croient sincèrement qu’ils ne peuvent avoir de place qu’au sein de l’univers mental et consumériste américain et s’ils râlent c’est pour obtenir, une meilleure écoute.
La France qui présidera la G20 de novembre 2010 à novembre 2011 saura-t-elle oser ? Malheureusement le Président Sarkozy est durablement déconsidéré à l’extérieur, à la tête d’un pays tout proche de la crise nerveuse. Communiquer restera, alors, un pis aller.

Jean Vinatier
Copyright©SERIATIM 2010

In Seriatim :
Juillet 2009

Octobre 2009 :

Internautes : Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Arabie Saoudite, Argentine, Arménie, Australie, Bahamas, Biélorussie, Bénin, Bolivie, Bosnie Herzégovine, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, Cameroun, Canada, Chili, Chine (+Hongkong & Macao), Chypre, Colombie, Congo-Kinshasa, Corée du Sud, Costa-Rica, Côte d’Ivoire, Djibouti, EAU, Egypte, Etats-Unis (30 Etats & Puerto Rico), Gabon, Gambie,Géorgie, Guatemala, Guinée, Guinée, Haïti, Honduras, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Islande, Israël, Jamaïque, Jordanie, Kenya, Liban, Libye, Liechtenstein, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Malawi, Mali, Maurice, Maroc, Mauritanie, Mexique, Moldavie, Monaco, Népal, Niger, Nigeria, Norvège, Nouvelle Zélande, Oman, Ouzbékistan, Palestine, Pakistan, Pérou, Qatar, République Centrafricaine, République Dominicaine, Russie, Rwanda, San Salvador, Saint-Marin, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovénie, Somalie, Suisse, Taiwan, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, Union européenne (27 dont France + DOM-TOM, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Saint-Pierre–Et-Miquelon), Ukraine, Uruguay, Venezuela, Vietnam, Yémen

Aucun commentaire: