Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

samedi 30 juillet 2011

Fin d’une Rome? N°1001- 4e année

L’intensité des débats intérieurs aux États-Unis ne faiblit absolument pas alors que le pays se souvient du 150e anniversaire de la guerre de Sécession. Le pays éclatera-t-il? Si les Américains ont peu de goût pour les contestations sociales, ils font preuve d’un grand enthousiasme pour s’entre-disputer. A peine la guerre de Sécession était-elle achevée qu’une seconde faillit éclater quelques années plus tard à cause des Mormons. Aujourd’hui, même si les médias restent discrets, les états de l’Union sont dans une situation financière pire que celle de la Grèce. Les tensions montent, les milices se substituent souvent aux policiers licenciés par les municipalités aux caisses vides, les enseignants retraités remplacent les professeurs mis au chômage…etc. On imagine également la dégradation à la frontière avec le Mexique (2500 kilomètres) où les migrants et les cartels d’un côté et les sans-emplois de l’autre formeront un cocktail explosif. Pour autant, verrons-nous les États de l’Union se scinder? Sans doute pas tant la lame de fond de l’Amérique profonde risque bel et bien d’emporter l’État fédéral en le réduisant au maximum. C’est plus une révolution politique intérieure qui est en gestation qu’une autre Sécession.
A Washington, la question du relèvement ou non du plafond de la dette, non seulement divise les Républicains et les Démocrates qui se livrent une bataille furieuse à la Chambre des Représentants avec dans les coulisses le Tea Party (ou plus exactement les Teas Parties) attisant le mécontentement de l’arrière-pays. Nous voyons aussi grandir une seconde querelle au sein du Congrès, entre la Chambre des Représentants et le Sénat, ce dernier furieux de se voir considéré comme une entité négligeable alors qu’il se targue d’être la voix de la sagesse et de la raison. On me dira que le Sénat étant démocrate et la Chambre républicaine, il est assez logique de voir une chambre favorable au Président se lancer dans la bataille, mais loin de jouer en faveur du locataire de la Maison Blanche, il est à parier que les Américains ne regardent médusés leurs élus se crêper le chignon, se disputer sur le sexe des anges. Les acteurs économiques ont lancé un appel et Wall Street montre un peu d’inquiétude mais compte sur la FED pour arranger le problème pour le cas où : un massif QE III?
Les médias internationaux sont souvent bien en peine de nous dire exactement ce qui se déroule puisqu’ils nous disent que l’Amérique de la Ve Avenue, d’Hollywood, d’Apple, de quelques universités prestigieuses est la vraie et la seule Amérique qui vaille.
A l’extérieur, peu de voix politiques s’élèvent pour rappeler les États-Unis à un peu plus de raison. Les Européens sont dans un silence total. La Chine grogne tout en n’ignorant pas qu’un abaissement de la note des USA augmentera les intérêts dus par cette puissance, l’enrichissant alors.
Ces événements politiques devraient démontrer que la revendication planétaire d’une seule puissance est non seulement une folie mais un danger global. Ne serait-il pas temps d’imposer, enfin, une monnaie de référence mondiale hors de tout lien avec un État? Le Président Barack Obama ayant tellement gaspillé sa présidence en refusant de donner les trois coups soutenu alors par une solide majorité donc, à ce moment, le pays tout entier, voit sa stature entamée. De compromis en compromis devant les éléments les plus conservateurs et les lobbies financiers, il descend les marches au fur et à mesure qu’il prétend le contraire. Néanmoins, la machine impériale américaine suit sa route, avec ou sans argent, sans trop se préoccuper de finesse. Ainsi, la nomination de Gary Locke, petit-fils de chinois et marié à une chinoise elle-même issue d’une famille exilée, en Chine  si elle ne rencontre pas trop d’hostilité de la part du parti communiste chinois pourrait, cependant, devenir un obstacle aux harmonieuses relations. Si Washington estime subtil de proposer un « Chinois » pour représenter les États-Unis en Chine, Pékin pourrait, au vu du climat nationaliste grandissant, estimer cet ambassadeur plus comme un espion ou pis encore comme un défi à son ordre politique actuel.
Nous sommes entrés dans l’ère du désordre. Rome n’est plus dans Rome. Il n’y a plus de Rome. Certains craignent les « Moyen-âge » tandis que d’autres entrevoient au loin de nouvelles renaissances….
Jean Vinatier
Copyright©SERIATIM 2011
Internautes : Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Angola, Arabie Saoudite, Argentine, Arménie, Australie, Bahamas, Bangladesh, Biélorussie, Bénin, Bolivie, Bosnie Herzégovine, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, Cameroun, Canada, Chili, Chine (+Hongkong & Macao), Chypre, Colombie, Congo-Kinshasa, Corée du Sud, Costa-Rica, Côte d’Ivoire, Djibouti, EAU, Egypte, Etats-Unis (30 Etats & Puerto Rico), Ghana, Gabon, Gambie, Géorgie, Guatemala, Guinée, Guinée, Haïti, Honduras, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Islande, Israël, Jamaïque, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Laos, Liban, Libye, Liechtenstein, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Malawi, Mali, Maurice, Maroc, Mauritanie, Mexique, Moldavie, Monaco, Népal, Niger, Nigeria, Norvège, Nouvelle Zélande, Oman, Ouzbékistan, Palestine, Pakistan, Pérou, Philippines, Qatar, République Centrafricaine, République Dominicaine, Russie, Rwanda, San Salvador, Saint-Marin, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovénie, Somalie, Suisse, Taiwan, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, Union européenne (27 dont France + DOM-TOM, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Saint-Pierre–Et-Miquelon), Ukraine, Uruguay, Vatican, Venezuela, Vietnam, Yémen

Aucun commentaire: