Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

vendredi 8 juillet 2011

Otto de Habsbourg (1912-2011) l’Histoire s’éteint N°983 4e année

Le 4 juillet Otto de Habsbourg-Lorraine, fils du dernier Empereur d’Autriche et Roi de Hongrie, s’est éteint en Bavière. Discrétion des médias pour ne pas dire indifférence pour un homme au lignage le plus illustre au monde. Est-ce surprenant puisqu’il faut que tout ce qui représente l’Histoire ne trouve plus de place que dans des musées ou des maisons muséales?
Imaginons Charles de Gaulle et l’archiduc Otto se faisant face, deux européens d’une haute tenue qui s‘ils avaient pu œuvrer en commun eussent forgé une Europe bien différente de celle qui existe administrativement. L’archiduc Otto qui fut député à Strasbourg durant vingt ans (1979-1999) se battit pour une Europe de l’Histoire et considérait  la langue française plus légitime pour être le lien linguistique idéal au lieu de cet anglo-américain, cheval de Troie du libéralisme financier qui abêtit et asservit les peuples.
L’archiduc était un homme d’une parfaite discrétion, polyglotte, érudit, dominant bien souvent ses interlocuteurs impressionné par le nom de son auguste famille; nous savons, qu’après lui, il n’y aura plus de témoins historiques et que nous nous couperons dramatiquement de notre passé.
Si les Habsbourg ont été longtemps, depuis la Renaissance jusqu’au traité de Versailles, la dynastie négative, malfaisante au même titre que les souverains anglais, force est de rappeler qu’à deux moment en 1714 (mission du comte du Luc) et 1756 (renversement d’alliance Choiseul/Kaunitz) Louis XIV et Louis XV comprirent l’intérêt capital face à la montée en puissance des états marchands protestants d’unir les maisons de Bourbon et de Habsbourg et de rapprocher leurs gouvernements tout en ayant contre cette haute idée tous les salons ou intellectuels d’alors. Plus près de nous, Georges Clémenceau qui avait été l’ami de l’archiduc Rodolphe et dont a dit, à tort, qu’il avait été le principal avocat du démantèlement de l’Autriche-Hongrie en 1918/1919 alors qu’il avait cherché à assurer son maintien tout comme il avait saisi l’importance de rétablir les souverainetés des États du IIe Reich. Le Président Wilson et le gouvernement britannique le contrecarrèrent totalement,
La disparition de Son Altesse impériale et royale François Joseph Otto  d'Autriche, duc de Lorraine  est une perte véritable.
 Jean Vinatier
Copyright©SERIATIM 2011
nternautes : Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Angola, Arabie Saoudite, Argentine, Arménie, Australie, Bahamas, Biélorussie, Bénin, Bolivie, Bosnie Herzégovine, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, Cameroun, Canada, Chili, Chine (+Hongkong & Macao), Chypre, Colombie, Congo-Kinshasa, Corée du Sud, Costa-Rica, Côte d’Ivoire, Djibouti, EAU, Egypte, Etats-Unis (30 Etats & Puerto Rico), Gabon, Gambie, Géorgie, Guatemala, Guinée, Guinée, Haïti, Honduras, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Islande, Israël, Jamaïque, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Laos, Liban, Libye, Liechtenstein, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Malawi, Mali, Maurice, Maroc, Mauritanie, Mexique, Moldavie, Monaco, Népal, Niger, Nigeria, Norvège, Nouvelle Zélande, Oman, Ouzbékistan, Palestine, Pakistan, Pérou, Qatar, République Centrafricaine, République Dominicaine, Russie, Rwanda, San Salvador, Saint-Marin, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovénie, Somalie, Suisse, Taiwan, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, Union européenne (27 dont France + DOM-TOM, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Saint-Pierre–Et-Miquelon), Ukraine, Uruguay, Vatican, Venezuela, Vietnam, Yémen

Aucun commentaire: