Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

dimanche 6 novembre 2016

France politique extérieure :« Une leçon méritée par Eric Dénécé » N°4247 10e année



« Achat d'hélicoptères américains par la Pologne, rejet de la résolution française sur la Syrie à l'ONU, annulation de la visite de Vladimir Poutine à Paris : courant octobre, en quelques jours, notre diplomatie a connu trois revers majeurs, dont elle s'offusque, alors même qu'elle en porte l'entière responsabilité en raison de la politique erratique conduite par nos dirigeants. 
Des revers en cascade
La « trahison » polonaise n'a surpris que ceux qui ne s'intéressent pas à ce pays, car il est clair que la défense de ses intérêts nationaux - et sa défiance légitime à l'égard de son voisin russe - a toujours conduit Varsovie, depuis 1991, à privilégier l'alliance avec Washington plutôt que la solidarité européenne. On ne peut guère reprocher aux Polonais de nous l'avoir caché, car ils ont montré à plusieurs reprises, sans ambigüité aucune - notamment sur le dossier ukrainien - de quel côté leur cœur penchait. Mais nos politiques se bercent d'illusions. Non seulement ils n'ont pas voulu tenir compte de cette évidence, mais pire, ils se sont persuadés que notre refus de livrer deux navires amphibies Mistral à la marine Russe - sous la pression américaine - conduirait notre partenaire européen à choisir notre offre. Bien sûr, il n'en a rien été et l'annulation de la visite présidentielle à Varsovie comme les critiques du ministre des Affaires étrangères illustrent à quel point nos dirigeants ont pris leurs désirs pour la réalité... laquelle semble totalement leur échapper.

L'émotion de nos gouvernants au sujet de la bataille d'Alep en est un autre exemple. Leur « révolte » face aux « exactions » des forces russes et syriennes se fonde sur une vision totalement partiale de la situation, diffusée par les médias occidentaux.
A Alep, tout ceux qui connaissent la situation de terrain savent que les djihadistes d'Al-Nosrah pilonnent quotidiennement depuis plusieurs années les quartiers dont la population est restée fidèle au gouvernement de Damas[1] - ciblant prioritairement les quartiers chrétiens -, faisant de nombreuses victimes innocentes ; mais sans doute ces vies ont-elles moins de valeur que celles de ceux qui soutiennent les djihadistes. En effet, les témoins locaux confirment que tous les quartiers bombardés par les aviations russe et syrienne sont ceux dans lesquels la population a pris ouvertement parti pour les islamistes et où flotte ostensiblement le drapeau de Daech... ce que le médias ne nous montrent jamais[2].
Cette présentation totalement déformée de la réalité est insupportable. Pourtant elle est à l'origine des envolées lyriques et outragées de François Hollande et de Jean-Marc Ayrault, qui se sont même montrés menaçants à l'égard de Moscou. Voir nos autorités réagir à partir d'éléments aussi faux conduit à s'interroger sur leur connaissance réelle du dossier ou leur indépendance d'esprit vis-à-vis de Washington. De plus, ces positions de Matamore ne sont d'aucun effet. Les dirigeants français ont peut être l'illusion d'être des acteurs entendus et écoutés ; mais il n'en est rien. Ils sont aussi insignifiants qu'inaudibles. Notre proposition de résolution à l'ONU a été rejetée et nous ne sommes même plus invités aux négociations internationales sur la Syrie à Genève.

En toute logique, devant l'hostilité manifestée à son égard par nos gouvernants, les menaces de poursuivre Moscou devant la Cour pénale internationale (CPI), la surenchère de nos médias qui font du Poutine Bashing leur sport favori et la présentation totalement partiale du conflit syrien, le président russe a décidé d'annuler sa visite dans notre pays, jugeant le contexte peu favorable à des discussions sereines. Cette décision semble avoir pris au dépourvu notre président qui pensait pouvoir tancer son homologue russe sans que celui-ci ne réagisse, puis sans doute l'accueillir pour lui faire la leçon.»
La suite ci-dessous :




Jean Vinatier
Seriatim 2016

Aucun commentaire: