Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

lundi 7 avril 2014

« La crise ukrainienne vue d'Iran » par Didier Chaudet N°1719 7e année

Autour des regards croisés, un bien intéressant article  issu des  Chroniques d’Asie du Sud-Ouest de l'auteur….

 « Ces dernières semaines, l'Ukraine est devenue le centre du monde pour les Etats européens. Qu'en est-il pour un Etat important mais éloigné géographiquement du front russo-occidental, à savoir l'Iran ?
Première chose à remarquer: au niveau de l'opinion publique, il y a un vrai débat, qui a lieu en toute liberté. L'affrontement intellectuel peut être très direct: on pense par exemple à la lettre ouverte d'un professeur de l'Université de Téhéran au peuple d'Ukraine, lui demandant pardon pour le discours d'analystes classés à droite. En effet, ces derniers ne voient dans la question de la Crimée qu'intrusion occidentale et réaction défensive russe. Il rappelle donc dans sa lettre que la politique russe est, de son point de vue, une violation du territoire ukrainien, attitude qu'il dénonce. Pour d'autres, l'analyse doit être faite sous l'angle géopolitique: il s'agirait donc d'une compétition classique entre la Russie (pas toujours amie de l'Iran, mais souvent un partenaire de ce pays) et ceux-là mêmes qui ciblent Téhéran. Deux types d'analyses donc, liées à des affinités différentes, et qui font sens chacune à leur manière. Au niveau de la liberté de parole, cela montre une situation bien différente, et plus complexe que celle peinte par celles et ceux qui caricaturent la situation politique iranienne. Le débat y reste possible sur un certain nombre de sujets, bien plus que dans d'autres pays de la région, qui sont pourtant des alliés de la France et des Etats-Unis. C'est une leçon digne d'intérêt pour les pays occidentaux: quand les Iraniens ne se sentent pas agressés, le débat domine, le pays n'a pas une vision idéologique des relations internationales. Les Iraniens sont patriotes: quand leur pays est menacé, c'est l'union sacrée. Mais sur tout autre sujet diplomatique, la discussion et le pragmatisme l'emportent.
Du point de vue de la diplomatie officielle iranienne, certes, la question peut être vue comme secondaire: les sujets prioritaires pour l'Iran restent au Proche Orient et en Asie du Sud-Ouest. Malgré tout, ce n'est pas une affaire sans importante: la Russie comme l'alliance euro-américaine sont fortement impliquées sur les dossiers nucléaire et syrien, primordiaux pour Téhéran. C'est donc moins, en fait, l'Ukraine qui intéresse les Iraniens, que le jeu géopolitique qui a lieu actuellement entre Est et Ouest.
[….]
La suite ci-dessous :
http://www.huffingtonpost.fr/didier-chaudet/la-crise-ukrainienne-vue-_b_5098767.html?utm_hp_ref=france

 
Jean Vinatier
SERIATIM 2014

Internautes : Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Angola, Arabie Saoudite, Argentine, Arménie, Australie, Bahamas, Bangladesh, Biélorussie, Bénin, Bolivie, Bosnie Herzégovine, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, Cameroun, Canada, Chili, Chine (+Hongkong & Macao), Chypre, Colombie, Congo-Kinshasa, Corée du Sud, Costa-Rica, Côte d’Ivoire, Djibouti, EAU, Egypte, Etats-Unis (30 Etats & Puerto-Rico), Equateur, Ethiopie, Ghana, Gabon, Gambie, Géorgie, Guatemala, Guinée, Guinée, Haïti, Honduras, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Islande, Israël, Jamaïque, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Laos, Liban, Libye, Liechtenstein, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Malawi, Mali, Maurice, Maroc, Mauritanie, Mexique, Moldavie, Monaco, Népal, Niger, Nigeria, Norvège, Nouvelle Zélande, Oman, Ouzbékistan, Palestine, Pakistan, Panama, Pérou, Philippines, Qatar, République Centrafricaine, République Dominicaine, Russie, Rwanda, San Salvador, Saint-Marin, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovénie, Somalie, Suisse, Syrie, Taiwan, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, Union européenne (27 dont France + DOM-TOM, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Saint-Pierre–Et-Miquelon), Ukraine, Uruguay, Vatican, Venezuela, Vietnam, Yémen

Aucun commentaire: