Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

lundi 1 septembre 2014

Ukraine : la culpabilité européenne N°1945 8e année

Les combats font rage en Ukraine dans sa partie russophone entre les Ukrainiens de langue russe et le pouvoir dit de Maidan dont les troupes marquent le pas. Le Président Porochenko dit qu’il fait face à une invasion Russe (2000 hommes, c’est peu!) quand le Président Poutine évoque, désormais la possibilité d’un Etat dans le sud-est de cette République. L’Union européenne, si elle décide une fois encore de prendre des sanctions, elle le décide dans le désordre. Un blocus ne réussit jamais à son auteur (Napoléon le vécut bien) et moins encore quand il présente de nombreuses failles, ce qui apparait dans le décor européen. 
D’excellents auteurs de Jacques Sapir à Emmanuel Todd en passant par Mme Carrère d’Encausse soulignent la haute importance à redonner le pas à la diplomatie c’est-à-dire à la politique. Si cet appel est juste, il pêche cependant par le fait que l’Union européenne même dotée d’un ministère des Affaires Etrangères, n’a et ne veut toujours pas se voir en puissance politique. Bruxelles oublie que les républiques italiennes (Gênes, Venise, Sienne, Florence, Pise) toutes marchandes qu’elles furent n’agirent qu’en sujet politique : n’est-ce pas pour cela qu’elles durèrent ? On le comprend bien, ce n’est pas l’Union européenne toute engluée dans la béatitude anglo-américaine qui saura tenir le rang, il devrait donc revenir à des nations comme la France et l’Allemagne de s’emparer du dossier, de laisser sur le bas-côté Washington et Londres, de réunir les présidents russe et ukrainien. Problème, Paris n’a plus de politique quant à la chancelière  de Berlin, ce n’est que valse-hésitation. Nous sommes devant un vide politique sidéral que les Etats-Unis ne remplissent pas, leur vœu intime étant que Berlin le fit mais Berlin n’a toujours pas encaissé l’affaire d’espionnage…..ambiance !
Vladimir Poutine assistant à un tel désordre avance les pions. Il plaide, certes pour une Ukraine fédérale mais la nature ayant horreur du vide, jour après jour il grandit ses exigences n’hésitant plus à aider militairement les ukrainiens russophones tout comme Kiev reçoit le soutien d’une pléiade de mercenaires anglophones…
Le danger dans ce dossier Ukrainien ne tient pas dans le conflit en lui-même,  c’est la démission de l’Union européenne et des nations importantes qui la composent qui envenime chaque jour la situation sur le terrain.
L’Europe a peur d’être un sujet politique….alors qu’à ses pieds se déroule non seulement des drames humains mais une occasion unique de s’affirmer vis-à-vis des grands de ce monde. Et bien non elle est telle qu’elle fut lors de la Bosnie et du Kosovo : attendre  que l’Oncle Sam agisse……

Jean Vinatier
Copyright©SERIATIM 2014


Internautes : Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Angola, Arabie Saoudite, Argentine, Arménie, Australie, Bahamas, Bangladesh, Biélorussie, Bénin, Bolivie, Bosnie Herzégovine, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, Cameroun, Canada, Chili, Chine (+Hongkong & Macao), Chypre, Colombie, Congo-Kinshasa, Corée du Sud, Costa-Rica, Côte d’Ivoire, Djibouti, EAU, Egypte, Etats-Unis (30 Etats & Puerto-Rico), Equateur, Ethiopie, Ghana, Gabon, Gambie, Géorgie, Guatemala, Guinée, Guinée, Haïti, Honduras, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Islande, Israël, Jamaïque, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Laos, Liban, Libye, Liechtenstein, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Malawi, Mali, Maurice, Maroc, Mauritanie, Mexique, Moldavie, Monaco, Népal, Niger, Nigeria, Norvège, Nouvelle Zélande, Oman, Ouzbékistan, Palestine, Pakistan, Panama, Pérou, Philippines, Qatar, République Centrafricaine, République Dominicaine, Russie, Rwanda, San Salvador, Saint-Marin, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovénie, Somalie, Suisse, Syrie, Taiwan, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, Union européenne (27 dont France + DOM-TOM, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Saint-Pierre–Et-Miquelon), Ukraine, Uruguay, Vatican, Venezuela, Vietnam, Yémen

 

Aucun commentaire: