Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

mercredi 20 mars 2019

Macron prépare le Waterloo des Gilets jaunes N°4651 13e année


Emmanuel Macron vient de lancer sa grande offensive contre les Gilets jaunes qui ne sont plus que des casseurs et dont les revendications ont disparu des écrans médiatiques officiels. Le successeur de François Hollande tient à être l’homme de l’ordre, l’ordre est un mot qui plait infiniment à une bourgeoisie. Et par ordre il ne convient pas de croire que cela signifie le seul calme de la rue ou de la campagne mais bel et bien la soumission à une puissance exécutive dans tous les domaines.
Les Gilets jaunes sont regardés comme des inadaptés à la félicité libérale et leurs cris sont compris comme une incapacité à avoir le langage de moment.
La loi anticasseurs que le Président envoie au-devant du Conseil Constitutionnel pour éviter à l’opposition de le faire est par la démarche à la fois caricaturale et la publicité de son comportement psychotique. Les  mesures censées terrasser les « Gilets jaunes » via la purge de la direction de la préfecture de police de Paris voient désormais l’armée (Sentinelle) entrer sur la scène populaire en supplétif de la police. Bien plus important que le limogeage de tel ou tel haut fonctionnaire (même si dans ce cas l’exécutif ne parait pas en mesurer les conséquences à venir), l’entrée sur scène du soldat est symbolique et pourrait coûter populairement à la « grande muette ».
Après le chaos du 16 mars, l’opinion publique reste encore majoritairement favorable aux Gilets jaunes (53%) ; aussi la tactique et la stratégie que le gouvernement choisira pour écraser ce mouvement qu’il ne considère pas « social » mais une insubordination ne supporteront pas la durée. L’on devine que l’Elysée veut faire place nette avant les élections européennes du 26 mai prochain. Ce qui s’est passé sur les Champs-Elysées que l’on épouse ou pas l’idée que les casseurs jouissaient de la bienveillance du pouvoir actuel sert parfaitement le calcul d’Emmanuel Macron qui entend nettoyer la place et rendre très accessoire tous les autres partis politiques à l’exception de ses opposants idéaux un peu Jean-Luc Mélenchon mais surtout Marine Le Pen lesquels doivent devancer les anciens partis afin que le Bien et le Mal s’affichent.
Le pouvoir juge avoir circonscrit le foyer incendie des Gilets jaunes : ni les syndicats, ni les grèves ne viennent s’agréger à eux. Il existe cependant une inconnue celle de la psychologie des foules ou du peuple ou d’un coup de vent extérieur…..

Jean Vinatier
Seriatim 2019

Aucun commentaire: