Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

jeudi 9 mai 2019

Quand les musées ne sont plus que des espaces ludiques N°4568 13e année


Les musées n’échappent pas à cette idéologie du déracinement patrimonial….c’est donc en cours et en anglais naturellement.
Au fur et à mesure que des puissances, par exemple comme la Chine, la Russie, les Etats-Unis réinvestissent leur propre Histoire , la France « mondiale » selon le triste titre du livre de Boucheron, s’évanouit, s’évapore dans une décadence molle et flasque….
 



« Comment s’échapper d’un musée ? par Bénédicte Bonnet Saint-Georges
S’il est possible de mourir d’ennui, alors il est temps de pointer du doigt une cause de mortalité préoccupante : les monuments et les musées. Heureusement, certains d’entre eux ont pris conscience de la menace qu’ils représentent ; craignant d’être mortellement assommants, ils tentent d’y remédier en se métamorphosant en lieux ludiques et con(viviaux).
C’est ainsi que le Centre des Monuments Nationaux se gargarise de proposer, cette année encore, une Murder Party à la Conciergerie de Paris (ill. 1). Qu’est-ce qu’une Murder Party (ou « Fête du Meurtre ») ? C’est un jeu de rôle qui consiste à mener une enquête policière pour résoudre un meurtre. « Pendant 90 minutes, les participants se glisseront dans la peau de brillantes recrues de la Police judiciaire pour résoudre le mystère suite à la découverte d’un corps dans l’une des anciennes cellules de la Révolution  ».
Deux questions taraudent les lecteurs de cet alléchant programme : primo, les nuls peuvent-ils intégrer ces « brillantes recrues » ? Oui. Qu’ils se rassurent, quelques indices sont soufflés aux esprits les plus laborieux. Secundo, pourquoi se glisser dans la peau de policiers du XXIe siècle plutôt que dans le costume - moins anachronique et sans doute plus aéré - d’un sans-culotte [1] ? Parce que la télévision est une référence plus séduisante que l’Histoire. Vous aurez ainsi le sentiment d’être l’acteur de l’une de ces innombrables séries diffusées sur la plupart des chaînes, Les Experts, R.I.S. police scientifique, Section de recherches, Cold case... Elles suivent toutes la même trame, relativement simple : un meurtre a eu lieu. Un coupable un peu trop idéal passe et repasse devant l’écran. Mais oh surprise, le méchant se révèle être un autre. Il est arrêté. Le Bien triomphe. Fin.
Pourquoi l’histoire du Palais de la Cité - qui fut résidence des rois du Xe au XIVe siècle, et prison révolutionnaire - n’est-elle pas racontée telle quelle ? Marquée par de multiples rebondissements et des personnages hauts en couleur, elle a pourtant de quoi captiver un auditoire. Sans doute est-elle trop compliquée, il ne faudrait pas ennuyer le visiteur avec des détails. »
La suite ci-dessous :

Jean Vinatier
Seriatim 2019

Aucun commentaire: