Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

mardi 15 mai 2018

Hidalgo du bois de Boulogne au bois migrants N°4481 12e année


Sur la question migratoire, la maire de Paris a presque une relation épistolaire avec l’Etat quoiqu’elle  ne succède pas dans cet art à Mme de Sévigné, Emmanuel Macron n’étant pas Mme de Grignan….
Anne Hidalgo est face à la conséquence de sa campagne de communication pro- migrants appelés à venir en grand nombre dans la capitale sans que la mairie de Paris ne se soucie un instant  de la logistique, de l’intendance. La présidence Hollande la laissa opérer, les préfets d’Ile de France s’empressant d’ordonner aux maires de cette région d’accueillir celles et ceux qu’Anne Hidalgo ne voulaient garder au-delà de la pose photo. Désormais la coupe est pleine. La mairie de Paris vient de décider de former dans le bois de Boulogne près de l’hippodrome de Longchamp, une aire de presque 5 hectares sur laquelle se dresseraient des constructions afin de dégager la porte de la Chapelle. Mais Anne Hidalgo sait que cela ne suffira pas, devinant le puissant appel d’air que cette initiative générera.
Pour Anne Hidalgo qui voit arriver l’élection municipale avec inquiétude, il lui faut garder trois arrondissements les 18, 19 et 20  que Mélenchon verraient bien tomber. Le bois de Boulogne situé dans le XVIe arrondissement, arrondissement de toute manière perdu pour la maire de Paris, serait une façon de botter en touche. Quand bien même cette aire pour les migrants verrait le jour, continuerait à se poser le flux d’où les lettres d’Anne Hidalgo, au Président de la République, au Premier ministre, au ministre de l’Intérieur. Les réponses sont unanimes : qu’elle saisisse la justice ! Emmanuel Macron voulant ravir cette mairie, il est bien évident que contraindre Anne Hidalgo à  appeler à un tribunal qui, ô hasard, l’autoriserait à expulser l’atomiserait auprès de ces chers bobos.
C’est peu dire qu’à l’Elysée on attend  et que le cas échéant on daigne lui répondre…..

Jean Vinatier
Seriatim 2018

Aucun commentaire: