Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

lundi 28 mai 2018

Macron en effigie, pendu, brûlé, grimé, déguisé du jamais vu depuis la Révolution N°4503 12e année


L’exécutif se félicite de n’avoir pas sous ses yeux une convergence des luttes et n’est pas loin de se gausser des pantomimes de Jean-Luc Mélenchon qui ne cesse d’appeler la marée et qui n’obtiendrait que des clapotis….
Que le nombre des manifestants baisse au fur et à mesure des appels à descendre dans la rue est un fait : qu’il s’agisse pour la SNCF, la fonction publique, la France insoumise, de l’échec du mouvement estudiantin et lycéen…..
Ce nombre-là ne doit pas faire oublier que la majorité du personnel d’Air France a désapprouvé à 55% le plan avancé par son PDG, désormais parti, que 94% du personnel de la SNCF approuve la poursuite du mouvement social : c’est cela qu’il faut retenir pas le nombre de manifestants.
Ce nombre-là ne doit pas gommer de nos mémoires qu’Emmanuel Macron et LREM ne sont au pouvoir qu’au prix d’une abstention record.
La geste protestataire s’est considérablement déplacée sur les réseaux sociaux, quel que soit le support. Le gouvernement se garde bien de l’avouer parce qu’il la sait de grande ampleur.
Emmanuel Macron débute sa seconde année du quinquennat après avoir fait la tournée des grands ducs à l’International et sans avoir récolté de bien grands fruits : son passage à la Maison Blanche restera dans les mémoires. Espère-t-il que son déplacement auprès du Pape François lui procurerait une bénédiction jésuite ?….Sa communication permanente marque le pas. Sans doute reprendra-t-elle de l’ampleur quand Angela Merkel daignera lui concocter une feuille de route autour de l’Euro afin que sa propagande pour les élections européennes de mai 2019 ait un peu de légitimité et d’épaisseur bien que l’atmosphère sur le continent soit de plus en plus orageuse de l’Espagne à la Pologne, de la Tchéquie à l’Italie en passant par l’Autriche La croissance économique  qui l’a servi voit son horizon plus incertain. Son pain blanc est mangé.
Emmanuel Macron se targue de patriotisme en nous agitant son loto pour le patrimoine via Stéphane Bern tout à fait sincère mais manipulé, en mettant en place un pseudo service universel d’un mois qui ne servira qu’à donner des cours de secourisme. En réalité, l’homme n’est heureux que de parler en anglais, c’est la langue du maitre. Emmanuel Macron songe à appuyer la candidature de la ministre des Affaires Etrangères du Rwanda pour prendre la tête de l’Organisation francophone alors que ce pays a supprimé le français au profit de l’anglais et a rejoint le Commonwealth (comme le francophone Cameroun) que son Président ne cesse de nous vomir….Tout est dit ! Quant aux militaires français, ils se donneraient, selon Régis Debray dans Bilan de faillite, les ordres en anglais !!!

N’oublions pas les grandes écoles qui se disputent la place de celle qui aura le plus d’intervention hors la langue française Mais le pays s’en émeut-t-il ? Paris est devenue une ville où les publicités en anglais dépassent celles en français, où tout commerce neuf le fait avec un nom en anglais. La mairie de Paris n’étant pas en reste pour accélérer l’envahissement de cette langue. Cette promotion d’une langue étrangère est logique pour celles et ceux qui globalistes ou mondialistes ne veulent plus voir au lieu et place de la nation-patrie que des territoires.

« Les mâles blancs » d’Emmanuel Macron ont choqué mais ils sont dans la droite ligne de la presque cession territoriale en faveur de zadistes à Notre-Dame des Landes. Que les « mâles blancs » soient hors les banlieues est logique, c’est la logique du territoire au lieu de l’Etat.
Dans cette atmosphère où les colères sont rentrées mais à fleur de peau, voir Emmanuel Macron en effigie pendu, brûlé, grimé, déguisé ne surprend pas : c’est du jamais vu depuis la Révolution ! Symboliquement : il est déjà au bout d’une pique. C’est peu dire l’amour dont il est entouré : d’ailleurs veut-il être aimé ?
Macron fait mine de flatter l’identité française alors qu’il doit assumer la tâche de la réduire à peu de chose : il est un mondialiste (globaliste) comme Angela Merkel, Jean-Claude Junker, Hillary Clinton, Barak Obama…Ici et là les Français sentent que leur identité est détricotée mais bougeront-ils pour autant ? Peu probable. Ce sont des tempêtes extérieures qui nous forceront à sortir de nos gonds ?
A toutes fins utiles, de ce mai 68 célébré pour son cinquantenaire, on oublie de souligner que la France a été la dernière à battre le pavé…..les Américains ayant commencé presque une décennie plus tôt….

Jean Vinatier
Seriatim 2018


Aucun commentaire: