Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

dimanche 27 octobre 2019

« Liban. Ce soulèvement qu’on n’attendait plus contre un édifice vermoulu par Doha Chams » N°4682 13e année


Du Liban au Chili, les révoltes populaires ont pour référence les Gilets jaunes nés en France en novembre 2018…. Les colères et les orages sont là. Cela va secouer rudement sur fond de crise générale, mondiale….
 



[…….]
Des responsables politiques dans le déni

La classe politique n’a pas tout de suite saisi la portée du soulèvement, qui n’était pas dû à WhatsApp, ni à quelques livres de plus sur les paquets de cigarettes que la population consommait pourtant à hautes doses, ni même à la taxe sur l’essence, mais bien plutôt à des décennies de déceptions. L’un des jeunes confie à Orient XXI : « Ils pensent vraiment que nous protestons à cause de WhatsApp et du tabac ? Non ! même pas pour le pain ! Nous ne voulons plus de cette classe parasitaire qui nous gouverne, qui est la raison de notre misère, et qui est décidée à poursuivre l’endettement auprès de CEDRE1 et d’autres. »
Un autre jeune intervient : « À commencer par le président de la République et jusqu’en bas de l’échelle, nous ne voulons plus d’eux ! Basta. Qu’ils dégagent, tous ». Une jeune fille venue de la lointaine région du Akkar nous dit : « Je suis diplômée en gestion d’entreprise, et comme tous les jeunes de ma génération, je suis obligée d’accepter un emploi qui n’a rien à voir avec ma formation. Et encore, çà, c’est quand on trouve un emploi ! On travaille plus de dix heures par jour, on n’a aucun droit, on est humiliés en permanence. Et pourtant je ne veux pas émigrer. Je suis attachée à ma patrie. » Les larmes aux yeux elle ajoute : « Au lieu de nous enseigner la deuxième guerre mondiale à l’école, ils feraient mieux de nous enseigner la guerre libanaise, dont ils ont été la cause et les acteurs principaux, avant de se faire couronner à nos dépens. Nous ne voulons pas seulement qu’ils démissionnent, mais qu’ils rendent ce qu’ils ont volé. »

La suite ci-dessous :



Jean Vinatier
Seriatim 2019


Aucun commentaire: