Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

jeudi 17 octobre 2019

Macron gaze les pompiers, Philippe met le voile et vote bioéthique N°4668 13e année



Jusqu’à présent les pompiers étaient caillassés par des voyous, maintenant ils sont gazés par la police !  
La police et les CRS et les gardes mobiles affirment faire du maintien de l’ordre lors des manifestations. Il apparait de plus en plus qu’ils veillent moins au bon déroulement des manifestations qu’à écraser le mécontentement public, ce n’est pas la même chose !
Les pompiers, professionnels et volontaires, ont défilé tranquillement dans les rues de Paris, il a suffi que quelques-uns d’entre eux veuillent aller sur le périphérique pour qu’aussitôt se déchaîne une réaction policière qui ne sait plus depuis les Gilet jaunes être dans la mesure et le respect du droit à manifester. Bien évidemment, le gazage des pompiers a fait éclater le cortège et un petit groupe se retrouva près de l’Assemblé nationale. Arrivé devant le Quai d’Orsay, je demandais aux motards (un homme, une femme) ce qui se déroulait : l’homme me dit que « c’était la guerre », quand la femme disait que « c’est dingue, maintenant tout prend une grande propension ». Le jour où la guerre surgirait, je ne sais pas si ces deux motards seraient des combattants !
Les Français, très attachés aux pompiers (militaires, volontaires, professionnels) tout comme aux urgentistes, infirmiers et médecins n’oublieront pas de sitôt de quelle façon ces hommes laissés sur le bas-côté par la présidence Macron ont été réprimés et humiliés.
Au même moment, l’affaire du voile déclenché par Julien Odoul, élu du RN en Franche-Comté, a remis sur le tapis la fameuse laïcité. Telle que celle-ci existe depuis 1905, elle était, jusqu’à présent, parfaite.
Le pouvoir a voulu la détricoter sous le prétexte d’une incompatibilité entre laïcité et la religion musulmane en France. C’est aux Français musulmans de satisfaire à la laïcité et non le contraire.
Si la République En Marche n’avait pas bondi dessus pour dénoncer une islamophobie, l’affaire en serait restée là. Mais nous eûmes Pandore! L’Elysée renonça à intervenir se contentant de rappeler que les « amalgames » pouvaient être une source de « guerre civile ». Il est bien imprudent d’évoquer une « guerre civile » quand le pays est en proie à une violente crise générale allant du social à l’identité.  
Pendant ce temps, l’Assemblé nationale votait, en première lecture, la loi bioéthique qui autorisera notamment la PMA pour toutes et dont on retiendra que certains députés de la majorité présidentielle se flattaient de la disparition du père. Ces élus verront dans un proche avenir leur joie redoublée quand la GPA sera légalisée (elle le sera) actant, aussi, la disparition de la mère. Il n’est pas à exclure que des femmes progressistes ne voudront plus « porter en enfant » et jugeront plus commode de louer un ventre par mél. Ni père, ni mère, l’enfant sera déraciné, c’est dire demain la félicité générale et l’opulence des psychiatres !
Pendant que certains Etats de l’Union européenne font une course à l’échalote à qui  fera le plus de lois sociétales progressistes que l’on ose appeler « éthique », tout autour de notre continent, se lèvent bien des forces redoutables. L’actuelle présidence est assez semblable à ces byzantins, dit-on, qui discutaient du sexe des anges quand les Ottomans mettaient le siège devant Constantinople……
Pompiers, voile et bioéthique, le feu est là….

Jean Vinatier
Seriatim 2019

Aucun commentaire: