Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

mercredi 2 octobre 2019

« L’imposture Greta Thunberg ou l'écologisme apocalyptique et anti-national par Alexandre del Valle » N°4651 13e année


Il est assez évident que le déploiement médiatique en faveur de cette adolescente suédoise répond à la logique de celles et de ceux qui plaident pour un globalisme et qui jugent que rien ne peut et ne doit résister aux paroles incantatoires d’une enfant souffrant, en plus, d’un handicap…  
L’utilisation de l’enfant est toujours suspecte et odieuse. On se rappellera cette phrase de l’Ecclésiaste reprise par Henry de Montherlant « Malheur au pays dont le roi est un enfant (Macron) et dont les princes ont mangé dès le matin »…….

Ceci étant dit, nul ne nie l’existence de  problématiques climatiques et environnementales.

Alexandre del Valle :
« « Comment osez-vous ? Vous avez volé mes rêves et mon enfance ! ». Cette phrase prononcée par Greta Thunberg à la tribune des Nations Unies, lundi 23 septembre, résume l’esprit de la plainte inédite déposée par celle-ci et un groupe de 16 jeunes âgés de 8 à 17 ans, soutenus par l’UNICEF et le cabinet d’avocats international Hausfeld. Un fait attire cependant l’attention : parmi les 5 pays visés par la plainte – la France, l’Argentine, l’Allemagne, le Brésil et la Turquie -, seule l’Allemagne figure parmi les 5 principaux pays émetteurs de dioxyde de carbone d’après les chiffres de l’Organisation météorologique mondiale.
Selon ces mêmes chiffres, la France ne serait classée que 19eme (avec 344 tonnes de CO2 par an), bien loin derrière les trois premiers émetteurs que sont la Chine, les États-Unis et l’Inde, pourtant non visés par la plainte ! Ces pays, bien plus pollueurs, ne peuvent certes pas être attaqués puisqu’ils n'ont même pas ratifié le protocole optionnel (2014) de la Convention de l’ONU sur les droits de l’enfant (1989) qui permet d’attaquer les États membres l’ayant ratifié si ceux-ci adoptaient des mesures contraires à la convention.
L’argument sur lequel repose cette plainte - qui ressemble davantage à une opération de communication qu’à une réelle action légale –- est plus que discutable d’un point de vue juridique. Selon le cabinet d’avocats Hausfeld : « De vieux pays industriels comme la France et l’Allemagne sont responsables d’une large part historique des émissions, même s’ils ne sont pas aujourd’hui les plus gros émetteurs de gaz à effet de serre. »
Cet argument de la repentance ressemble à un réquisitoire contre certains pays-occidentaux accusés d'être responsables de tous les maux de la terre et ceci de façon indéfinie. De toute façon, quand bien même cette plainte aboutirait, son efficacité serait plus que limitée puisque les trois principaux émetteurs de CO2, la Chine (9800 tonnes), les États-Unis (5200 tonnes) et l’Inde (2400 tonnes) ne sont pas visés. Aussi, les résultats de cette plainte seraient quasi inexistants car le comité saisi ne peut que fournir des « recommandations » aux États-signataires, par définition non-contraignantes.

La suite ci-dessous :



Jean Vinatier
Seriatim 2019

Aucun commentaire: