Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

mardi 17 mars 2020

Coronavirus : le tripatouillage électoral N°4844 14e année


Ce matin le Champs de Mars grouillait de joggeurs, d’enfants jouant entre eux et/ou avec leurs parents. Cet après-midi, près du musée Branly parents et enfants s’adonnent au skateboard et autres jeux, de même que ceux du personnel de l’Elysée qui s’ébattaient dans le jardin du palais de l’Alma.
D’un côté, le Chef de l’Etat répète cinq fois que nous sommes en guerre….contre un virus, que 100 000 forces de l’ordre sillonneront les routes, surtout, rurales de France, de l’autre Paris se désintéresse des mesures sécuritaires sauf pour le quidam qui astreint à la patte blanche pour accomplir une tâche professionnelle ou bien tout simplement aller dans un magasin d’alimentation.
Le discours présidentiel alternait fermeté et flou puis glissait subrepticement, l’annonce du report du second tour des municipales au 21 juin !
1-Lors de sa première intervention, le Chef de l’Etat maintenait le premier tour tout en appelant les personnes âgées de 70 et plus à ne pas se déplacer. Où est la légalité de la consultation quand on demande à une partie de la population de ne pas accomplir son devoir électoral ? Les absentions records jusqu’à près 70% dans certaines communes comme Arnouville dans le 95 jettent le discrédit sur la légitimité des élus. Un Chef de l’Etat a-t-il le droit d’interdire à une partie du corps électoral de se rendre aux urnes ? A mon avis, il y aurait matière à une Question Prioritaire de Constitutionnalité (QPC).
2-Reporter le second tour à trois mois du premier équivaut à faire, en réalité, une élection nouvelle qui pose une question : une consultation le 21 juin qui se ferait après la fin de la période de confinement pendant laquelle le Chef de l’Etat aurait suffisamment montré son côté protecteur ne conduirait-il pas l’électeur à voter en masse pour les candidats de LREM ?
Depuis la circulaire Castaner, que le Conseil d’Etat retoqua, la volonté de l’exécutif de tronquer les élections municipales est manifeste, qu’il le fasse via une pandémie ne l’honore pas. Malheureusement les partis politiques, et pas seulement ceux de droite, prêtent le flanc, à ces combinaisons politiciennes.
Tripatouillage et élections biaisées voilà à quoi sert, notamment, le discours matamore du Président de la République. Le coronavirus contamine les Français mais aussi  le cours démocratique de la vie politique. 
La logique plaide pour l’annulation pure et simple des élections municipales.

Jean Vinatier
Seriatim 2020

Aucun commentaire: