Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

mercredi 18 mars 2020

Coronavirus ou juillet 1870 N°4847 14e année


Les déclarations d’Agnès Buzyn sont une suite d’aveux : impéritie, incompétence, arrogance, imprudence, mépris des populations éclaboussant un exécutif tout concentré dans des combinaisons et communications.
Elles éclaireraient donc les raisons véritables qui conduisirent Agnès Buzyn à quitter, forcée, le ministère pour succéder à Benjamin Grivaux : les profonds désaccords entre elle et le Premier ministre et le Président de la République. Aujourd’hui elle dit son fait et l’annonce faite, ce jour, par la Chine d’un don d’un million de masques à la France est une gifle qui valide le propos d’Agnès Buzyn.
A bien des égards la France devant le coronavirus est aussi démunie qu’elle ne l’était au moment de la guerre contre la Prusse en juillet 1870 qui tua le Second Empire en quelques semaines : débilité au sommet de l’Etat (Napoléon III était malade), impréparation de l’armée, climat social tendu surtout à Paris….etc.
Aujourd’hui, le sommet de l’Etat, c’est un Président complétement à la masse, un Premier ministre inquiétant, un préfet de police dangereux, des forces de l’ordre sans masques, exposées aux réactions violentes déjà en province, qui risquent gros en banlieue et la nation qui apprend au fil des jours l’incurie du gouvernement quand les médias et des médecins se relaient pour dresser un tableau chaque jour plus angoissant. Entre-deux un tripatouillage électoral d’autant plus honteux qu’il se fait avec l’assentiment des partis, du conseil constitutionnel et des édiles du premier tour trop heureux de l'être  avec si peu de votants (68-82% d’abstention). La corruption à ce degrés-là est unique dans notre longue Histoire. C’est bien plus qu’un régime à visage découvert, c’est une République dont les républicains eux-mêmes déshonorent le nom et ses principes fondateurs. Ou bien la voie s’ouvre à une tyrannie via une loi d’urgence sanitaire dont on devine naturellement les contours attentatoires ou bien, une fois la pandémie passée, ce pouvoir-là sera renversé.


Jean Vinatier
Seriatim 2020

Aucun commentaire: