Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

lundi 2 mars 2020

Jean Daniel, Manuel Valls et 49-3 N°4834 14e année


Quelques personnes discutèrent de savoir s’il convenait ou pas de rendre hommage à Jean Daniel depuis la cour des Invalides. Grand journaliste, esprit fin, cultivé, il dominait la scène d’autant plus aisément que celles et ceux qui étaient du même bois n’étaient plus. Son grand mérite tenait dans sa probité à reconnaître par écrit un tort quand un lecteur lui apportait une contradiction dont il convenait : une qualité rarissime parmi les journalistes très égotistes et convaincus à peu de frais de dominer la nouvelle.
Qu’Emmanuel Macron opère une opération de charme auprès de la gauche Luxembourg (300 m2 et gens de maison) soit mais tout intéressant que fut Jean Daniel sa popularité ne dépassait guère quelques cénacles et auprès des générations vives, il n’avait pas de véritable publicité : appel du pied présidentiel feutré et sans écho.
A gauche toujours, et dans le moment où Jean Daniel recevait un bel hommage, Manuel Valls se rappelait depuis l’Espagne au souvenir de la France  « sa seule patrie ». On passe du renom du Nouvel Observateur a un personnage dés plus médiocre qui s’est vautré auprès d’Emmanuel Macron pour garder une députation avant de tout quitter pour conquérir Barcelone qu’il n’eut pas :  il n’y trouva qu’une héritière pharmaceutique. L’ennui le pousse à songer à la France escomptant quelques prébendes et combinaisons politiciennes. Le marécage politique français fait qu’on ne distingue plus le nénuphar d’une feuille morte.
Dans l’ambiance française d’un gouvernement bas, profitant de l’aubaine virale, qui use du 49-3, certains éditorialistes lui prédisent bien des soucis.
Depuis l’Elysée, on sait que les municipales seront un échec, que la popularité d’Emmanuel Macron se limite à quelques arrondissements parisiens et lyonnais, que le Premier ministre est à bout, que le climat social est mauvais mais sans qu’il se transforme pour autant en une insurrection : alors un 49-3 pour fermer le banc de la contre-réforme des retraites, un projet exigé par Bruxelles, les compagnies d’assurance et le 1% des plus riches, pourquoi pas ? Que risque ce pouvoir déjà tombé sans pour autant être renversé ? Rien. Emmanuel Macron n’est pas un Président de la République, il est celui d’une coterie. Il n’est pas un Chef d’Etat, il est de passage, le temps d’une mission quinquennale. Le successeur de François Hollande n’est pas dans la vision pour un pays, pour un peuple, il doit rendre des comptes à ceux qui lui fournirent la livrée.
La grande gauche, celle qui résista et sut être honnête avec elle-même n’est plus avec Jean Daniel, sa plume nous manquera : il ne demeure que des mauvaises rapières, des fourreaux abîmés, des plumes limées, une classe politique où les gens gauches sont et au sommet, un clan dangereux et sans âme.

Jean Vinatier
Seriatim 2020

Aucun commentaire: