Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

lundi 26 janvier 2009

Le 29 janvier : pshitt ou boum ? N°385 - 2eme année

Voilà plusieurs jours que les médias disent à l’envi que la journée du 29 janvier pourrait augurer plusieurs autres manifestations de plus en plus nombreuses et de de plus en plus violentes.
Le ton monte de tous les côtés dans le pays, c’est exact. Mais, pour l’heure, chacun est dans son coin en pensant fort peu à former une chaîne avec les voisins. Le Président de la République répète que l’année 2009 sera difficile avec des risques de dérapages. Pour l’heure le seul déraillement intervenu, en sus des événements de la gare Saint-Lazare, est le fait des députés de l’opposition le 20 janvier qui bloquèrent la séance à l’Assemblée nationale pour protester, à juste titre, contre la réforme du fonctionnement des débats.
La chute du capitalisme « anglo-saxon » ultra-libéral et sans contrôle, précipite une crise économique laquelle devance la crise sociale. En Europe, l’Islande, le Royaume-Uni, l’Irlande et l’Espagne sont les quatre pays européens les plus touchés. Les Islandais occupent la rue tandis que leurs ministres démissionnent, certains, sous le coup d’une soudaine maladie : illustration intéressante. L’Irlande qui compte le plus de fonds d’investissements sur son sol, pâtit beaucoup de l’effondrement des grandes bourses. Le Royaume-Uni s’est déclaré officiellement en récession et craint de connaître le même sort que l’Islande, c’est-à-dire la faillite de l’Etat. L’Espagne s’affaisse dans une indifférence quasi générale : le secteur immobilier s’écroule tandis que les crédits à taux variables mettent à la rue des milliers de gens.
La France n’échappe évidemment pas à la morosité européenne. Les classes moyennes grognent de plus en plus alors que les classes populaires savent depuis belle lurette se serrer la ceinture et elles ne sont pas enclines, aujourd’hui, à s’unir aux peurs de ceux de la « haute » ! Et les jeunes ? Le mouvement lycéen s’est calmé, celui des étudiants peine à commencer, la ministre des universités, Valérie Pécresse, distribuant quelques gâteries aux uns et aux autres. Les travailleurs ? Chaque jour annonce une charrette, des semaines de chômage technique dans les différents secteurs. Les syndicats sont divisés : la CFDT, dont le leader François Chérèque est fort prés des idées de Nicolas Sarkozy, a seule signé, la convention d’assurance-chômage !
On a un front désuni mais aux multiples facettes. Nicolas Sarkozy, s’il craint toujours des débordements parce que d’une part,’il a en mémoire la jeunesse grecque soutenue par les parents et les enseignants et que d’autre part, il n’est pas à l’abri d’un syndrome Malik Oussekine (6 décembre 1986) garde pour le moment, la pleine maîtrise de la situation et du calendrier politique.
Se passe-t-il quelque chose en France ?
Loin des centrales syndicales et d’autres corps intermédiaires, la désobéissance civile fait, elle, de plus en plus d’adeptes. On l’a vu, des enseignants, des élèves et des parents ont occupé des écoles pendant plusieurs nuits. Il y a bien une réappropriation de la « rue » ou de l’espace public par les citoyens. Si elle reste trop incertaine et surtout fragile faute de connexions, elle forme, cependant, un terreau important.
Le pouvoir agite le spectre de l’ultra-gauche (Tarnac, Sud-SNCF) et montre du doigt la LCR de Besancenot pour effrayer les adeptes des JT : anticiperait-il une montée en puissance du populisme - l’UMP changerait de nom – ? L’Elysée cherche à profiter du mécontentement général pour accentuer son emprise sur la société française. Lors de ces vœux décentralisés, tenus dans différentes villes, Nicolas Sarkozy s’est entouré d’un service d’ordre massif et susceptible : ne s’agissait-il pas de prévenir tout défi à son pouvoir ? A La Mutualité, le Président a bel et bien jeté les bases d’un parti si immense qu’il deviendrait unique par l’ambition d’absorber le maximum de toutes les autres formations politiques.
Comment qualifier l’état d’esprit actuel ? Comparée aux Etats-Unis, au Japon et à certains pays européens, la France vient à peine d’entrer dans la crise que déjà les mécontentements se multiplient de tous les côtés. La journée du 29 janvier pourrait être celle qui officialiserait le début du désenchantement des Français et la peur d’avoir à connaître, demain, les mêmes tourments, par exemple, que les Espagnols ou les Anglais. Les Français sont en amont d’une crise et non en aval. Comment communiquer sur ce point ? Comment borner telle ou telle manifestation et comment transformer sa signification ? En annonçant plusieurs jours à l’avance le côté « révolutionnaire » du 29 janvier, l’Elysée comme les syndicats, ne vident-ils pas une partie du tonneau de poudre ? Une révolution surprend et fauche le pouvoir, on en est encore loin !

Jean Vinatier

©SERIATIM 2009

Commentaires : Si vous n’avez pas de compte Gmail, et pour éviter le noreply-comment veuillez envoyer vos commentaires à :
jv3@free.fr

Aucun commentaire: