Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

lundi 16 septembre 2013

« La réception de Stuart Mill en France » N°1342 6e année

« Comment la pensée politique de John Stuart Mill a-t-elle passé la Manche ? Vincent Guillin et Djamel Souafa analysent les conditions de réception des Considérations sur le gouvernement représentatif dans la France du Second Empire, et montrent l’intérêt de revenir sur la théorie millienne du gouvernement démocratique aujourd’hui.
« Il y a près de vingt ans, dans une préface à une réédition de De la Liberté, Pierre Bouretz regrettait « l’insondable ignorance » dont John Stuart Mill « est l’objet en France » [1]. Il faudra un jour sérieusement s’interroger, historiquement et conceptuellement, sur les différentes raisons qui expliquent cette absence quasi-totale, dans le paysage intellectuel français contemporain, de référence à John Stuart Mill [2], absence d’autant plus intrigante qu’elle est, comme le soulignait aussi justement Bouretz, largement la conséquence d’« un oubli » [3], puisque l’œuvre de Mill était connue et discutée par les philosophes, psychologues, économistes, sociologues et politologues français au moins jusque dans les années 1920. On notera aussi, pour s’en féliciter, que depuis les années 1990 la situation s’est notablement améliorée : même si la pensée de Mill n’est toujours pas au cœur des débats contemporains en France, certains de ses écrits sont eux à nouveau accessibles au grand public.
Dernière contribution en date à ce mouvement, la parution de l’élégante et précise traduction, due à Patrick Savidan, des Considérations sur le gouvernement représentatif [4] rend désormais disponible aux lecteurs francophones la présentation certainement la plus systématique des idées politiques et constitutionnelles de Mill. Reste maintenant à savoir quel statut accorder à ce texte : faut-il se contenter de le lire pour son intérêt historique, comme une contribution-clef, mais nécessairement datée, de la tradition libérale à la réflexion sur la « dynamique démocratique », contemporaine d’une extension progressive du suffrage universel aux classes populaires qui imposait de repenser à nouveaux frais l’idée même de représentation ? Ou doit-on au contraire considérer les Considérations, indépendamment du contexte dans lequel elles ont été écrites et auquel elles répondent, comme nous offrant une perspective toujours pertinente sur les défis qui se posent aujourd’hui aux sociétés démocratiques ? Plutôt que de trancher entre ces deux approches, peut-être est-il préférable d’opter pour une troisième voie en faisant sienne une suggestion de P. Savidan, qui propose de profiter de l’« effet de miroir » offert par un texte à l’ancrage historique indéniable pour « mieux définir les spécificités de nos propres attentes en matière de démocratie » [5]. Pour ce faire, nous proposons au lecteur un détour par la France du Second Empire finissant et de la IIIe République naissante, pour y retrouver l’écho qu’ont pu y avoir certaines idées sur la représentation des minorités, sur le vote des femmes ou le rôle d’une seconde chambre développées par Mill dans les Considérations, ce qui nous permettra à la fois de rappeler qu’il y a bien eu une réception française de la pensée politique de Mill et d’évaluer l’actualité de sa théorie du gouvernement démocratique. »
La suite ci-dessous :
 Recensé : John Stuart Mill, Considérations sur le gouvernement représentatif, traduit de l’anglais par Patrick Savidan, Gallimard, 2009.
Jean Vinatier
SERIATIM 2013
Internautes : Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Angola, Arabie Saoudite, Argentine, Arménie, Australie, Bahamas, Bangladesh, Biélorussie, Bénin, Bolivie, Bosnie Herzégovine, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, Cameroun, Canada, Chili, Chine (+Hongkong & Macao), Chypre, Colombie, Congo-Kinshasa, Corée du Sud, Costa-Rica, Côte d’Ivoire, Djibouti, EAU, Egypte, Etats-Unis (30 Etats & Puerto Rico), Equateur, Ethiopie, Ghana, Gabon, Gambie, Géorgie, Guatemala, Guinée, Guinée, Haïti, Honduras, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Islande, Israël, Jamaïque, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Laos, Liban, Libye, Liechtenstein, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Malawi, Mali, Maurice, Maroc, Mauritanie, Mexique, Moldavie, Monaco, Népal, Niger, Nigeria, Norvège, Nouvelle Zélande, Oman, Ouzbékistan, Palestine, Pakistan, Pérou, Philippines, Qatar, République Centrafricaine, République Dominicaine, Russie, Rwanda, San Salvador, Saint-Marin, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovénie, Somalie, Suisse, Syrie, Taiwan, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, Union européenne (27 dont France + DOM-TOM, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Saint-Pierre–et-Miquelon), Ukraine, Uruguay, Vatican, Venezuela, Vietnam, Yémen

Aucun commentaire: