Info

Nouvelle adresse Seriatim
http://www.seriatim.fr

jeudi 19 septembre 2013

Marine Le Pen poussée par le vents N°1345 6e année

Marcel Gauchet écrivait récemment dans le JDD, que la France était inquiète ; elle serait même quasiment en état de colère : le soutien massif reçu par le bijoutier niçois n’en serait-elle pas la preuve la plus éclatante ? Depuis le quinquennat de Sarkozy le fait divers a pris une ampleur jamais égalée, sans doute parce  que nombre de têtes pensantes estimaient que ces petits drames happeraient les Français leur ôtant toute réflexion pour générale. Il semblerait que cette habileté politique ne commence à se retourner contre leurs « auteurs ».
Avec Marine Le Pen, il en va de même : d’abord un petit fait que l’on moque et que des journalistes malmènent sans craindre de perdre un poste et puis, sans que l’on veuille y prendre garde, le petit grandit, croit. L’épouvantail  lepéniste levé par François Mitterrand pour ferrer la droite devient sous François Hollande que quelques-uns se plaisent déjà surnommer Le court,  un individu de haute taille bien en armure et qui rend coup par coup tant à droite qu’à gauche.
Le PS et l’UMP ne sont plus des partis de gauche et de droite au sens où l’on les caractérisait historiquement mais deux faces d’une même figure peinent, désormais, à tenir la tête hors de l’eau. Les Français ont fait l’expérience de ces alternances qu’ils regardent, désormais, comme des inquiétudes. Parmi les partis politiques critiques, celui de Marine Le Pen est le seul à ratisser d’un bout à l’autre de l’éventail électoral. Le Front de gauche de Jean-Luc Mélenchon n’est guère en forme, les communistes requinqués par ce dernier ne songent plus qu’à sauver leurs places : ainsi les voit-on à Paris prêt à s’unir à l’équipe municipale socialiste qui a le plus favorisé le départ des classes moyenne et populaire, les Verts, eux, ne sont rien sans la bienveillance de Solferino. En face, l’UMP a implosé sous les coups de boutoir de la guerre des chefs mais son ancien maître, Nicolas Sarkozy, en parvenant à la faire renflouer en est désormais le véritable chef, les entités centristes, elles, se rapprochent et tanguent ensemble en espérant être la terre d’accueil d’une droite « humaniste ».
Et François Hollande, ni marié ni célibataire, n’apparait que comme un Président incomplet avec un gouvernement sans unité, sans force, miné par des affaires qui annonce tout et son contraire comme ce fut le cas aujourd’hui avec la pause fiscale. François Hollande héritant, pourtant, d’une situation calamiteuse fut incapable de le dire complétement aux Français. Ce gouvernement avance donc dans le désordre quitte à devenir va-t’en guerre en Syrie avec, à ce jour, un résultat pathétique.
Dans ce climat où les précarités et les insécurités gagnent du terrain sur fond de Roms accusés de tous les maux, Marine Le Pen a de fait un boulevard. Refusant l’étiquette de mouvement populiste pour celle de patriote, elle tient un discours cohérent sauf, diront ses adversaires sur le plan économique. Mais quand les François constatent les effets pervers et négatifs de tous les autres gouvernements « classiques », le programme économique du Front national ne saurait être pis…Quid de Bruxelles qui lit les budgets, édicte les lois, imprime l’unique modèle économique ?
La Ve République ayant binarisé la vie politique tout comme le champ social au profit de quelques syndicats qui disposent de véritables rentes de situation, la montée en force de Marine Le Pen bouscule le jeu entendu entre le PS et l’UMP lesquels croient toujours que cette dernière ne réussira jamais à sauter la haie. Pourquoi, parce qu’elle aura contre elle, par exemple, faute d’un vaillant Hollande, un Nicolas Sarkozy qui annonce son retour en 2015 ou avant.
L’impasse est faite sur l’évolution du vote lepéniste partagé entre ceux qui adhérent à ses idées et ceux qui grossissent ses rangs par colère ou bien par calcul révolutionnaire. La classe politique française néglige, aussi, la montée des partis et des idéaux identitaires en Europe, par exemple en Norvège (malgré les attentats de Breivik), en Espagne (Catalogne), en Belgique (Flamands) en Grèce (Aube Dorée), au Royaume-Uni (mouvement anti-européen et référendum écossais) et même dans l’Allemagne de la chancelière Merkel.
Marine Le Pen sur les plans, national et européen ne navigue pas à contre-courant, elle est poussée par les vents: c’est là sa force. Elle est donc aussi une cible…..
Jean Vinatier
Copyright©SERIATIM 2013

Internautes : Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Angola, Arabie Saoudite, Argentine, Arménie, Australie, Bahamas, Bangladesh, Biélorussie, Bénin, Bolivie, Bosnie Herzégovine, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, Cameroun, Canada, Chili, Chine (+Hongkong & Macao), Chypre, Colombie, Congo-Kinshasa, Corée du Sud, Costa-Rica, Côte d’Ivoire, Djibouti, EAU, Egypte, Etats-Unis (30 Etats & Puerto Rico), Equateur, Ethiopie, Ghana, Gabon, Gambie, Géorgie, Guatemala, Guinée, Guinée, Haïti, Honduras, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Islande, Israël, Jamaïque, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Laos, Liban, Libye, Liechtenstein, Macédoine, Madagascar, Malaisie, Malawi, Mali, Maurice, Maroc, Mauritanie, Mexique, Moldavie, Monaco, Népal, Niger, Nigeria, Norvège, Nouvelle Zélande, Oman, Ouzbékistan, Palestine, Pakistan, Pérou, Philippines, Qatar, République Centrafricaine, République Dominicaine, Russie, Rwanda, San Salvador, Saint-Marin, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovénie, Somalie, Suisse, Syrie, Taiwan, Thaïlande, Togo, Tunisie, Turquie, Union européenne (27 dont France + DOM-TOM, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Saint-Pierre–et-Miquelon), Ukraine, Uruguay, Vatican, Venezuela, Vietnam, Yémen

 

Aucun commentaire: